Colorée Maryse Lapierre

Colorée Maryse Lapierre

L’artiste peintre Maryse Lapierre se dit une personne colorée et dynamique.

Crédit photo : Courtoisie

Salon de thé Le Vieux Moulin

L’artiste peintre Maryse Lapierre expose au salon de thé Le Vieux Moulin, dans le parc du Mont-Saint-Bruno. Les œuvres de la Montarvilloise y seront accrochées pour les prochains mois.

Les toiles, installées récemment, seront observables aux heures d’ouverture du salon de thé Le Vieux Moulin, les fins de semaine et les jours fériés (fête du Travail, Action de grâces…). « Le Vieux Moulin est un endroit magnifique, mais peu connu. Avec mon exposition, nous souhaitons faire connaître le lieu aux gens », indique Maryse Lapierre.

En entrevue avec Les Versants, elle évoque un « clash » entre le style du Vieux Moulin et son « art plus coloré, un art qui fait sourire, ludique et accessible » à tous, même les enfants. « Mon exposition plaira à toute la famille », avance celle qui se spécialise en techniques mixtes. Le coût de sa production oscille entre 60 et 320 $.

« Mon exposition plaira à toute la famille. » -Maryse Lapierre

En plus de trois toiles abstraites, Maryse Lapierre propose aussi plusieurs œuvres figuratives. Celles-ci présentent textures, motifs, paillettes, lignes. Clairement, la femme de 35 ans s’amuse lorsqu’elle se retrouve devant une toile blanche. « J’ose aussi les couleurs fluo. Je mélange les styles sans trop me questionner. »

Maryse Lapierre se dit inspirée par la mode, le street art de New York, les enfants et « [ses] adolescents ».

Une enseignante

En effet, les adolescents s’avèrent une inspiration pour la Montarvilloise, professeure en arts plastiques et dramatique au Collège Durocher de Saint-Lambert. « C’est une école magnifique axée sur les arts plastiques, la création, les projets accrocheurs… », décrit-elle. Maryse Lapierre enseigne depuis 10 ans aux jeunes de 3e, 4e et 5e secondaire. Elle peint dans son local d’arts plastiques et tapisse les murs de ses œuvres. « Mes ados m’inspirent beaucoup dans ce que je fais, m’influencent dans ma démarche. Je suis inspirée par leur côté créatif, leur ouverture à tout, leur curiosité, leur fragilité aussi », de poursuivre celle qui a amorcé sa carrière en enseignement au Collège Trinité.

Maryse Lapierre se qualifie de quelqu’un de dynamique, passionné et coloré, qui crée pour s’amuser. En plus de s’attaquer aux tableaux, elle fabrique aussi des bijoux : « J’ai étudié en design de mode, alors il y a également cet aspect qui ressort de mes œuvres. »

Depuis le début de sa carrière artistique, la Montarvilloise a exposé ses toiles à quelques endroits de Saint-Bruno, notamment au Vieux Presbytère ainsi qu’au restaurant La Rabastalière.

La créatrice se rappelle qu’elle a toujours eu des pinceaux ou des crayons de couleur dans les mains, et ce, dès son plus jeune âge. « Ça fait 30 ans, donc je devais en avoir 5 à mes débuts. J’ai fait aussi du pastel gras, du collage, différents médiums… »

D’après elle, son intérêt pour les arts vient d’elle-même, car ses parents ne dessinaient pas : « J’étais toute petite et mes professeurs me faisaient la remarque sur mes dessins et mes travaux. » Aujourd’hui, elle se dit touchée par le regard que portent les gens sur ses tableaux.

Pour elle, peindre est une activité qui lui fait du bien, une sorte de méditation. « Ça m’apaise, enlève mon stress et mon anxiété. C’est mon sport à moi, et ça me permet d’aller chercher un équilibre! »

La colorée Maryse Lapierre et ses œuvres seront au salon de thé du Vieux Moulin jusqu’à l’automne, question de « revamper l’endroit et y mettre du soleil ».

QUESTION AUX LECTEURS :

Avez-vous déjà visité le salon de thé du Vieux Moulin?

Leave a Reply

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des