Consultation publique du Plan de conservation des milieux naturels : le débat se poursuit

Consultation publique du Plan de conservation des milieux naturels : le débat se poursuit

Quelque 150 personnes se sont déplacées la semaine dernière lors de la deuxième soirée de consultation publique sur le Plan de conservation des milieux naturels de la Ville de Saint-Bruno-de-Montarville. Rassemblés à la petite cafétéria de l’École secondaire du Mont-Bruno, les citoyens ont tour à tour présenté leurs mémoires, déposés une semaine plus tôt.

La soirée de mardi dernier était l’occasion pour les Montarvillois de proposer des solutions et des améliorations au plan présenté le 13 avril par la Ville. Faute de temps, les 20 derniers citoyens à entendre n’ont pu prendre la parole la semaine dernière. C’est pourquoi l’INM a décidé de reporter leurs exposés ce mardi, en deux parties.

Parmi les Montarvillois qui ont pris le micro le 3 mai, Stéphane Corbin a proposé que soit présenté l’ensemble des solutions, envisagées et mises de côté par la Ville, afin de préserver le plus possible les attraits naturels de la municipalité tout en développant les services de celle-ci envers ses citoyens. De son côté, François Dufour appuie l’idée de densifier la population autour du centre-ville de Saint-Bruno, tant que celle-ci respecte la protection des milieux humides et la sauvegarde intégrale du Boisé des Hirondelles. Il considère que la Ville doit soutenir la croissance de sa population, puisque les nouveaux arrivants apporteront des revenus supplémentaires à la municipalité.

Catherine Mondor, porte-parole de l’Action pour l’environnement de Saint-Basile/Saint-Bruno, a quant à elle proposé le rachat du Boisé des Hirondelles par différents organismes, comme la Ville de Sainte-Julie l’a fait il y a quelques semaines. Elle suggère entre autres que l’APES, la Fondation du Mont-Saint-Bruno et l’Association des propriétaires de Saint-Bruno s’allient dans le projet. Elle en a aussi profité pour déposer une copie de la pétition de 2 580 signatures électroniques et manuelles (dont 1 483 sont de Saint-Bruno), pétition qui réclame la sauvegarde de la forêt des Hirondelles.

François Vézina et Robert Robert Junior, agronomes, ont tenu à rappeler la place prépondérante qu’occupe l’agriculture dans la municipalité, l’importance de conserver les terres qui ont le potentiel d’offrir des récoltes biologiques et de proximité aux Montarvillois, et ont fait part de leurs inquiétudes de voir s’ériger des bâtiments près de leurs domaines au détriment de ceux-ci.

Un processus d’ouverture

Thérèse Hudon, conseillère responsable de l’environnement à la Ville, se dit satisfaite du déroulement de la consultation effectué jusqu’à ce jour. « Je suis confortable avec la présente consultation publique parce que c’est un processus transparent et ouvert. La Ville est là pour consulter les gens et va prendre ce qui en ressort de constructif afin de bonifier le plan », mentionne Mme Hudon.

Jeudi dernier, la Ville publiait sur son site Internet la dernière mise à jour de son calendrier d’adoption du plan de conservation. Les dates de la transmission du plan au ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, et des modifications qui devront être apportées à la réglementation municipale sont pour le moment inconnues. D’ici là, les mémoires présentés les 3 et 10 mai derniers, ainsi que les enregistrements des séances de consultation, sont disponibles sur le site web de la Ville.

« Étant donné que nous sommes dans un processus ouvert, nous ne pouvions pas «fermer» les choses en spécifiant des dates. […] Même chose quand est venue la fin de la deuxième séance où plusieurs citoyens n’ont pu prendre la parole. Nous avons donc décidé d’offrir une journée supplémentaire pour montrer notre ouverture à entendre et recueillir les commentaires des Montarvillois qui souhaitent prendre la parole », ajoute la conseillère.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des