Dernière ligne droite pour les trois candidats à la mairie de Saint-Bruno-de-Montarville

Photo de Frédéric Khalkhal
Par Frédéric Khalkhal
Dernière ligne droite pour les trois candidats à la mairie de Saint-Bruno-de-Montarville
Le 7 novembre, nous connaîtrons le prochain maire ou la prochaine mairesse de Saint-Bruno-de-Montarville. (Photo : courtoisie)

C’est la dernière ligne droite pour les candidats à l’élection municipale de Saint-Bruno-de-Montarville. Les deux équipes en course, un maire indépendant et le seul candidat indépendant dans le district 5, continueront à faire du porte-à-porte jusqu’au jour du scrutin le 7 novembre pour convaincre les citoyens de voter pour eux.

Les premiers à s’être lancés dans la plus longue campagne électorale municipale en 20 ans ont été les candidats de Citoyens d’abord Saint-Bruno – Équipe Grisé. Son chef est Ludovic Grisé Farand, conseiller municipal du district 4 après la démission de son poste de Martin Guèvremont, membre du Parti montarvillois, en 2019. M. Grisé Farand a siégé tout au long de son mandat comme indépendant avant l’annonce de la création de son parti politique peu avant le déclenchement des élections.

À la fin mars, l’ensemble des candidats du parti de M. Grisé Farand était connu dans chacun des districts de la municipalité.
Est apparu très rapidement sur les listes du Directeur général des élections du Québec (DGEQ) le nom d’Annie Tessier à la tête d’Équipe Montarville, nom de parti réservé. La citoyenne ne s’est finalement pas rendue au bout du processus d’inscription pour aller devant les urnes.

Alors que la liste de M. Grisé Farand était connue, c’était au tour d’Isabelle Bérubé, cheffe du parti Ensemble Saint-Bruno, de présenter ses candidats à la fin mars. En octobre 2020, Mme Bérubé, conseillère du district 5, et Vincent Fortier, conseiller du district 2, démissionnaient du Parti montarvillois tout en étant en très bons termes avec leur ancien parti. Cinq mois après, Mme Bérubé annonçait la formation de son parti avec Vincent Fortier.

Mme Bérubé a rencontré plusieurs difficultés tout au long de la présentation de ses candidats dans les différents districts. Peu de temps avant la campagne officielle, une candidate déjà annoncée a été déplacée de district. Quelques jours avant la fermeture des candidatures, une autre candidate de la liste de Mme Bérubé a dû être remplacée in extremis. Au bout du compte, comme Citoyens d’abord, Ensemble Saint-Bruno présente un candidat dans chacun des districts.

Deux partis absents
Le parti Alliance municipale, dirigé par Thérèse Hudon, a dit rapidement qu’il ne participerait pas à cette élection municipale et que le parti Alliance municipale serait dissous. L’ancien parti du maire Claude Benjamin a ainsi été supprimé de la liste du DGEQdes partis politiques présents à Saint-Bruno-de-Montarville.

Le Parti montarvillois, le parti du maire sortant Martin Murray, a tardé à annoncer ou pas ses candidats. Finalement, ce n’est qu’au début de la campagne municipale que l’on apprenait de facto que le Parti montarvillois ne présenterait pas de candidats aux élections. Toutefois, Martine Bousquet, une ancienne candidate au poste de conseillère municipale qui dirige le parti, a clairement indiqué que son parti n’appuierait « aucun candidat » au prochain scrutin.

Rappelons que Mme Bérubé, jusqu’à sa dernière année de mandat comme conseillère, a été pendant sept ans une élue du Parti montarvillois au sein du conseil municipal. Alors que M. Murray pouvait compter sur une majorité d’élus du Parti montarvillois à son premier mandat (2013 à 2017), lors de son deuxième mandat (2017 à 2021), il a vu chacun de ses proches au conseil lui tourner le dos en décidant de démissionner ou de siéger en tant qu’indépendant. Les derniers à avoir quitté le Parti montarvillois dans leur dernière année de mandat, pour créer le parti Ensemble Saint-Bruno, ont été Isabelle Bérubé et Vincent Fortier.

