De Chefchaouen à Sainte-Julie

De Chefchaouen à Sainte-Julie

Suzanne Roy fut la seule élue nord-américaine présente au Forum mondial des villes intermédiaires.

Crédit photo : Courtoisie

Fraîchement revenue du Forum mondial des villes intermédiaires qui se tenait à Chefchaouen au Maroc du 5 au 7 juillet, la mairesse de Sainte-Julie s’ouvre sur son expérience au sein du regroupement.

C’est avec un teint hâlé et encore quelques traces de henné sur la main, mais surtout avec des projets plein la tête, que Suzanne Roy revient de ce premier forum, auquel ont participé 42 pays, qui tenait à mettre en lumière le rôle que jouent les villes intermédiaires dans le développement durable.

« Les gouvernements nationaux signent de grands accords, comme l’Accord de Paris, mais ce qu’il faut réaliser, c’est que l’action se passe dans les villes, donc on est appelées à intervenir sur un paquet de dossiers », démontre-t-elle.

À titre de représentante pour l’Union des municipalités du Québec, la mairesse a tenu quelques conférences, notamment sur le lien entre le domaine scientifique et les municipalités : « J’ai insisté sur la nécessité de ce lien qui permet de travailler sur la prévention des aléas des changements climatiques, de développer des technologies et des outils, etc. »

Suzanne Roy a également eu une tribune sur la participation citoyenne, l’une de ses fiertés à Sainte-Julie : « Il faut comprendre la nuance avec la consultation citoyenne, parce que la participation citoyenne inclut les citoyens tout au long des processus. Un projet auquel la population a contribué est meilleur et plus accepté. »

« Pour avoir les moyens d’agir localement et amener des solutions, il va falloir travailler en partenariat avec les nations. »

– Suzanne Roy

Elle a pu également parler de la résilience de villes dans sa troisième conférence, en mettant l’accent sur le fait d’investir dans la prévention. Selon la mairesse, un dollar investi en prévention en termes de changement climatique représente une économie en indemnisation entre 9 $ et 38 $. « Ce sont des grandes économies qui nous conduisent à faire les choses différemment », ajoute-t-elle.

Seule élue nord-américaine

Suzanne Roy était la seule élue nord-américaine présente au forum, ce qui amenait son lot de responsabilités.

« C’est un travail sérieux, oui en y allant, mais aussi en revenant. Donc, je vais rapporter des éléments à la Commission des changements climatiques et la Commission des élus. Si j’ai bien fait mes devoirs, je ne devrais plus être la seule au prochain forum », souligne-t-elle.

Des projets en tête

La mairesse dit déjà être en train de mettre en action divers éléments du forum. Elle aurait déjà tenu une rencontre avec Ouranos, un organisme scientifique, afin « de voir comment on peut aller plus loin dans la prévention ».

Elle affirme aussi songer à des concepts à implanter directement dans les villes : « J’ai découvert des choses intéressantes à propos de fonds verts travaillés par budget participatif. Je me suis dit qu’on devrait mettre en place ces budgets participatifs sur la base des défis qu’on a à relever en environnement. »

Selon elle, il faudra appliquer des actions concrètes sans attendre. « On nous a fait réaliser à quel point les populations s’en vont dans les villes intermédiaires et à quel point on manque de financement, précise la mairesse. Pour avoir les moyens d’agir localement et apporter des solutions, il va falloir travailler en partenariat avec les nations. »

Un programme des actions est donc attendu d’ici les prochaines semaines.

Leave a Reply

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des