Des pièces de théâtre annulées

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Des pièces de théâtre annulées
Le Théâtre Saint-Bruno Players annule ses productions du printemps en raison de la COVID-19. (Photo : archives)

Théâtre Saint-Bruno Players

Au tour du Théâtre Saint-Bruno Players de s’incliner face à la COVID-19. L’organisme ne présentera pas ses pièces prévues ce printemps, en avril.

Le Théâtre Saint-Bruno Players devait présenter la pièce Cliffhanger de James Yaffe, en anglais, les 17 et 18 avril au Centre Marcel-Dulude. La comédie Un petit secret bien gardé de Renée Dufour, une membre de la troupe, devait quant à elle suivre, les 23, 24 et 25 avril, au même endroit. « C’est avec tristesse que nous devons annuler notre production du printemps, pour les raisons de santé publique que vous connaissez (COVID-19) », peut-on lire sur la page Facebook du Théâtre Saint-Bruno Players. La décision a été prise le 15 mars.

Interrogé par Les Versants, l’un des comédiens de la pièce Un petit secret bien gardé, Bernard Belzile, évoque « une grande déception ». Il s’explique : « Nous étions très avancés dans les répétitions et la préparation du spectacle; nous avions plus de la moitié des répétitions de réalisée. Le texte était bien appris par la plupart. Nous avions déjà vendu beaucoup de billets, que nous avons dû rembourser. »

« Une grande déception. » – Bernard Belzile

La présidente du Théâtre Saint-Bruno Players, Claire-Andrée Lavoie, parle quant à elle de prévention : « Pour l’instant, nous devons protéger nos membres qui doivent se côtoyer régulièrement lors des pratiques, ainsi que notre public qui assiste aux différentes présentations. »

Pas une première

Membre de longue date au sein du Théâtre Saint-Bruno Players, Bernard Belzile raconte que pareille situation n’est pas une première. Une annulation avait aussi été nécessaire en janvier 1998 pour une autre sorte de crise… « En 1998, nous avons dû reporter la présentation de la pièce La cage aux folles à cause du verglas. Les représentations devaient avoir lieu en janvier; elles ont été reportées en juin de la même année », mentionne-t-il.

Normalement, la troupe propose des pièces en français et en anglais au printemps ainsi qu’à l’automne. « Pour le moment, notre projet est de présenter la pièce à l’automne. La décision reviendra aux membres [selon] leurs disponibilités, et d’autres facteurs à considérer. Comme les autres projets que nous avions déjà planifiés à l’automne. »

De son côté, Claire-Andrée Lavoie avance qu’en ce moment, « il est souhaité que la pièce francophone Un petit secret bien gardé soit présentée à l’automne ». Elle ajoute : « Pour la production anglophone Cliffhanger, le directeur et les cinq comédiens ont déjà signalé leur intérêt et leurs disponibilités pour participer à cette présentation [bien que] la date ne soit pas déterminée. »

Situation financière

Quand on lui demande ce que cette situation représente en pertes financières pour le Théâtre Saint-Bruno Players, M. Belzile dit que « ce n’est pas catastrophique », avant de préciser : « Nous avions déjà engagé quelques dépenses, telles que les billets, les affiches, les salles de répétition… Ça totalise moins de 500 $. Nous pourrons peut-être réutiliser le même matériel avec des autocollants pour corriger les dates si nous reportons à l’automne. » Claire-Andrée Lavoie complète : « Nous sommes dans une situation financière saine, grâce à une série très réussie de productions récentes, au soutien continu de la Ville de Saint-Bruno, de la province et des commanditaires locaux, et à une gestion astucieuse de nos finances au fil des ans. De plus, […] la Ville a accepté de renoncer à nos frais de location pour le Centre Marcel-Dulude. »

Plus personnellement, le comédien souligne qu’il vit bien l’isolement demandé par les autorités de la santé publique. En tant que consultant, il travaille déjà de la maison. « Il n’y a rien qui change pour moi », témoigne-t-il.

Éviter de regarder ses placements

« Bien entendu, il ne faut pas trop regarder nos placements de retraite, qui ont fondu en quelques jours. Mais je ne m’en fais pas trop, sachant que la bourse va sans doute reprendre graduellement le terrain perdu après la crise », d’insister Bernard Belzile, qui rappelle de respecter les consignes. Un moyen de s’en convaincre? « Il suffit de regarder ce qui se passe en Italie! »

Selon lui, le gouvernement du Québec montre son leadership et les médias font un bon travail d’information et de sensibilisation. « Mieux on respectera les consignes, plus rapidement on s’en sortira. L’isolement est relatif. Il y a de nombreux moyens de rester en contact avec nos proches sans rapprochement physique. Mes pensées vont cependant à tous ceux et celles qui perdent leur emploi, de même qu’à ceux et celles qui s’occupent des malades dans les hôpitaux et des personnes âgées dans les nombreuses résidences », conclut-il.

QUESTION AUX LECTEURS :

Quels impacts cette crise va-t-elle créer dans le milieu culturel?

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des