André Besner, chef du parti Équilibre, et seul membre de son clan, est le troisième candidat à la mairie. Conseiller municipal, candidat à plusieurs autres élections, comme celle de maire de Saint-Bruno en 2017, de la commission scolaire des Patriotes ou encore aux élections provinciales dans la circonscription de Verdun en 2012, il a obtenu 13,58 % des voix en 2017. Alors qu’en 2017, il avait présenté deux candidats dans deux districts, cette année, il se présente seul à la tête du parti Équilibre. S’il ne se présente pas comme indépendant, c’est qu’il est moins coûteux de se présenter comme un parti, nous a-t-il indiqué.

Un seul indépendant
La seule lutte à trois se produira dans le district 5, qui comptera le seul indépendant à se présenter comme conseiller. Lors des dernières élections en 2017, il y avait six indépendants à avoir franchi le pas.

Louis Mercier affrontera la candidate du parti Citoyens d’abord Saint-Bruno – Équipe Grisé, Eve Poirier, et la candidate du parti Ensemble Saint-Bruno, Véronique Mauro.

Les chantiers à venir
Un des plus gros chantiers qu’aura presque à monter de toutes pièces celui ou celle qui occupera le siège de maire, c’est celui d’ériger un complexe sportif très attendu. Depuis quelques mois, la piscine intérieure de l’école secondaire est fermée pour rénovation, des travaux prévisibles depuis 2009, selon des études de la Ville. Aujourd’hui, les Montarvillois doivent se rendre à Boucherville ou à Sainte-Julie pour avoir accès à une piscine. La construction d’un complexe sportif comprenant une piscine viendra régler la situation à long terme, mais même l’emplacement de cet édifice n’est pas encore connu.

Sur le plan économique et commercial, Saint-Bruno a pu compter sur un parc industriel qui arrive au bout de sa capacité d’accueil. Les commerçants de la ville réclament depuis longtemps que des canaux de communication entre eux et la Municipalité leur soient dédiés, alors que la Chambre de commerce, très peu active à Saint-Bruno depuis des années, a procédé depuis peu à un changement d’administration. La prochaine personne élue devra rétablir les liens entre les commerçants de la ville et trouver des solutions pour dynamiser son parc industriel.

Sur le plan environnemental, Saint-Bruno peut jouir d’une situation enviable en ayant sur son territoire le parc national du Mont-Saint-Bruno et de nombreux autres boisés qui font l’une des particularités de la ville. L’administration précédente a fait de l’environnement son cheval de bataille, voulant protéger à tout prix, devant les tribunaux, les boisés restants de son territoire à l’encontre de projets immobiliers. La Ville a remporté une première bataille pour la protection du boisé Sabourin, mais en a perdu une autre concernant un boisé situé sur le boulevard Seigneurial.

Plusieurs autres boisés sont encore en attente d’une décision. Le nouveau conseil municipal devra choisir rapidement les orientations qu’il compte prendre dans ces différents dossiers, dont le plus connu est le boisé des Hirondelles.

Enfin, le prochain conseil municipal devra se pencher sur comment ses membres comptent travailler ensemble. Lors des dernières années, les tensions se sont créées au sein des élus de la Ville. Des tensions qui n’ont pas permis de faire avancer des projets importants, comme celui du complexe sportif, par exemple. Le nouveau maire ou la nouvelle mairesse aura le défi de trouver une solution pour que l’harmonie soit de retour au sein du conseil. Une sérénité qui profiterait avant tout aux citoyens de Saint-Bruno.

Quoi qu’il arrive le 7 novembre, Saint-Bruno-de-Montarville aura une nouvelle figure qui présidera les séances du conseil municipal une fois par mois. Cette personne sait déjà qu’elle aura beaucoup de dossiers à régler qui l’attendent sur les tables de l’Hôtel de Ville.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires