Dans ma rue on joue! s’installe à Saint-Bruno

Dans ma rue on joue! s’installe à Saint-Bruno
Saint-Bruno adopte officiellement le projet-pilote Dans ma rue on joue! (Photo : courtoisie)

La Ville de Saint-Bruno lance le projet-pilote Dans ma rue on joue!, qui permet aux citoyens de demander à la Ville d’autoriser officiellement le jeu libre dans leur rue, pour la période estivale 2019.

Un texte de Cybèle Olivier

La Ville de Saint-Bruno adopte officiellement le projet-pilote Dans ma rue on joue!, une initiative permettant aux citoyens de transformer leurs rues en zones de jeu. Ce sont les rues Cabot, Mesnard et une partie de la rue Carillon, qui seront les fières initiatrices du projet.

« L’initiative Dans ma rue on joue! est, selon moi, un excellent projet. L’objectif est vraiment de permettre aux jeunes et à la population de Saint-Bruno de se réapproprier leurs rues », affirme Vincent Fortier, conseiller du district 2. Avec des zones officiellement réservées, un sentiment de sécurité englobera la rue lorsque les jeunes joueront dehors.

Le projet

Instauré par la ville de Belœil en 2016, Dans ma rue on joue! est un projet qui permet à n’importe quel résidant de proposer sa rue afin qu’elle se transforme en zone de jeu sécuritaire. De 7 h à 21 h, ces zones deviendront actives et les conducteurs devront redoubler de prudence et baisser leur vitesse à 30 km/h.

« La ville a communiqué avec les membres du Service de police de Longueuil pour leur faire part du projet. Ils seront très vigilants. Leur souci est d’assurer la sécurité et ils travaillent avec nous pour que ça se fasse », ajoute M. Fortier.

« L’initiative Dans ma rue on joue! est, selon moi, un excellent projet. L’objectif est vraiment de permettre aux jeunes et à la population de Saint-Bruno de se réapproprier leurs rues. » – Vincent Fortier

Participer à cette initiative nécessite une solidarité de la part du voisinage. En effet, un processus décisionnel est mis en place afin que les participants en retirent une grande satisfaction.

Cinq résidants de maisons différentes doivent signer un formulaire de requête sur le site de la Ville. Une fois ces demandes effectuées, un sondage sera envoyé au voisinage afin de savoir s’ils sont favorables au projet. Par la suite, le comité de circulation va examiner les candidatures afin de sélectionner les meilleurs emplacements d’après certains critères.

Pour Vincent Fortier, cette façon de procéder encourage une cohésion sociale. « Ça oblige les gens de la rue qui veulent en faire un secteur à parler du projet à leurs voisins. Ils vont se mobiliser derrière un projet et les enfants vont demander à leurs parents de sortir dans la rue avec leurs amis. »

L’importance du jeu libre

Pour la Coalition Poids et l’Association pour la santé publique du Québec (ASPQ), les politiques et règlements municipaux ainsi que l’aménagement urbain ont une grande influence sur les habitudes de vie des familles, et en particulier sur la pratique d’activités physiques. Rappelons qu’au Québec, un jeune sur quatre est en surpoids.

« Le jeu libre à l’extérieur a beaucoup de bienfaits sur le développement et la santé des enfants. Il favorise la prise de décision, l’évaluation des risques, la résolution de problèmes, les interactions sociales et augmente la concentration. De plus, les enfants qui jouent dehors sont plus actifs et moins à risque d’être en surpoids », d’expliquer Corinne Voyer, directrice de la Coalition Poids.

L’objectif

Si le projet-pilote est apprécié des citoyens, la Ville procédera à un changement officiel dans sa législation afin d’officialiser le projet à travers la ville pour la saison 2020. Les conseillers espèrent qu’une majorité de citoyens feront la demande pour leurs rues et que la ville se transformera tranquillement en un espace ludique.

Partager cet article

2
Laisser un commentaire

avatar
2 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
MélanieRichard Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Richard
Guest
Richard

Excellent idée
Mais pkoi aujourd’hui ça prend des législatives pour jouer dans nos rues. Quand jetait jeune on ne faisait que ça. Jamais personne ces fait frapper on ce déplaçait ci un véhicule arrivait. Quelle monde de fou nous vivons dedans aujourd’hui quand il faut avoir une législation pour une tél chose. On parle pas ici des rues principale mais secondaires ce qui a toujours été le cas. Comme dans les aéroports on est du bétails nous devons demander au autorités des permissions pour tout faire.

Mélanie
Guest
Mélanie

Simplement pour vous informer qu’il serait pertinent de mettre en place la signalisation adéquate. De par l’article 289 du Code de la sécurité routière, tout gestionnaire de réseau doit mettre une signalisation conforme au Tome V -Signalisation routière. Le jeu libre dans la rue est d’ailleurs encadré.