Des lumières de Noël devancées?

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Des lumières de Noël devancées?
Des lumières de Noël pourraient être allumées plus tôt que d’habitude cette année. (Photo : Pierre Cyr)

Inspirées par l’idée du maire Labeaume

Le maire de Québec, Régis Labeaume, propose d’installer les décorations de Noël plus tôt cette année, et ce, pour contrer la morosité du mois de novembre. Des municipalités de notre territoire sont sur le point d’adhérer à l’initiative.

Une semaine avant le changement d’heure et le début du mois de novembre, et avec une pandémie qui s’est installée pour l’automne, Régis Labeaume a suggéré à ses citoyens de sortir leurs parures rappelant la période des Fêtes. « Ça va être vraiment tough, novembre, disait-il le 23 octobre dernier. Commencez donc maintenant à installer vos décorations de Noël pour faire en sorte que les enfants, quand ils sortent le soir, sentent un peu de féerie, qu’il y ait un petit peu de bonheur dans leur tête. »

L’initiative est peut-être banale, or, les villes de notre territoire semblent vouloir emboîter le pas. À tout le moins, l’idée d’installer les décorations de Noël plus tôt que la normale fait son chemin chez certaines.

Saint-Basile-le-Grand

C’est le cas avec Saint-Basile-le-Grand, qui prépare ses équipes et le matériel nécessaire pour devancer la disposition des éclairages de Noël. Normalement, elles sont mises en place vers la fin du mois de novembre, en prévision des événements organisés en décembre. « Ce serait ainsi plus tôt que d’habitude, avance la directrice du Service des communications de Saint-Basile, Stéphanie Plamondon. Pour la Municipalité, il est important de prendre part aux mouvements qui amènent du bonheur et du réconfort à nos citoyens. »

Où est le bonheur?

Rappelons qu’au printemps dernier, lors du confinement total, Saint-Basile avait décidé de joindre le mouvement des arcs-en-ciel en ajoutant le symbole à son identité visuelle pour la durée de la crise sanitaire. Aussi, des arcs-en-ciel ont été peints ou dessinés dans les fenêtres des édifices municipaux, par exemple au Centre civique Bernard-Gagnon. Enfin, la Ville avait publié une nouvelle page Internet consacrée au partage de messages positifs, d’espoir et de solidarité citoyenne, à l’adresse villesblg.ca/arc-en-ciel. « La situation actuelle de la pandémie est difficile, et si nous pouvons égayer les soirées de nos citoyens et les inciter à sortir pour visiter les différents lieux extérieurs qui seront illuminés, ce sera une belle fierté pour les employés », de répondre Stéphanie Plamondon.

En entrevue avec Les Versants, le maire de Saint-Basile, Yves Lessard, affirme que l’idée de son homologue de Québec est « géniale » et que la Ville compte bien y participer. En novembre, les journées sont plus courtes, il fait noir plus tôt et cette deuxième vague ne fait rien pour améliorer la situation. « Le maire de Québec a raison, nous avons tous besoin, en ce moment, de lumière dans notre vie. C’est à l’aide de mesures comme celle-là que l’on s’encourage à passer à travers. Je parlais de résilience lors de l’assemblée d’octobre. La résilience, ça s’entretient, par de petits bonheurs, entre autres. Ça, c’est un petit bonheur. Parfois, ça ne tient pas à grand-chose, par exemple, prendre contact avec des gens que l’on aime », mentionne Yves Lessard.

Celui-ci raconte qu’en avril dernier, « lorsque la situation était déjà difficile », une famille de sa rue avait décoré un sapin naturel avec des lumières de Noël. « Pendant un soir ou deux, les enfants sont venus voir le sapin, émerveillés. »

D’ailleurs, en assemblée régulière, ce lundi 2 novembre, M. Lessard en aura glissé un mot afin d’inviter les citoyens à y prendre part aussi. Au téléphone, il ajoute : « J’invite les gens à contribuer à ce défi collectif. Pas besoin de se concurrencer entre voisins, mais seulement d’ajouter quelques lumières, dans la mesure du possible de chacun. Pour que chacun fasse sa part », énonce le maire, qui souhaite que cette initiative devienne pour la population un incitatif à sortir, à voir les couleurs, à découvrir les parcs, à faire de l’activité physique. « On souhaite un effet d’entraînement pour des activités; une façon pour que le citoyen se décloisonne. »

La Municipalité installera les lumières et les décorations de Noël « le plus vite possible », mais a l’intention aussi de faire quelques acquisitions supplémentaires afin de bonifier, d’innover et de rafraîchir ses décors. « Rien d’exorbitant », assure le premier magistrat.

Saint-Bruno-de-Montarville

Cependant, sur le territoire de Saint-Bruno-de-Montarville, la mise en place des décorations de Noël s’amorcera « comme à l’habitude », au cours de la semaine du 16 novembre. L’installation devrait se conclure à la fin du mois. La directrice des communications de Saint-Bruno, Suzanne Le Blanc, nous explique qu’un changement de décor aura lieu prochainement avec le retrait des décorations de l’Halloween. « Il faut alors donner un peu de temps aux employés pour préparer et déployer les nouvelles décorations. L’installation des lumières de Noël débute toujours tôt chaque année de façon à égayer la ville », dit-elle. Ainsi, dans deux semaines, les employés des Travaux publics s’activeront sur le terrain. « La priorité sera accordée au centre-ville, dont les lumières scintilleront les premières, note Mme Le Blanc. La Ville a à cœur d’offrir un décor chaleureux, malgré cette pandémie qui nous talonne. »

Sainte-Julie

De son côté, Sainte-Julie ne ferme pas la porte à l’idée de décorer aux allures de Noël. « Présentement [le 27 octobre dernier], ce sont nos décorations d’Halloween qui sont installées aux quatre coins de Sainte-Julie. Notre équipe d’horticulture s’est dépassée pour offrir aux citoyens de merveilleux décors. En novembre, lorsque les employés procéderont au démontage de ces décorations, ils feront le montage des décorations de Noël », affirme la coordonnatrice des communications de Sainte-Julie, Julie Martin.

Dans la municipalité, les lumières de Noël sont habituellement allumées dans le cadre du défilé de Noël, la journée même. Cette année, l’événement devait avoir lieu le 5 décembre. Or, la Ville a annoncé son annulation le 8 octobre dernier, en raison des circonstances dues à la COVID-19. « Comme le défilé a été annulé cette année, nous ne savons pas encore à quel moment nous les allumerons. La décision viendra après la fête de l’Halloween. Mais assurément, les Julievillois pourront observer nos magnifiques décorations. D’ailleurs, certaines restent allumées tout l’hiver pour créer une magie hivernale », poursuit Julie Martin.

De la couleur dans la froidure de novembre

Enfin, avant même de penser à mettre en place des lumières de Noël en novembre, il y a les Cowboys fringants, les grands gagnants du plus récent Gala de l’ADISQ, qui en ont fait un mois plus coloré avec leur chanson « Tant qu’on aura d’l’amour ». On le constate avec ces paroles de Jean-François Pauzé : « Depuis qu’on a lâché prise, on voit de la couleur dans les zones grises, il y a du bon dans la froidure de novembre, elle nous permet de nous coller plus ensemble… »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires