Complexe sportif de Saint-Bruno : un des 620 projets à l’étude au gouvernement

Photo de Frédéric Khalkhal
Par Frédéric Khalkhal
Complexe sportif de Saint-Bruno : un des 620 projets à l’étude au gouvernement
(Photo : archives)

Mardi 18 août, le ministère d’Isabelle Charest, la ministre déléguée à l’Éducation et ministre responsable de la Condition féminine indiquait que 620 projets d’infrastructures sportives à construire étaient à l’étude pour l’obtention d’une subvention pouvant aller jusqu’à 20 millions. La Ville de Saint-Bruno-de-Montarville attend impatiemment une réponse pour son projet de complexe sportif.

« On a maintenant une idée de grandeur de ce que sera la compétition pour avoir accès à ces subventions. Nous ne pouvons à présent qu’espérer faire partie des projets qui recevront une enveloppe de 20 millions de dollars. Nous avons travaillé dans ce sens », explique aux Versants Sylvain Brouillette, directeur général de Saint-Bruno.

En novembre 2019, le gouvernement du Québec lançait un appel de projets pour l’accessibilité au sport et au loisir dans le cadre du Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives (PAFIRS), qui s’inscrit dans le cadre du Programme d’infrastructure Investir dans le Canada (PIIC) et de l’Entente bilatérale intégrée (EBI).

Pour la réalisation de ces projets d’infrastructures récréatives et sportives à travers la province, les gouvernements du Québec et du Canada investiront chacun un montant de 147 millions de dollars, pour une enveloppe totale de 294 millions de dollars.

Les organismes municipaux, les organismes à but non lucratif, les coopératives de solidarité et les organismes autochtones ont été invité tout au long du processus à déposer leurs projets.

Mardi, Mme Charest indiquait à la Commission de l’aménagement du territoire du ministère de l’Éducation, dans son volet loisirs, sports et saines habitude de vie, qu’elle avait reçu 620 projets d’infrastructures sportives à construire pour un coût d’environ 1,5 milliards de dollars.

L’enveloppe que Québec et Ottawa accordera au projet sera de 294 millions de dollars. Même si la ministre a indiqué que des discussions sont en cours à Québec pour bonifier cette subvention, il est fort à parier que tous les dossiers déposer ne recevront pas l’aide financière espérée.

La fin du dépôt des projets était en février. Une analyse pour acceptation ou refus de trois mois était prévue, mais avec la pandémie les délais se sont allongés. « On est à finaliser les projets qui seront acceptés », a indiqué la ministre en Commission.

« On a maintenant une idée de grandeur de ce que sera la compétition pour avoir accès à ces subventions. » – Sylvain Brouillette

Dans le parc Marie-Victorin
Le dossier déposé par Saint-Bruno au ministère de l’Éducation parle d’un complexe sportif qui serait construit dans le parc Marie-Victorin. Longtemps la Municipalité ciblait le parc Rabastalière pour y installer l’installation sportive. Face à la grogne de la population, une majorité d’élus ont plutôt décidé de cibler le parc Marie-Victorin. Récemment, un terrain à proximité de l’école secondaire du Mont-Bruno a été une option soulevée par le directeur général du Centre de service scolaire des Patriotes (CSSP).

« Nous avons échangé avec la CSSP qui semble confirmer qu’il serait plutôt favorable à privilégier le site proche de l’école secondaire, mais avec beaucoup de réserves. Si ce choix devait être retenu, il faudrait en premier lieu l’accord du ministère de l’Éducation. Aussi, le complexe est prévu pour appartenir à la Municipalité qui pourra le gérer de manière autonome. Nous n’avons pas travailler le dossier pour partager les installations avec la CSSP », de préciser M. Brouillette.

S’il advenait à la Ville d’aller de l’avant pour le site de l’école secondaire, il en coûterait en temps et en argent. « Notre équipe travaille depuis des mois et des mois sur le site de Marie-Victorin. Si l’on décidait de changer d’endroit cela sera un nouveau dossier à traiter », d’indiquer M. Brouillette.

Poursuite contre une élue
M. Brouillette n’ayant pas informé encore le conseil municipal de sa décision, n’a pas souhaité nous indiquer s’il déposerait une plainte à l’encontre d’Isabelle Bérubé, conseillère municipale du district 5, membre du Parti montarvillois. « J’informerai le conseil municipal dans les prochains jours en premier lieu. »

Rappelons que Mme Bérubé, alors présidente d’une commission au sein de l’agglomération de Longueuil discutant de l’avenir du complexe sportif, a voté à l’encontre d’une décision du conseil municipale pourtant votée à l’unanimité. La décision prise par Mme Bérubé avait pour objectif d’empêcher de voir le complexe sportif être construit sur le site Marie-Victorin, et ceci sans en aviser la Municipalité. Une action qui a mis un frein quant à la décision que devait prendre l’agglomération de Longueuil pour valider le projet.

Les objectifs de la subvention
Le financement de projets de construction, d’aménagement, de rénovation, de mise aux normes, d’agrandissement ou de réaménagement d’infrastructures récréatives et sportives, vise à :
– soutenir la présence d’infrastructures récréatives et sportives en bon état dans toutes les régions du Québec;
– accroître l’accès à ces infrastructures pour la population.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des