Cloé Laroche : une étudiante qui voit loin

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Cloé Laroche : une étudiante  qui voit loin
Cloé Laroche étudie à l’école secondaire du Mont-Bruno. (Photo : courtoisie)

Journées de la persévérance scolaire

Pour Cloé Laroche, les Journées de la persévérance scolaire permettent de souligner les efforts des étudiants qui souhaitent améliorer leurs résultats scolaires. L’adolescente de 16 ans… bientôt 17, étudie en 5e secondaire à l’école secondaire du Mont-Bruno.

Dans son cas, Cloé Laroche estime avoir mis les efforts depuis le début de l’année scolaire afin de réussir tous ses cours avant sa rentrée au cégep. « En fait, j’ai connu une amélioration constante tout au long de mon passage au secondaire. Ce qui fait que je viens de recevoir un des meilleurs bulletins de ma vie, raconte-t-elle, ravie, en entrevue avec Les Versants. Personnellement, c’est une grande réussite! Je me suis vraiment améliorée. »

Rappelons que la pondération des bulletins a changé. Celui de la première étape a une pondération de 35 % de l’année scolaire, alors que celle de la deuxième étape s’établit à 65 %.

« Je veux poursuivre ma scolarité, vers le cégep et ensuite l’université. » -Cloé Laroche

Dans le cas de Cloé, elle est fière de révéler qu’elle a obtenu des notes au-dessus de 70 %, et plus de 80 % pour certaines matières. « Ce sont vraiment de bons résultats! » lance-t-elle.

Comment vis-tu l’enseignement hybride, une journée sur deux à la maison? À cette question, la principale intéressée répond : « Il n’y a pas d’autres distractions! On n’a rien à faire sauf plonger dans nos trucs d’école. Ça permet justement de se concentrer sur autre chose que la pandémie. » Cette mesure de confinement concerne les étudiants de 3e, 4e et 5e secondaire.

Mais revenons à son bulletin. Sa satisfaction d’avoir enregistré de telles notes tient du fait que Cloé souhaite poursuivre ses études. « Je veux poursuivre ma scolarité, vers le cégep et ensuite l’université. C’est la raison pour laquelle j’ai l’intention de surmonter les épreuves que je devrais affronter tout au long de l’année en cours », dira-t-elle.

La finissante veut devenir enseignante au primaire. Son chemin semble déjà tout tracé : deux ans de cégep en sciences humaines, et quatre ans d’université pour obtenir son baccalauréat. C’est son objectif depuis le départ, objectif qui lui permet de se pousser quand c’est le temps. « Je sais que je veux devenir professeure depuis que je suis enfant. Je m’amusais à corriger les examens de mes amis. Je baigne dans l’enseignement depuis que je suis jeune. Ma mère est enseignante à la maternelle. J’ai été animatrice de camp de jour, puis j’ai un énorme amour pour les enfants! Ça prendrait quelque chose de vraiment incroyable, une sorte de révélation, pour me faire changer d’idée sur cet objectif de vie », mentionne l’adolescente.

Un primaire plus difficile

Toutefois, elle a beau s’être améliorée tout au long de son séjour au secondaire, Cloé ne l’a pas toujours eu facile à l’école. Notamment au primaire. « Je n’avais pas de si bons enseignants quand j’allais à l’école primaire. Mais c’est le cas au secondaire. Mon intérêt a perdu de son importance. Puis il y a certains événements dans ma vie, à des moments précis, qui ont fait en sorte que c’était plus difficile pour moi », poursuit-elle.

Quand on lui demande si, comme étudiant, il faut faire preuve de persévérance afin de passer à travers cette année scolaire en temps de pandémie, Cloé Laroche croit que tout le monde fait ses efforts en ce sens. « C’est une situation assez exceptionnelle, jamais vue de notre génération; de quelques générations, en fait. On doit se dire que l’on va y arriver, on va surmonter cette vague bizarre. Mais pour ça, oui, il faut faire preuve de persévérance. »

QUESTION AUX LECTEURS :

Que représente la persévérance scolaire pour vous?

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires