Dek Hockey : Une ligue inaugurée en pleine pandémie

Par Chloé-Anne Touma
Dek Hockey : Une ligue inaugurée en pleine pandémie
Match de la Ligue Dek Hockey Montérégie entre les Cookie Monsters et les Chicken Nuggets, le 23 août 2020. (Photo : Nathalie Martel)

La Ligue Dek Hockey Montérégie (LDHM), qui n’a été créée que l’année dernière, a connu une première saison hors du commun. En seulement un an, elle a déjà enrôlé 118 équipes et 1090 joueurs, et réussi à poursuivre ses activités malgré la COVID-19.

Le dek hockey, c’est comme du hockey sur glace, mais sans la glace. Yan Lavergne, un résident de Saint-Hubert, a eu l’idée d’en former sa propre ligue pour rendre plus accessible aux jeunes de la Montérégie ce sport qui gagne en popularité. « Plus jeune, mon rêve était d’avoir mon aréna à moi ! Mais je suis forcé d’admettre que d’avoir un centre de dek hockey a pris le dessus et est devenu ma priorité. »

Une ligue en plein essor malgré la pandémie

La Ligue a été victime de son succès puisqu’il a fallu qu’elle adapte l’organisation de ses matchs au contexte sanitaire. C’est la saison d’été de 240 joueurs juniors (4-15 ans) et 850 joueurs adultes qui en dépendaient.

Yan se dit encore étonné du nombre d’équipes participantes. « C’est ultra surprenant car les autres centres qui possèdent beaucoup d’années derrière la cravate à qui j’ai demandé conseil avant de débuter, projetaient que nous aurions une trentaine d’équipe au maximum. Mon objectif était d’enrôler 65 équipes. On en est actuellement à 118. »

Une pause inévitable

La saison d’automne  de la LDHM a été un prolongement de la saison d’été, qui avait été lancée à la fin du mois de juin. Elle devait se poursuivre jusqu’au 18 octobre, suivant la formule des jeux « playoffs » dans les catégories D1 à D3, F5 à F7, et M5 à M7. « Comme nous avons débuté 3 mois en retard sur ce qui était prévu, nous avons décidé de ne pas faire de saison d’automne et d’allonger la saison d’été jusqu’en octobre. »

Malheureusement, la Ligue et ses joueurs devront se contenter des matchs joués jusqu’à présent puisqu’elle a dû annuler le reste de la saison en raison des normes établies par la Santé publique. « Dans mon cas, les restrictions imposées par la Santé publique en Montérégie et la Ville de Longueuil il y a 2 semaines, lorsque nous sommes passés au palier rouge, ont fait en sorte qu’il était déjà impossible de rester ouverts. »

Une discipline exemplaire

Pour Yan, le défi réel que représentait la tenue des matchs en composant avec les directives de la Santé publique, résidait surtout dans le fait que le dek hockey n’est pas un sport associé à une fédération sportive. « Nous devions être encore plus prudents, d’autant plus que nous sollicitions un terrain public (École secondaire Gérard-Filion). » Yan affirme que la ligue a reçu les félicitations de la Santé publique lorsque ses représentants étaient de passage. « La Santé publique nous a félicité à deux reprises pour notre façon transparente de gérer nos événements. Les gens n’ont pas arrêté de nous féliciter de prendre nos responsabilités avec autant de sérieux devant la situation, qui l’exigeait de toute façon. »

L’expérience d’une montarvilloise

Les témoignages de nombreux joueurs de la ligue abondent d’ailleurs en ce sens. C’est le cas notamment d’une joueuse montarvilloise, Kathleen Lacambre, qui participe aux matchs de la ligue en tant que membre de l’équipe des Cookie Monsters, dans la catégorie adulte de niveau F6. Elle fait le point sur la saison d’été qu’elle a vécue en pleine pandémie. « Pour moi, la saison a commencé le 30 juin. Mon équipe jouait 1 à 2 matchs tous les mardis à Longueuil. La ligue a été créée par Yan pour rendre le sport plus accessible aux jeunes, et je dois dire qu’il la gère très bien. », raconte-t-elle.

« Nous avons pu continuer à jouer sans problème en composant avec les nouvelles réalités et restrictions, et avons eu énormément de plaisir. On a l’avantage de ne pas avoir à respecter la distanciation sociale de deux mètres lorsque l’on joue car le contact ne dure pas longtemps. Le risque de contagion en est vraiment réduit. Mais sinon, on devait se laver les mains très souvent et désinfecter les bancs. On ne socialisait ni avant ni après les matchs, et le public ne pouvait y assister. »

« Tous les centres de dek hockey seront gravement touchés (…) certains ne passeront pas au travers. » – Yan Lavergne

D’importantes pertes financières

Pour Yan, le plus difficile à accepté est que beaucoup d’efforts avaient été investis dans le respect de normes strictes afin d’assurer le maintien des activités de la ligue. Les conséquences de leur interruption vont être très lourdes pour le dek hockey à grande échelle. « Il nous restait 2 semaines d’activités.  On parle malheureusement de lourdes pertes financières en raison de notre fermeture hâtive. Tous les centres de dek hockey seront gravement touchés économiquement et certains ne passeront pas au travers. »

Malgré la fin de saison abrupte, Yan reçoit l’appui des joueurs. « Grâce à votre dévouement, on a pu jouer cet été. Je suis très reconnaissante (…) Merci pour vos efforts et votre détermination. On sera de retour avec vous dès que vous le serez ! », a tenu à exprimer Christine Farlatte, capitaine de l’équipe des Dek Heads.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires