Camps de jour : branle-bas de combat dans les municipalités

Photo de Frédéric Khalkhal
Par Frédéric Khalkhal
Camps de jour : branle-bas de combat dans les municipalités
Annulation des camps de jour à Saint-Basile-le-Grand cet été. (Photo : archives)

Depuis l’annonce du gouvernement qui autorise l’ouverture des camps de jour le 22 juin, date à laquelle ils étaient prévus, c’est le branle-bas de combat dans les municipalités qui avaient dans un premier temps annulé les inscriptions et qui doivent maintenant les rouvrir en un temps record.

« Il va falloir revoir toutes la programmation des camps de jour que nous proposons cette année », a indiqué aux Versants, Suzanne LeBlanc, directrice des communications de la Ville de Saint-Bruno.

En plus du peu de temps qu’on les Villes pour se préparer, il y aura aussi les nouvelles mesures à mettre en place pour respecter les directives de la santé publique.

Les groupes seront plus petits pour respecter les consignes de distanciation physique. « On va avoir besoin de plus de moniteurs et de monitrices. Je lance un appel à tous ceux qui veulent vivre une belle expérience », a motivé le premier ministre du Québec, François Legault au moment où il annonçait la nouvelle le 21 mai, lors de sa conférence de presse habituelle.

Pour les plus petits, un moniteur sera désigné pour quatre enfants, et pour les plus grands un moniteur pour dix.

Le journal a appris que les inscriptions à Saint-Bruno devraient être ouvertes le 3 juin à 19 h.

Incertitude pour Saint-Basile-le-Grand

Comme pour toutes les municipalités c’est un défi de taille qui s’annonce pour l’organisation de ces camps d’été, et Saint-Basile-le-Grand s’est également mise à l’ouvrage pour tout réorganiser, mais elle n’est pas certaines d’y arriver.

« Suivant l’annonce du gouvernement du Québec relativement à l’ouverture des camps de jour dans toutes les régions à compter du 22 juin, la Ville de Saint-Basile-le-Grand tient à informer ses citoyens qu’elle continue d’évaluer la faisabilité de tenir des camps estivaux sur son territoire », a-t-elle indiqué dans un communiqué. Le conseil municipal ainsi que l’administration souhaite faire le point notamment sur les ressources humaines, techniques et financières disponibles afin de prendre une décision.

« Il va falloir toutes la programmation des camps de jour que nous proposons cette année. » – Suzanne LeBlanc

Dans cette optique, le Service des loisirs, de la culture et de la vie communautaire analyse actuellement les différentes exigences et consignes détaillées dans le Guide de relance des camps en contexte de COVID-19, préparé par l’Association des camps du Québec en étroite collaboration avec l’Association québécoise du loisir municipal et le Réseau des unités régionales loisir et sport du Québec.

En attendant le verdict, aucune réservation de place ne peut être effectuée auprès du Service des loisirs, de la culture et de la vie communautaire.

Des changements à Sainte-Julie

Sainte-Julie a sorti sa programmation aujourd’hui. « Nous offrirons des camps pour les 6-8 ans et les 9-12 ans, mais nous ne pourrons pas en offrir pour les plus vieux ainsi que le camp méli-mélo », a fait savoir au journal Julie Martin, directrice des communications de Sainte-Julie.

Une autre modification liée à la pandémie et à la rapidité d’action imposée par l’annonce du premier ministre, les inscriptions seront réservées aux jeunes de Sainte-Julie. « Les enfants des autres villes ne pourront pas s’inscrire. »

Les inscriptions en ligne ou au comptoir du Service des loisirs se dérouleront à compter de 18 h le 1er juin 2020 pour uniquement les résidants.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des