Bulbes printaniers au potager

Bulbes printaniers au potager
Line Marie Laurin, des Jardins communautaires de Saint-Basile-le-Grand. (Photo : archives)

Le potager peut paraître inutile à cette époque de l’année. Durant la saison estivale, vous avez certainement tenté de maximiser la surface du sol en plantant et en semant à plusieurs reprises, et voilà que le jardin est vide pour plusieurs mois. Pourquoi ne pas l’utiliser autrement? En effet, vous pouvez encore trouver des bulbes de tulipes, jonquilles, muscaris et autres dans les jardineries. Ceux-ci sont peut-être même à rabais, délaissés parce que trop petits ou rabougris. Qu’à cela ne tienne, ils peuvent être plantés dans vos potagers et ils serviront à créer de magnifiques bouquets intérieurs au printemps prochain, car habituellement, on hésite à couper les fleurs printanières de nos plates-bandes pour ne pas les dégarnir.

Choisissez un endroit au potager qui ne sera pas semé au tout début du printemps prochain. Dites-vous que vos bulbes achetés au rabais ne fleuriront pas tous, mais ils grossiront et fleuriront l’année suivante. Certains bulbes peuvent être plantés dans des contenants de plastique troués, de ceux que l’on récupère à l’achat des vivaces. Enfouissez-les jusqu’au niveau du sol. Au printemps, ils pourront être glissés à l’intérieur de vos belles jardinières. Vous savez, celles qui ne résistent pas aux gels et aux dégels. Ces potées fleuries printanières seront très décoratives. 

Lorsque vos bulbes auront fleuri et que leur feuillage aura jauni, vous pourrez les enfouir à un endroit moins visible. À l’automne, refaites l’opération en les replantant au potager délaissé. On peut aussi »forcer » des bulbes au réfrigérateur. Plantez dans un beau pot et un bon terreau. Arrosez bien et emballez dans un plastique. Placez au frigo pour au moins trois mois pour des fleurs à l’intérieur en février. Les bulbes forcés pourraient ne pas refleurir de sitôt; tentez votre chance et plantez-les quand même avec les autres à l’automne prochain. 

D’autres bulbes pourront vous donner du plaisir cet hiver : les bulbes d’amaryllis et d’hippeastrum. J’en achète un ou deux à Noel. Après leur floraison, je les nourris avec un engrais complet de type 20-20-20. Au printemps, je les rempote avec un terreau neuf. Mais voilà, ces bulbes doivent souffrir un peu. Le diamètre des pots doit avoir à peine plus de cinq centimètres que le bulbe. Sorties à l’extérieur, les amaryllis produiront beaucoup de feuilles, engrangeant de l’énergie pour l’hiver. Entrez-les avant septembre et faites-les souffrir encore un peu : de la fraîcheur, peu de lumière et pas d’arrosage pour plusieurs semaines. Lorsque les bulbes produisent un début de nouvelles feuilles, recommencez l’arrosage. Certains refleuriront, d’autres se feront désirer, mais l’expérimentation est le plaisir du jardinier amateur… et une façon d’écourter l’hiver.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires