COVID-19 : une montée des cas à prévoir

Photo de Chloé-Anne Touma | Initiative de journalisme local
Par Chloé-Anne Touma | Initiative de journalisme local
COVID-19 : une montée des cas à prévoir
C'est demain que le passeport vaccinal sera exigé dans plusieurs lieux au Québec. (Photo : capture d'écran)

Si le passeport vaccinal entre demain en vigueur, les pénalités pour tout manquement relatif au respect du règlement ne seront appliquées qu’à partir du 15 septembre, a indiqué le ministre de la santé, Christian Dubé, cet après-midi en point de presse.

Selon le ministre, la stabilisation du nombre de cas observée au cours des derniers jours n’est pas un prétexte pour baisser la garde. « Je peux vous dire qu’on reviendra assez facilement à 600 cas par jour lorsqu’on perdra l’effet de fin de semaine (…) on aura une hausse des cas et des hospitalisations dans les prochaines semaines, et particulièrement à Montréal et à Laval, si la tendance se maintient. » Il a également annoncé que la vaccination obligatoire serait implantée dans le milieu de la santé publique, et que des recommandations seront faites en ce sens au cours des prochains jours. « On va regarder comment ça se passe et on va ajuster le tir au fur et à mesure. »

Passeport vaccinal et carte d’identité

Dès demain, il vous faudra présenter votre code QR aux commerçants, accompagné d’une pièce d’identité avec photo ou adresse, sans quoi vous ne pourra fréquenter leur établissement. « La liste des lieux n’a pas changé, ce sont les bars, restaurants, gyms, et activités à grande fréquentation comme les spectacles et les cinémas », a précisé M. Dubé, sans toutefois écarter l’éventualité d’étendre le passeport vaccinal « à d’autres endroits, mais on n’a pas d’intention encore en ce sens. On va attendre de voir ce qu’il va se passer avec la rentrée. »

80 %
C’est la proportion des jeunes de 12 à 17 ans qui ont été vaccinés

À l’école

Rappelons que pour la plupart des élèves du primaire et du secondaire, c’est aujourd’hui qu’avait lieu la rentrée scolaire. « On doit surveiller le mois de septembre, car c’est vraiment un mois critique, notamment en raison du retour au travail et à l’école. Il est évident qu’on va voir les cas monter. Ce qu’on veut, c’est limiter les hospitalisations. Bien que les cas aient augmenté, les hospitalisations sont restées à un niveau relativement bas (…) on est à peu près à 15 ou 25 % de notre capacité réelle, dépendamment des régions (…) mais ça peut changer très vite », a rappelé le ministre, rapportant un taux de vaccination de 80 % pour les jeunes de 12 à 17 ans.

« Ce sont les jeunes qui attrapent le virus, et qui restent plus longtemps à l’hôpital, parce que leurs symptômes sont plus graves et que leur système immunitaire réagit beaucoup plus (…) et malheureusement, en ce moment, on a encore beaucoup de jeunes qui ne sont pas vaccinés. », a-t-il déploré. « On est en attente de vaccins pour vacciner les 5 à 12 ans en janvier prochain, ce qui va aider », a ajouté le directeur national de la santé publique, Horacio Arruda. Quant au directeur de la campagne de vaccination contre la COVID-19, Daniel Paré, il affirme que « les CISSS et les CIUSSS travaillent en collaboration avec les centres de services scolaires pour qu’il y ait un service de vaccination dans toutes les écoles du Québec ».

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires