Des drapeaux en berne

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Des drapeaux en berne
La Ville de Saint-Basile-le-Grand a annoncé un surplus de plus d’un million de dollars pour l’année 2019. (Photo : archives)

Explosions à Beyrouth

Afin de soutenir le peuple libanais, des villes ont décidé de mettre les drapeaux de leur hôtel de ville en berne cette semaine.

C’est le cas de la Municipalité de Saint-Basile-le-Grand, qui met ses drapeaux en berne en guise de soutien au Liban. Sur le terrain en face de la mairie située sur la rue Principale, les drapeaux seront en berne jusqu’à mardi prochain.

« À la suite des événements tragiques survenus à Beyrouth et en guise de soutien et de solidarité envers la communauté libanaise, la Ville de Saint-Basile-le-Grand a mis en berne ses drapeaux », explique la Municipalité dans un communiqué publié jeudi.

« Les pensées des Grandbasilois et des Grandbasiloises se tournent vers leurs concitoyens d’origine libanaise et leur famille afin d’offrir tout leur appui en ces moments difficiles », ajoute la Ville.

Pour sa part, Sainte-Julie met ses drapeaux en berne jusqu’à lundi. C’est la directrice générale adjointe de la Ville de Sainte-Julie, Mélanie Brisson, qui a confirmé la nouvelle au journal Les Versants.

Soucieuse de démontrer son soutien auprès de la population libanaise, la Municipalité s’est aussi exprimée ainsi sur les réseaux sociaux : « La Ville de Sainte-Julie est de tout cœur avec la communauté libanaise ainsi qu’avec tous les Julievillois ayant de la famille ou des proches à Beyrouth en ces jours douloureux, de même qu’avec toutes les personnes touchées de près ou de loin par ce drame. Les drapeaux de l’hôtel de ville seront en berne jusqu’à lundi. »

Du côté de Saint-Bruno-de-Montarville, la Ville n’a pas répondu au journal Les Versants. En passant devant la mairie, sur la rue Montarville, notre journaliste a constaté que les drapeaux n’étaient pas en berne jeudi après-midi à Saint-Bruno-de-Montarville.

Rappelons que deux explosions sont survenues mardi dans la capitale du Liban. Des explosions causées par 2750 tonnes de nitrate d’ammonium entreposées dans un hangar près du port de Beyrouth. Au moment d’écrire ces lignes, le bilan fait état de 137 décès, de 5000 blessés et de 300 000 personnes sans-abris. Des survivants sont également recherchés dans les décombres de la catastrophe.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des