De l’espoir pour Hugo Richard

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
De l’espoir pour Hugo Richard
Le footballeur Hugo Richard. (Photo : Les Alouettes de Montréal, Dominick Gravel)

Alouettes de Montréal

Membre des Alouettes de Montréal, le footballeur Hugo Richard voit d’un bon œil l’arrivée de Danny Macioccia et de Mario Cecchini au sein de l’organisation, respectivement en poste à la direction générale et à la présidence.

Les Alouettes de Montréal font couler beaucoup d’encre depuis la nouvelle année. Le 3 janvier, la Ligue canadienne de football (LCF), qui gérait les activités de l’institution montréalaise jusqu’à récemment, annonçait que Patrick Boivin quittait ses fonctions de président et chef de la direction. Trois jours plus tard, le 6 janvier, la formation était vendue à des intérêts ontariens en Gary Stern et Sid Spiegel, alors que plusieurs acquéreurs québécois avaient démontré un intérêt. Enfin, une semaine après, les nouveaux propriétaires présentaient la nouvelle garde de l’organisation, soit Danny Maciocia et Mario Cecchini; c’était le 13 janvier dernier.

« Ce qui a été dit à propos des talents québécois, c’est bon pour moi. » -Hugo Richard

À ce propos, le journal Les Versants s’est entretenu avec le Montarvillois Hugo Richard, qui a grossi les rangs des Moineaux il y a un an. Il admet qu’avec la venue de nouveaux propriétaires, président et directeur général, c’est l’inconnu : « C’est difficile de prédire ce qui va se passer. Je suis simplement content de voir qu’il y a quelqu’un qui a été appointé à ces postes. Ça va permettre à l’organisation des Alouettes de préparer la prochaine saison, de mettre les choses en place et d’attribuer de nouveaux contrats à des joueurs autonomes. Pour le futur de l’équipe, je suis heureux de cette décision. »

Danny Maciocia était l’entraîneur-chef des Carabins de l’Université de Montréal depuis 2010. Durant son séjour, il a mené les Bleus en finale de la Coupe Vanier à trois reprises (2014, 2015 et 2019), soulevant le trophée la première fois. Mais il connaît aussi la LCF, puisqu’il a fait partie des organisations des Alouettes et des Eskimos d’Edmonton, avec qui il a remporté la Coupe Grey, en 2003 et 2005. De son côté, Mario Cecchini a été président de Corus Media, ainsi que PDG de RNC Media. « Je ne connais pas M. Cecchini, avance Hugo Richard. Je sais par contre qu’il a eu une grande carrière dans les médias, ce qui est une bonne chose. L’arrivée de Danny Maciocia n’est pas une mauvaise chose non plus. Il s’amène avec un bagage d’expérience acquis dans la LCF, et il a aussi connu du succès au football universitaire avec les Carabins. »

En entrevue, l’ancien quart-arrière du Rouge et Or de l’Université Laval souligne qu’il a aimé ce qu’il a entendu des deux nouveaux venus en conférence de presse : « À talent égal, [on veut] tenter d’enrôler le plus de Québécois avec nous. »

Espoir

Un message qui a sonné une cloche chez Hugo Richard. Rappelons que l’athlète de 25 ans n’a pas connu la saison escomptée avec son nouveau club en 2019. Non seulement il n’a participé qu’à trois rencontres des Alouettes, mais il a eu à mettre de côté ses qualités de quart-arrière afin de jouer plutôt sur les unités spéciales. Une campagne parsemée d’ajustements et d’adaptation. D’ailleurs, à la fin de 2019, les deux parties ont renouvelé l’entente de recrue de deux ans qui avait été signée en janvier 2019, en raison du nombre peu élevé de matchs disputés. « Ce qui a été dit à propos des talents québécois, c’est bon pour moi. Ça dépend de son implication dans l’équipe et comment se développeront son influence et ses choix, mais j’ai hâte de pouvoir lui parler [à Danny Maciocia], de connaître sa philosophie, de voir ce qu’il a l’intention d’accomplir comme actions. »

Danny Maciocia était l’instructeur des Carabins pendant le séjour d’Hugo Richard avec le Rouge et Or. Depuis 2010, les deux formations se sont affrontées à 8 reprises pour la Coupe Dunsmore, la finale au football universitaire du Réseau du sport étudiant du Québec. Pendant cette période, Laval a échappé la victoire une seule fois, en 2016. À propos de Danny Maciocia, Hugo Richard évoque « un passionné de football qui travaille fort et qui a la réputation de s’impliquer auprès de ses joueurs ». Il ajoute : « J’ai hâte de voir ce qu’il fera avec une équipe professionnelle. »

C’est au cours du mois de mai que les membres des Alouettes de Montréal se réuniront pour les débuts du camp d’entraînement. D’ici là, Hugo Richard s’entraîne, et travaille à temps plein à Québec en tant qu’ingénieur. « Le camp sera pour moi l’occasion de montrer à mes patrons que je suis en grande forme et que je peux me tailler une place dans l’alignement », conclut-il.

QUESTION AUX LECTEURS :

Croyez-vous aux chances d’Hugo Richard de faire partie des quarts-arrière des Alouettes pour 2020?

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des