Des MaxiMoMs sur le terrain

Des MaxiMoMs sur le terrain

(Photo : courtoisie)

Club de soccer unifié du Mont-Bruno

Au sein de l’organisation du Club de soccer unifié du Mont-Bruno, il existe un secret bien gardé. Les MaxiMoMs, une équipe féminine dans la catégorie senior A, existent depuis maintenant huit saisons. Entrevue.

Denise Charette était de retour à la maison après avoir disputé le dernier match de la saison des MaxiMoMs lorsqu’elle a joint le journal Les Versants. Au bout du fil, elle s’excuse de l’heure tardive de son appel. « Je m’excuse. Je n’ai pas l’habitude d’appeler chez les gens à cette heure-là. » Il était 23 h 30, dimanche. À sa défense, les rencontres de l’équipe féminine senior sont planifiées au calendrier à 21 h les dimanches.

« À la gang, nous avons 40 enfants; certaines, comme moi, des petits-enfants. » – Denise Charette

Quant à la partie, elle s’est soldée par une défaite de 4 à 3 des représentantes du FC Mont-Bruno contre Saint-Hubert, éliminant du même coup les MaxiMoMs des séries de fin de saison. « Nous affrontions la meilleure formation, celle qui a terminé au 1er rang. Malgré le revers, nous sommes fières de ce que nous avons accompli cette année; c’était au-delà de nos espoirs », explique la Grandbasiloise.

Mais au lendemain de cette élimination, Denise Charette admet qu’elle est en « gros deuil » en raison de la fin de la campagne 2018. « Il y a des filles que je ne verrai pas d’ici l’an prochain. »

40 enfants

Les MaxiMoMs ont été créées il y a maintenant huit ans par Denise Charette et Céline Jetté. Depuis cette inauguration, en 2011, les deux femmes sont devenues grands-mères. Ce qui ne les empêche pas d’être sur le terrain pour disputer les rencontres au calendrier. « C’est un rêve que nous avions en 2011. Ensemble, Céline et moi avons décidé : “OK, on embarque!” Nous formons, année après année, un beau groupe de femmes dont la moyenne d’âge a déjà atteint 40 ans (cette année, la moyenne est autour de 35 ans). À la gang, nous avons 40 enfants; certaines, comme moi, des petits-enfants », raconte Denise Charette, qui continue de jouer au soccer alors qu’elle approche la soixantaine.

Ce club du FC Mont-Bruno est composé de femmes de tout âge. Certaines dans la cinquantaine, comme Mme Charette et sa complice Céline Jetté, plusieurs de 40 ans et plus et d’autres dans la vingtaine. En entrevue, Denise Charette parle de 21 « femmes tissées serrées dont le cœur est à la bonne place ». Élément de fierté pour la fondatrice : un quatrième couple mère-fille s’est joint au groupe cette saison. Elle poursuit : « J’essaie de privilégier cela lorsque je cherche des participantes. »

En plus du temps qu’elle consacre à cette aventure sportive dans l’élaboration de son équipe, que ce soit par la gestion des remplaçantes, l’analyse des statistiques en pensant au duel suivant ou tout simplement en écrivant des courriels récapitulatifs des matchs à ses filles ou pour les motiver, il faut aussi comprendre dans les propos de cette mère de famille que l’histoire des MaxiMoMs va bien au-delà du soccer. « En huit ans, le noyau est resté pratiquement le même. Nous avons vécu toutes sortes de choses ensemble. Certaines sont devenues grands-mères, mais il y a aussi des drames. Nous avons perdu une collègue, Louise, à cause du cancer il y a quelque temps », explique-t-elle. Encore cette année, l’une des joueuses subit des traitements pour traiter cette maladie à 37 ans. D’autres ont tout simplement quitté la formation.

Dimanche soir, par exemple, Denise Charette a dû faire face à plusieurs absentes : deux femmes enceintes, une blessée, deux autres en congé de maladie. « Dans ces moments, il faut se débrouiller avec les filles que nous avons. »

Une famille qui a gravité dans le sport

Denise Charette n’a jamais été sportive, bien que plus jeune, elle ait pratiqué le ski et la natation. « À un moment, il y a eu l’école, le travail, la famille… j’ai arrêté le sport », de déplorer la femme active. Après la naissance du dernier, elle a décidé de demeurer à la maison. Avec trois garçons, la famille était constamment dans les arénas et sur les terrains de soccer. « À 40 ans, j’ai décidé de penser un peu à moi. C’est à ce moment que je me suis intéressée à nouveau au sport. »

Du sport à l’année

Depuis, elle est maniaque de soccer, au point de créer les MaxiMoMs. Mais ce n’est pas tout. Cette athlète évolue aussi dans une ligue de soccer récréatif à Saint-Basile-le-Grand, qu’elle gère bénévolement. Ce qui lui permet de disputer quelque trois matchs de soccer par semaine incluant celui du dimanche soir, où elle se donne davantage physiquement. Maintenant que la saison estivale se termine, Denise Charette a chaussé les patins afin d’entamer sa saison de hockey sur glace! Elle lance : « Faut vouloir! » Mais de m’adonner à toutes ces activités, et j’ai dû mettre un terme au hockey cosom l’année dernière, ça me permet de sortir de mon quotidien, de rencontrer des gens, de garder la forme et, surtout, d’être fière de moi, pour ce que je vis rendue à mon âge! C’est bon pour le moral! »

En huit années d’existence, les MaxiMoms ont connu des saisons fantastiques, et des campagnes plus difficiles, comme en 2018. Elles ont tout de même participé aux séries éliminatoires de leur catégorie de 2011 à 2015. Elles y étaient de retour cet été.

« Lorsque je reviens à la maison après une partie, j’ai mal parce que le soccer est un sport si demandant, si exigeant; je suis fatiguée aussi. Je pourrais rester à la maison, m’asseoir sur le divan, regarder la télévision et ne rien faire. Je finirais par avoir mal un jour ou l’autre. Je préfère pratiquer un sport qui me plaît tellement! »

QUESTION AUX LECTEURS :

Que pensez-vous de l’histoire des MaxiMoMs?

Leave a Reply

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des