Défi pissenlits pour les abeilles

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Défi pissenlits pour les abeilles
Le nombre d’abeilles est en déclin. (Photo : archives)

Les élus du conseil municipal de Saint-Basile-le-Grand lancent un défi à leurs citoyens. Le défi pissenlits, pour sauver les abeilles.

Au-delà de la réglementation sur le bruit et les heures attribuées pour tondre la pelouse, le conseil municipal a profité du sujet lors de la Parole aux Grandbasilois du 2 mai pour lancer un défi pissenlits à la population.

« Un sujet particulièrement d’actualité, soit celui de l’importance de limiter la tonte de pelouse au mois de mai pour mieux encadrer l’habitat de l’abeille », de soulever le conseiller Martin Leprohon.

« Nous aimerions vous proposer de retarder la tonte de vos pissenlits cette année. » – Kim Méthot

Une initiative citoyenne que la conseillère du district 4, Kim Méthot, et responsable du Développement durable, a expliqué en évoquant une diminution massive du nombre d’abeilles cette année. « Les abeilles contribuent à la pollinisation des plantes. Nous aimerions vous proposer de retarder la tonte de vos pissenlits cette année. Je sais que certains sont en guerre – je l’étais, j’en suis! – contre les pissenlits… Mais je vais participer à cette initiative de retarder la tonte de mes pissenlits cette année pour permettre aux pollinisateurs de reprendre de la vigueur et de continuer à polliniser nos plantes et nos jardins. Nous vous suggérons de retarder la tonte de vos pissenlits cette année », relate Mme Méthot.

De son côté, M. Lessard a rappelé que durant les mois de mai et juin, « c’est la seule nourriture à laquelle les abeilles, les guêpes et tous les insectes pollinisateurs ont accès pendant cette période, car la terre n’est pas tout à fait réveillée ».

« Le nombre d’abeilles est en déclin de façon assez drastique. [Ce défi pissenlits] est une belle façon de collaborer pour faire en sorte qu’elles se nourrissent bien ce printemps! » lance le maire.

Afin de donner l’exemple, la Ville suivra cette initiative de l’entreprise apicole Miel & Co., à Portneuf, et laissera ces fleurs jaunes pousser sur cinq sections de terrains municipaux.

La Ville donne l’exemple

Afin d’initier le mouvement citoyen, Saint-Basile-le-Grand laissera pousser les pissenlits sur cinq sections de terrains lui appartenant aux endroits suivants :

  • Parc Basile-Daigneault
  • Centre communautaire Lise-B.-Boisvert
  • Parc des Artisans, près de la Gloriette
  • Parc de Montpellier
  • Parc de la Seigneurie

Sur place, une affiche sera installée afin d’indiquer les endroits ciblés et inviter l’ensemble des citoyens à faire de même chez eux.

Un mouvement environnemental de grande importance

Après un rude hiver sous la neige, les insectes pollinisateurs profitent des premières fleurs à apparaître – les pissenlits – pour reprendre des forces pour la saison de pollinisation qui débute. Il s’agit de l’une des sources les plus importantes de nourriture pour eux au printemps. Dans un monde où les pesticides sont de plus en plus utilisés et les terrains sont très bien entretenus, les pollinisateurs manquent de sources de nourriture saines et variées. Leur apport environnemental est pourtant vital pour la nature. Ce geste pourrait les aider.

QUESTION AUX LECTEURS :

Relèverez-vous le défi pissenlits?

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires