Comiccon de Montréal : Cliff Caporale et la culture populaire

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Comiccon de Montréal : Cliff Caporale et la culture populaire
Le Montarvillois Cliff Caporale est directeur de la programmation du Comiccon de Montréal. (Photo : courtoisie)

Le Comiccon de Montréal propose un rendez-vous virtuel gratuit de 12 heures ce samedi 10 juillet. Entrevue avec le directeur de la programmation, le Montarvillois Cliff Caporale.

Le 12e Comiccon de Montréal, qui devait se dérouler au Palais des congrès du 9 au 11 juillet, a été annulé en raison du contexte incertain de la pandémie. La nouvelle a été annoncée en mai dernier.

Pour compenser, c’est devant leur écran que les amateurs pourront goûter à cette version 2021 du Comiccon de Montréal. L’événement virtuel se déroulera de midi à minuit ce 10 juillet, sur les quatre pages Comiccon (Montréal, Québec, Ottawa et Winnipeg).

« Il y a divers facteurs qui ont fait en sorte que nous n’avons pas pu aller de l’avant encore cette année. Le Comiccon est un rendez-vous qui se prévoit plusieurs mois à l’avance. Quand une édition se termine, peu de temps après, l’équipe se penche sur les détails de la suivante », explique Cliff Caporale.

Avec la situation entourant la pandémie, la location des kiosques au Palais des congrès, la réservation et la confirmation des personnalités invitées… « On attendait les décisions de la santé publique, mais il y avait trop de questions encore en suspens. À la fin, nous n’avions plus le temps pour planifier un événement sur place, d’où la décision du virtuel », mentionne Cliff Caporale.

Cette proposition virtuelle, c’est aussi une façon de dire aux fans que l’organisation derrière est encore là et que le Comiccon n’est pas mort. Entre la dernière édition, en 2019, et la prochaine, prévue du 8 au 10 juillet 2022, il se sera écoulé trois années. « On ne veut pas que le public nous oublie », poursuit celui qui orchestre la programmation du Comiccon de Montréal depuis 2012.

Quand on lui demande son meilleur coup depuis ses débuts, le père de famille n’hésite pas à évoquer la venue à Montréal, en 2014, de neuf interprètes de Star Trek : La nouvelle génération, dont Sir Patrick Stewart. « Les gens étaient très contents. Autre bonne prise, l’acteur Norman Reedus (Daryl Dixon dans The Walking Dead), aussi en 2014. »

Entre nostalgie et succès populaire

Selon Cliff Caporale, une bonne programmation aborde autant l’aspect nostalgique des années 70, 80 et 90, et les succès actuels en télé, cinéma, bande dessinée, jeux vidéo…

« On attire de plus en plus de monde. Au début, ce n’était pas ‘’cool’’ d’être ‘’geek’’. Mais la culture s’est rattrapée. » – Cliff Caporale

« L’idée est de satisfaire le plus de gens possible. Il faut être à l’écoute de ce que les gens veulent, voir aussi les événements populaires. »

Encourager le Québec

Dans ses fonctions, il se fait aussi un devoir de planifier des rencontres avec des invités de la province. C’est encore le cas cette année pour l’édition virtuelle, qui mettra notamment en vedette Yoann-Karl Whissell, Anouk Whissell et François Simard, qui constituent le collectif RKSS derrière les films Turbo Kid et Summer of 84. « Je veux encourager les boîtes québécoises. Il y a un fandom aussi pour les séries, les films, les auteurs d’ici. Au Québec, il n’y a pas seulement La petite vie! », déclare-t-il.

En exemples, il cite Dans une galaxie près de chez vous, Les Invincibles, la version québécoise des Simpsons, les auteurs Bryan Perro et Patrick Senécal, qui attirent les foules.

Constante progression

En 2009, le Comiccon a attiré entre 2000 et 3000 curieux. Trois ans plus tard, en 2012, 30 000 personnes franchissaient les portes du Palais des congrès. Enfin, le dernier rendez-vous à ce jour (celui de 2019) a reçu 60 000 visiteurs sur 3 jours. « On attire de plus en plus de monde. Au début, ce n’était pas ‘’cool’’ d’être ‘’geek’’. Mais la culture s’est rattrapée, surtout depuis le début des années 2000 avec la venue des super-héros au cinéma; des rendez-vous sur grand écran avec les X-Men, Spider-Man, Batman, les Avengers… Les gens sont moins gênés et ça fait boule de neige », ajoute celui qui a pleuré le décès du créateur de Spider-Man, Stan Lee, en novembre 2018.

Programmation virtuelle

Au menu de cette webdiffusion du 10 juillet, des entrevues spéciales avec des invités comme Robert Sheehan (The Umbrella Academy, Misfits), le Québécois Cameron Brodeur (The Umbrella Academy), Pat Mastroianni (Degrassi et Degrassi : nouvelle génération), des conférences sur différents sujets tels l’univers des comic books et le cosplay, une vente aux enchères, des prix de participation et bien plus encore.

Chez les artistes, Olivier Carpentier, connu pour la série de bandes dessinées Far Out, « un western avec des robots », et celle qui se spécialise en maquillage corporel, Alexandra Bastien, une habituée du Comiccon, participeront à l’événement virtuel en direct.

Enfin, des prestations musicales seront aussi proposées du rappeur de Nouvelle-Écosse Wordburglar, et du groupe The Cybertronic Spree. « Je suis un gros fan de musique et c’est quelque chose de spécial à Montréal pour le Comiccon. Il y a une portion musicale. Il y a souvent un groupe qui joue sur place. Notre édition virtuelle aura aussi une portion de musique », annonce fièrement le Montarvillois.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires