De joueuse à étudiante-entraîneuse

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
De joueuse à  étudiante-entraîneuse
Léony Boudreau, dans l’uniforme blanc de Purdue, en action sur le terrain. (Photo : courtoisie)

Léony Boudreau

Léony Boudreau a troqué le rôle de joueuse contre celui d’étudiante-entraîneuse pour la formation de basketball féminine de l’Université Purdue, à West Lafayette en Indiana. Retour sur trois années de basketball universitaire chez nos voisins du Sud.

Ralentie par les blessures, Léony Boudreau aura pris part à 17 rencontres durant son séjour comme athlète avec les Boilermakers de Purdue, dont 15 lors de sa saison recrue, en 2017-2018.

Questionnée par Les Versants, la Julievilloise revient sur sa carrière de basketball universitaire. « Les saisons de basket ont été extraordinaires! J’ai vécu des moments que je me rappellerai toute ma vie. Quand vient la fin d’une expérience comme celle-ci, ce n’est pas nécessairement les moments sur le terrain dont tu te souviens le plus; c’est surtout les moments difficiles que nous avons vécus ensemble, les voyages et les moments [cocasses]. Ce sont des moments que je me rappellerai toujours », répond Léony Boudreau.

Carrière influencée par les commotions

Lors de la campagne 2018-2019, la jeune femme aura pris part à une seule partie. Elle a raté le reste de la saison en raison d’une blessure. Toujours hypothéquée par une blessure, elle a manqué l’action des matchs du calendrier 2019-2020. « J’ai eu un peu trop de commotions cérébrales, déplore Léony Boudreau. Les docteurs m’ont annoncé l’année passée que je ne pourrai pas continuer de pratiquer le basket; c’est un sport avec contacts. »

« J’aimerais dire à toutes les jeunes filles de suivre leurs aspirations et de ne jamais s’attarder aux barrières qui semblent les limiter. Parfois, ces barrières ne sont qu’une illusion. » – Léony Boudreau

Malgré la triste réalité, la Québécoise reconnaît sa chance de ne pas ressentir de symptômes récurrents reliés aux commotions cérébrales. On parle entre autres de nausées, de maux de tête, de confusion, de bourdonnements d’oreilles, de problèmes d’équilibre, d’irritabilité, de troubles du sommeil, de sensibilité à la lumière…

Léony Boudreau commente la décision des médecins : « Pour une compétitrice comme moi, c’était difficile à entendre, puisque j’avais dédié beaucoup de temps et d’énergie dans ce sport que j’adore. Je voulais continuer à contribuer aux succès de l’équipe. »

Devenir étudiante-athlète

Mais avec le soutien de sa famille et de ses amis, et grâce à d’autres projets qu’elle a initiés à l’extérieur du basketball, l’athlète a adopté le rôle d’étudiante-entraîneuse. « Je suis reconnaissante de pouvoir continuer à contribuer aux succès de la formation. Je me suis concentrée plus à aider mes coéquipières à se développer en tant que leaders sur le terrain et à l’extérieur. »

À propos de ses nouvelles responsabilités, Léony Boudreau a une pensée pour son entraîneur des Blues du Collège Dawson, Trevor Williams, qui lui avait enseigné d’être « son extension » sur le terrain. « C’était une bonne pratique pour le rôle que j’entreprends », poursuit celle qui s’est mise à s’entraîner pour compléter des triathlons. Elle espère s’y attaquer dès l’été prochain.

Quand on lui demande si le basketball demeure une passion, l’étudiante en ingénierie biomédicale assure que ce sport occupera toujours une place spéciale pour elle. « Je pratique le basket sous un autre angle maintenant en tant qu’étudiante-entraîneuse, mais même si je n’ai pas la chance d’y jouer, le basket restera toujours proche de mon cœur. J’ai même la chance de travailler avec des athlètes extraordinaires qui le pratiquent en fauteuil roulant, ce qui est génial. »

Des honneurs

Malgré une carrière universitaire écourtée par les blessures, Léony Boudreau s’est distinguée en décrochant quelques honneurs lors des banquets de fin de saison, dont le Coaches Award et le Tom Reiter Memorial Award, respectivement remis en 2017-2018 et 2018-2019. « Je suis très reconnaissante des distinctions que mes entraîneurs m’ont données au cours de mon séjour ici, incluant le Coaches Award et le Tom Reiter Memorial Award. [Ces trophées] sont surtout pour mon état d’esprit d’équipe avant tout, pour ma persévérance et pour motiver mes coéquipières à être à leur meilleur. C’est l’fun de voir que ce que je fais à des effets positifs sur les gens autour de moi », raconte-t-elle.

Léony Boudreau a également été reconnue comme l’un des cinq étudiants du Département d’ingénierie de Purdue pour son excellence scolaire et son influence positive sur les autres. Un honneur pour elle.

Le rêve réalisé

En octobre 2016, lors d’une entrevue avec Les Versants, Léony avait évoqué « un rêve qui devient enfin réalité, un soulagement et un accomplissement » à propos de sa signature avec Purdue, un objectif qu’elle s’était donné dès l’âge de 10 ans. « Je dirais la même chose [aujourd’hui] et même plus. J’ai appris ici que cet accomplissement n’était que le début d’un autre chapitre. Réaliser mon objectif m’a ouvert les yeux sur d’autres avenues. »

Dans une vidéo publiée sur le site Internet de l’Université Purdue, Meet Léony Boudreau, on entend la principale intéressée se confier sur son expérience universitaire. Vers la fin, elle déclare notamment « I belong here… ». À l’écoute de la vidéo, on peut sentir que celle qui s’est initiée au basketball avec les Cougars de Saint-Bruno s’est bien intégrée au sein de sa nouvelle communauté. En ce sens, le journal lui a demandé de conseiller les jeunes filles de l’Association de basketball de Saint-Bruno ainsi que toute autre fillette qui souhaiterait réaliser ses rêves. « J’aimerais dire à toutes les jeunes filles de suivre leurs aspirations et de ne jamais s’attarder aux barrières qui semblent les limiter. Parfois, ces barrières ne sont qu’une illusion. Que ton but soit de jouer à un sport aux États-Unis et d’avoir à apprendre une autre langue, de s’adapter à un autre pays, ou si tu as toute autre aspiration dans un domaine complètement différent, la première chose, c’est d’y aller à fond et de suivre ta passion. Ne laisse jamais une épreuve te faire baisser les bras. Chaque épreuve est une opportunité unique de t’adapter, d’apprendre et de te développer pour devenir une meilleure version de toi-même. »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires