Des élections municipales sans Line Marie Laurin à Saint-Basile-le-Grand

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Des élections municipales sans Line Marie Laurin à Saint-Basile-le-Grand
La conseillère municipale Line Marie Laurin ne sera pas des élections municipales. (Photo : Frank Jr Rodi)

Il y aura du nouveau dans le district 2 de Saint-Basile-le-Grand au terme des élections municipales. La conseillère Line Marie Laurin a décidé de ne pas se représenter en vue du scrutin du 7 novembre.

« Je n’ai pas l’intention de me présenter aux élections. »

Ainsi répond la conseillère municipale de Saint-Basile-le-Grand, Line Marie Laurin, à la question que Les Versants lui avait d’abord posée au printemps dernier. Le journal avait approché les élus de Saint-Basile-le-Grand afin de connaître leurs intentions en vue des élections. Mme Laurin souhaitait alors réfléchir, puis se concentrer sur le travail à abattre avant la fin de son mandat et le début de la campagne électorale. « Ma réflexion n’est pas encore entamée. J’avoue que ma préoccupation est actuellement de compléter au mieux mon mandat afin de servir adéquatement les citoyens du district 2 », répondait-elle au mois de mars.

Line Marie Laurin a effectué ses débuts en politique municipale en 2013 après avoir été impliquée localement, entre autres au Centre de bénévolat et avec le Club Richelieu. Mais elle avait aussi été candidate en 2009, dans l’équipe de Michel Carrières. Sans succès aux élections. « Je demeure à Saint-Basile-le-Grand depuis 21 ans. Je m’implique dans ma communauté depuis une vingtaine d’années, dont huit à titre de conseillère municipale. Après 20 ans, j’espère, j’ose croire que j’ai contribué à l’essor de ma ville. Je suis convaincue que d’autres prendront la relève », mentionne Mme Laurin.

« Pour les quatre prochaines années, c’est terminé la politique pour Line Marie Laurin. » – Line Marie Laurin

Dans son bilan, elle cite quelques réalisations survenues au cours des dernières années. Par exemple, le réaménagement complet du parc Dufresne, la réfection de l’avenue du Mont-Bruno, les travaux au parc Duquet, l’aménagement du sentier piétonnier Armand-Charbonneau, la santé du lac Montpellier… En entrevue, Line Marie Laurin évoque l’importance de s’impliquer dans et pour son quartier. « Il y a eu beaucoup de beaux projets dans le district 2. Je ne m’attribue pas tout le mérite, mais je crois que j’ai réussi à capter l’oreille de mes collègues au conseil municipal. C’est un travail en collégialité. »

Mais quand on lui demande quelle est sa plus grande réussite, Line Marie Laurin évoque le règlement adopté plus tôt cette année pour autoriser les logements accessoires dans une habitation unifamiliale isolée.

Elle note aussi son statut particulier. « En 2017, j’ai été élue alors que j’étais dans un parti [le Parti grandbasilois de Maurice Cantin]. Avec cette réélection, j’y voyais un message clair; la population souhaitait que je travaille pour elle au sein d’un conseil municipal. J’aurais pu m’opposer contre le reste du conseil. Or, ce n’est pas dans ma vision du travail pour l’essor de la municipalité. Je ne suis pas ce type d’élue. L’une de mes réussites, c’est donc d’avoir su travailler en collégialité avec un maire et d’autres conseillers. »

Rappelons que Line Marie Laurin est devenue conseillère indépendante en janvier 2019, officialisant ainsi sa démission du Parti grandbasilois.

Sa décision de ne pas se représenter aux élections municipales, Line Marie Laurin dit l’avoir mûrie depuis le printemps dernier. En huit ans, elle affirme qu’il y a eu beaucoup de travail accompli et beaucoup d’implication. « Je ne suis pas une politicienne, rappelle-t-elle. Je ne suis pas là pour le pouvoir, mais pour pouvoir réaliser les choses. C’est un travail prenant, mais passionnant. »

Passionnant, mais pas au point de poursuivre l’automne prochain, parce qu’elle a déjà effectué un « bon bout de chemin » en ce sens.

Elle ne blâme pas la COVID-19 pour son choix de ne pas revenir. « La COVID ne m’a pas influencée. En tant qu’élus, nous avons appris à travailler différemment, avec les outils en place, et à être efficaces », poursuit Mme Laurin. Selon elle, malgré les huis clos et le confinement, le conseil municipal a consulté la population davantage au cours de la dernière année et demie.

Mais la COVID influence, d’une manière ou d’une autre. La conseillère municipale du district 2 reconnaît que de ne pas voir ni côtoyer les citoyens pendant des mois lui a été pénible. « Le contact spontané que j’avais avec nos citoyens, avec les membres de la Gerbe dorée, avec les clients dans les restaurants… ça m’a manqué. J’ai eu l’impression d’être coupée des gens. »

Quand on lui demande ce qu’elle compte entreprendre à la fin de son mandat, la femme déclare qu’elle est une plume au vent. « Après l’assemblée du mois d’octobre [le lundi 4 octobre], je redeviens une simple citoyenne. Si j’ai une belle opportunité, je vais la saisir », poursuit la responsable de l’aménagement et l’urbanisme à Saint-Basile-le-Grand.

Elle compte s’impliquer à nouveau dans la communauté, auprès du Centre de bénévolat ou d’autres organismes de la ville.

Enfin, le journal lui a posé une dernière question, à propos des élections à venir et de la possibilité que Maurice Cantin, le chef du Parti grandbasilois, tente de la ramener dans son équipe. « Pour les quatre prochaines années, c’est terminé, la politique pour Line Marie Laurin. »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires