Après trois votes, pas de nouvelle consultation pour Cogir

Photo de Pascal Dugas Bourdon
Par Pascal Dugas Bourdon
Après trois votes, pas de nouvelle consultation pour Cogir
L'ancienne usine Natrel sera détruite pour faire place au projet Cogir. (Photo : Pascal Dugas Bourdon)

Après moult tergiversations et la tenue de trois votes, le conseil municipal de Saint-Bruno a finalement choisi de ne pas mener de consultation sur le Plan d’implantation et d’intégration architecturale (PIIA) du projet Cogir.

Lors de la séance extraordinaire du 25 février, trois conseillers ont voté pour la consultation (Louise Dion, Vincent Fortier, Marilou Alarie) et quatre contre (Jacques Bédard, Caroline Cossette, Isabelle Bérubé et Ludovic Grisé Farand). Le maire n’a donc pas eu à trancher. Le conseiller Joël Boucher était absent.

C’est finalement le changement de décision de la conseillère Isabelle Bérubé qui aura mis fin au débat. Elle avait voté en faveur d’une consultation lors de la dernière séance du conseil, avant que le maire n’impose son droit de veto pour la reconduction du vote. Cette fois, elle a voté contre.

Pour justifier sa décision, elle a indiqué aux Versants avoir « maintenu son vote de janvier », soit l’opinion qu’elle avait exprimée au départ : « Je suis sensible aux préoccupations des citoyens qui s’inquiètent des effets de la densification sur le bâti existant. Mais pour ce projet, à ce stade, je maintiens mon vote [en faveur] parce qu’il faut aller de l’avant. »

La conseillère Marilou Alarie, qui militait pour qu’une consultation sur le PIIA ait lieu, n’a pas caché son amertume quant au vote de sa collègue. « Isabelle Bérubé semble plus à l’aise à voter contre les consultations publiques lorsque peu de citoyens sont présents dans la salle du conseil », a-t-elle raillé, dans un commentaire écrit aux Versants.

Plus de détails à venir…

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des