Des spectacles en pleine pandémie

Photo de Frédéric Khalkhal
Par Frédéric Khalkhal
Des spectacles en pleine pandémie
Le nouvel autobus du Théâtre Tortue Berlue peut prendre la route. (Photo : courtoisie)

L’autobus du Théâtre Tortue Berlue sera tout neuf pour faire ses spectacles dans les écoles de notre région, du Québec et même en Ontario. Une proposition culturelle qui n’a jamais cessé de rouler.

Après avoir usé les bancs de son autobus depuis de nombreuses années, le Théâtre Tortue Berlue a dévoilé récemment sa toute nouvelle salle de diffusion mobile. Ce sera à bord d’un autobus scolaire flambant neuf que l’organisme continuera à offrir ses spectacles aux jeunes âgés de 4 à 8 ans, dans les écoles. L’objectif est de le garder 16 ans.

L’autobus-théâtre a déjà pris la route pour présenter son spectacle Henri Barbeau à plus de 2 780 enfants. La semaine dernière, il visitait l’école l’Arpège de Sainte-Julie.

La culture pandémique

Alors que les sorties scolaires sont en pause depuis maintenant un an, le concept de diffusion mobile de Tortue Berlue permet d’amener le théâtre aux élèves plutôt que l’inverse! Une solution qui a plu au gouvernement, qui a financé 75 % du prix du nouvel autobus. « Notre gouvernement est heureux d’avoir soutenu la réalisation de ce magnifique projet à hauteur de 316 900 $. Cette nouvelle salle mobile permettra à des jeunes à la grandeur du Québec de vivre une expérience théâtrale enrichissante », a indiqué Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications et députée de Montarville.

Pour le ministre de l’Éducation et député de Chambly, Jean-François Roberge, « les derniers mois ont été remplis de défis pour notre réseau de l’éducation, défis auxquels les partenaires ont aussi dû s’adapter. Grâce à la créativité des artisans de Tortue Berlue, des milliers d’enfants ont pu, malgré tout, connecter avec les arts de la scène ».

À ce financement se sont ajoutés l’appui de Patrimoine Canada ainsi qu’une cinquantaine de donateurs qui ont permis d’amasser près de 12 000 $ en sociofinancement.

« Nous sommes super chanceux. Nous avons travaillé dur pour remplacer notre véhicule très usagé. Nous avions obtenu le financement pour acheter le nouvel autobus un mois avant la pandémie, mais forcément, la COVID a retardé la livraison du véhicule », nous explique Caroline Gendron, actrice et fondatrice de Tortue Berlue.

Des bulles restreintes

Malgré la pandémie, Tortue Berlue a pu offrir toute l’année des spectacles dans le respect des bulles‑classes et des mesures sanitaires dans les écoles. La représentation était parfois la seule proposée aux élèves pendant l’année.

Il y a eu quelques ajustements à faire, cependant, et le manque à gagner était compensé par la mesure gouvernementale. « À l’intérieur de l’autobus, notre équipe est d’une personne depuis la pandémie et elle porte une visière. Depuis le début de notre projet, nous tombions toujours dans une craque des mesures gouvernementales. Il a fallu nous battre pour que l’on puisse poursuivre nos spectacles. »

C’est ainsi que cette année, Tortue Berlue a pu donner 575 représentations en salle, dans des gymnases, et 278 représentations dans l’autobus. « Nous sommes très contents d’avoir donné ces spectacles, mais nous avons dû baisser nos tarifs, car il devait y avoir moins d’enfants présents. Cependant, nous nous étions fixé un objectif optimiste et nous l’avons dépassé. »

L’équipe artistique gravitant autour de ce projet, composée d’une vingtaine de personnes, a voulu remercier « tout particulièrement les ministres Steven Guilbault, Nathalie Roy et Jean-François Roberge, sans qui ce projet, somme toute ambitieux pour une jeune compagnie de théâtre, n’aurait jamais vu le jour ».

Pour plus d’informations sur le Théâtre Tortue Berlue : https://tortueberlue.com/

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires