Nuisances sonores : après les avions-écoles, les Boeing de l’aéroport de Saint-Hubert

Photo de Frédéric Khalkhal
Par Frédéric Khalkhal
Nuisances sonores : après les avions-écoles, les Boeing de l’aéroport de Saint-Hubert
(Photo : Archives)

Une citoyenne de Saint-Bruno est à l’origine d’une pétition qui regroupe pour l’instant une centaine de signatures contre les nuisances sonores de l’aéroport de Saint-Hubert.

Sonia Simard a acheté avec sa famille une propriété à Saint-Bruno-de-Montarville. Son conjoint, urbaniste de profession, a pris soin de vérifier que l’endroit était tranquille et notamment que la maison n’était pas sous un couloir aérien.

Après la joie d’emménager dans leur nouvel endroit proche du centre-ville, quelle ne fut pas leur surprise d’être dérangés par les avions atterrissant et décollant de l’aéroport de Saint-Hubert!

« Depuis le mois d’août, chaque fois qu’il fait beau, les avions passent toutes les deux minutes. J’ai voulu faire une plainte par rapport au bruit et on m’a demandé le numéro de l’avion et la hauteur à laquelle il volait. Comment pourrais-je faire pour savoir? »

À la suite d’appels à presque tous les aéroports et aérodromes de la région pour savoir si leurs avions faisaient des vols fréquents au-dessus de Saint-Bruno, force est de constater que tous ont pointé du doigt l’aéroport de Saint-Hubert.

La nuisance sonore des avions est une problématique de plus en plus importante à Saint-Bruno et dans les villes avoisinantes, qui voient l’aéroport de Saint-Hubert se développer à vitesse grand V.

Une pétition

En effet, au moment d’inaugurer un nouveau revêtement sur son tarmac l’an dernier pour accueillir de plus gros avions, les autorités aéroportuaires ont indiqué leur volonté de proposer, à plus ou moins court terme, plus de destinations-voyages.

Mme Simard, inquiète de la situation actuelle, qu’elle juge déjà inacceptable, a décidé de lancer une pétition qu’elle compte présenter à la municipalité dans les prochains jours. « Nous, les citoyens de Saint-Bruno-de-Montarville, demandons au maire Martin Murray d’intervenir auprès de l’aéroport de Saint-Hubert et des différentes entités pour éliminer la pollution sonore engendrée par les avions qui circulent au-dessus des quartiers résidentiels », peut-on lire sur le site qui invite les citoyens à appuyer la démarche.

Mme Simard s’insurge d’entendre de petits avions voler à intervalles réguliers de « 6 h 30 à passé minuit. Il n’y a ni urgence ni besoin pour cette fréquence déraisonnable, et ce, au-dessus des quartiers résidentiels familiaux et paisibles. Et quel est l’impact de cette pollution sonore sur la valeur de nos propriétés? »

En plus de tout ce trafic aérien engendré par les petits plaisanciers, la pollution sonore et atmosphérique provenant de Boeing 737-200, bannis dans d’autres pays, chassés de l’Ontario à la suite des plaintes répétées des citoyens, s’ajoute à la pollution sonore des petits avions.

« La pollution sonore est un problème sérieux et surtout non nécessaire à Saint-Bruno-de-Montarville. Soyons proactifs et ajoutons nos voix, entre autres, aux citoyens de Drummondville, où la mobilisation citoyenne a engendré le déménagement d’une école d’aviation, et à Saint-Roch-de-l’Achigan, où la mobilisation citoyenne a permis au ministère des Transports de refuser les travaux d’un nouvel aérodrome, car aucune gestion de la pollution par le bruit n’avait été proposée et qu’aucun citoyen n’avait été consulté. »

Mme Simard ne souhaite pas interdire le trafic aérien, mais qu’il y ait une gestion intelligente de la chose.

« Depuis le mois d’août, chaque fois qu’il fait beau, les avions passent toutes les deux minutes. » – Sonia Simard

Les actions de la Ville

À la Ville, on connaît très bien ce problème, qui n’est pas nouveau. Martin Guevremont, élu démissionnaire du district 4, en avait même fait son cheval de bataille lors de son premier mandat en 2013. Des citoyens de Saint-Bruno s’étaient même regroupés pour soulever la problématique. Sur le site Internet de Saint-Bruno, on peut retrouver un document élaboré par le Comité de gestion du bruit et Développement Aéroport Saint-Hubert de Longueuil (DASH-L). Sous forme de questions-réponses, il est possible de lire l’entente qu’ont trouvée hors cour le groupe citoyen et les autorités aéroportuaires. Sur le site, il est aussi possible de se procurer un formulaire de plainte.

Mme Simard demande au maire de Saint-Bruno de représenter ses citoyens dans ce dossier. « Protégez vos citoyens et aidez-les à regagner leur qualité de vie familiale si prisée à Saint-Bruno-de-Montarville », peut-on lire dans la pétition qui avait recueilli au moment d’écrire l’article le 26 septembre 108 signatures.

Depuis 2009

En 2009, le comité antipollution des avions – Longueuil (CAPA-L) voyait le jour pour s’opposer au développement de l’aéroport. Dix ans plus tard, et plusieurs recours judiciaires après, le mouvement a réussi à forcer la main à deux écoles de pilotage afin d’équiper 90 % de leur flotte de silencieux et de limiter les horaires de vol. « Mais ceci ne concerne que les vols de la piste 24 gauche qui touche particulièrement Saint-Hubert. L’aéroport compte six pistes et les plaintes pleuvent. De plus, nous nous étions concentrés sur les deux plus grosses écoles de pilotage afin qu’elles puissent mettre des silencieux. Il y en a deux autres qui n’ont pas été ciblées. On pourrait croire que les élus sont là pour défendre les citoyens, mais en fait, à Longueuil, on agit plus comme un porte-parole de Dash-L qu’autre chose. Sur les gros porteurs, il n’y a aucune restriction à Saint-Hubert, alors que même à Dorval, les gros avions ne peuvent pas voler toutes les heures de la soirée », indique au journal Johanne Domingue, à l’origine du Capa-L.

Pour Martin Murray, maire de Saint-Bruno, la situation s’est améliorée, même s’il faut rester vigilant. « Le problème, ce sont les horaires de vol. Malheureusement, depuis que l’aéroport a été municipalisé, les Villes avoisinantes n’ont qu’un pouvoir de représentation et de pression. Le transport aérien est de compétence fédérale. Je ne suis pas contre un développement de l’aéroport, mais il faut penser à un développement intelligent. »

Des gros porteurs bruyants

Si une réglementation a été acceptée pour l’horaire des pratiques des avions-écoles, il n’en est rien pour les autres. Il n’y a jamais eu de couvre-feu à l’aéroport de Saint-Hubert. Comme dans tous les grands aéroports et autres types d’infrastructures de transport, l’aéroport de Saint-Hubert est ouvert 24 heures par jour, 7 jours sur 7.

Si bien que les Boeing 737-200 de la compagnie Nolinor, qui ont dû déménager de Kitchener à Mirabel en 2016, car les citoyens de Waterloo n’en voulaient plus à cause du bruit, vont s’installer à l’aéroport de Saint-Hubert sous la gestion désormais de Chrono Aviation. Les avions desserviront cinq fois par semaine une société minière dans l’île de Baffin et au Nunavut, et une fois en pleine nuit.

Et les vols de gros porteurs ne sont pas près de s’arrêter. En effet, avec les orientations des autorités aéroportuaires de Saint-Hubert, l’aéroport pourrait devenir un pôle régional susceptible de faire concurrence aux vols au rabais en partance de Burlington et de Plattsburgh.

En août, le comité antipollution des avions – Longueuil (CAPA-L) a déposé une requête à la Cour supérieure du Québec afin d’interdire les vols de nuit à l’aéroport de Saint-Hubert. Ces procédures ont été intentées pour protéger les intérêts des citoyens.

Un sujet de campagne

En pleine campagne électorale, Stéphane Bergeron, candidat du Bloc québécois dans la circonscription de Montarville, s’est rendu près de l’aéroport de Saint-Hubert pour dénoncer cette problématique. Le candidat a déclaré qu’il « est d’avis que la population de la région ne demande pas mieux que d’appuyer le développement de cette infrastructure stratégique structurante, mais à la condition que ce développement s’inscrive dans un esprit de bon voisinage et qu’on continue de s’attaquer à l’épineux problème de la pollution par le bruit, particulièrement la nuit ».

Il faut rappeler que le gouvernement fédéral aura un rôle à jouer quant au développement de l’aéroport de Saint-Hubert. En effet, l’aéroport de Montréal a l’exclusivité pour des vols nolisés dans un rayon de 70 km, octroyée par le gouvernement fédéral. « Pour assurer le développement de l’aéroport de Saint-Hubert, il faut donc que Montréal vienne à le considérer comme un partenaire complémentaire et accepte de partager sa zone d’exclusivité. »

Pour le député fédéral de Montarville, cela ne posera aucun problème à l’aéroport de Montréal de partager les vols nolisés avec Saint-Hubert. « Ce ne sont pas les charters vers le Sud qui vont impacter négativement l’activité de l’aéroport de Montréal », d’indiquer Michel Picard.

Lien pour la pétition : https://you.leadnow.ca/petitions/pollution-sonore-des-avions

Question aux lecteurs : Comment vivez-vous votre proximité avec l’aéroport de Saint-Hubert?

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
15 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
JM
JM
2 années

YHU est l’aéroport civile le plut vieux au Canada. On parle ici d’un redéveloppement et non d’un développement fulgurant comme le définit votre article. Le site avait même été étudié lors du projet qui a finalement mené a la construction de Mirabel. La proximité du centre-ville de Montréal et l’accessibilité fait de YHU un emplacement de choix pour rabattre les vols nolisé.

Inter-Canadien a opéré plusieurs vols commerciaux a partir de YHU dans les années 80. L’accès à Dorval était alors moins complexe, ce qui a limité l’intérêt.

Ceci dit, moi je propose la prolongation du REM vers YHU et le transfert des vols nolisés sud des appareils monocouloir (A321,B737) vers YHU. Le REM servirait alors de transit entre YUL et YHU. De plus, VIA pourrait aussi deservir directement l’aéroport avec un train navette entre YQB et YHU.

Maintenant, pour ma part je suis beaucoup plus embêter par le trafic de la 30 et de la 116. Je propose une pétition pour cesser le trafic de camions lourds la nuit sur ces axes et faire réduire la vitesse maximale a 50 km/h. Ce serait bénéfique pour la pollution sonore et atmosphérique. Quand j’ai visité ma maison j’avais pas vu ça que j’étais entre 2 autoroutes majeure! Je me téléporte au centre-ville de Montréal tout les matins 🤪

dash-qui
dash-qui
2 années
Répondre à  JM

Un autre qui est piqué avec l’aiguille de notre éternel de St-Hubert avec la cassette de l’âge de l’aéroport, de son usage précédent et des autres bruits environnant. Si vous n’aimez pas la 116 et les trains qui envoient des milliers de gens travailler et vous apporte vos besoins essentiels, partez une pétition et laissez les autres faire la leur..ou comme votre éternel refrain…déménagez, c’est si convoitant. Cet aéroport ne sert qu’à instruire des asiatiques à 75% à tenir un manche à balai et à satisfaire des compagnies qui achètent des avions périmés (à rabais je suppose) et qui ailleurs sont simplement bannis…pourquoi est-ce qu’ils ne vont pas à NAV Canada se plaindre lorsqu’ils se font mettre dehors ou entamer des poursuites judiciaires? Ils savent for bien qu’ils sont hors norme..mais DASH-L trouve cela  »accommodant » à grossir leur petit empire. Surprise, comme l’autre vous laissez de côté les gros salaires des employés à cet aéroport? Ne me dites pas que vous venez de réaliser qu’après tout il y a autre chose que l’aviation?

Cavafairelebruit
Cavafairelebruit
2 années
Répondre à  JM

Hé! Oui! À l’heure où Il n’y a rien de plus préoccupant que les changements climatiques, on propose plus de bruit, plus d’avions, plus de pollution et des gros rafiots de 737-200 désuets? La totale, ce que l’on avait refusé comme projet pour l’ aéroport de Saint-Hubert, Saint-Jean, et Joliettes dans les années 70 avait été refusé à cause du bruit que cela devait induire, versus la densité de population de cette époque. On a donc, décidé comme emplacement beaucoup moins peuplé, que Mirabel était la meilleure option? POURQUOI AUJOURD’HUI, AVEC BEAUCOUP PLUS DE POPULATION, L’OPTION DE FAIRE DE L’AÉROPORT DE SAINT-HUBERT, UNE EXTENSION DE MONTREAL-TRUDEAU SERAIT ACCEPTABLE???

OP
OP
2 années
Répondre à  JM

Bonjour JM.
Votre commentaire m’apparaît surprenant.
Vous dites qu’il s’agit d’un redéveloppement de l’aéroport, et non d’un nouveau développement. Sur ce point, je suis d’accord avec vous. Maintenant, vous dites être préoccupé par les autoroutes situées près de chez vous. C’est très ironique… Imaginez-vous que ces autoroutes soient  »redéveloppées » (pour reprendre vos mots) et que les voies soient élargies pour accueillir de plus gros camions. Vous comprenez l’analogie JM? Je vais vous aider : Les pistes de l’aéroport ont été allongées pour permettre de plus gros avions…
Donc si on revient aux autoroutes avec voies élargies pour permettre de plus gros camions. Maintenant, imaginez que les compagnies de transport par camion flairent la bonne affaire, et achètent des vieux camions complètement désuets, qui sont interdits dans les pays développées du monde tellement ils sont bruyants. Imaginez maintenant que ces camions puissent circuler sur les autoroutes près de votre maison… à toute heure du jour et de la nuit. Pire, imaginez qu’ils aient un horaire précis… du genre… passer vers 3h am les mercredis ou jeudis matin…. Sincèrement JM, est-ce que vous pensez que vous dormiriez bien les mercredis et jeudis?
Continuons l’analogie avec les petits avions bruyants. Seriez-vous satisfait JM s’il n’y avait pas de norme maximale de décibels pour les voitures, autant sur les autoroutes près de chez vous que dans les rues des quartiers résidentiels? Je sais que certains sont déjà bruyants et sont illégaux, mais imaginez que ce soit légal de rouler en faisant un vacarme, à toute heure du jour et de la nuit.

Anonyme
Anonyme
2 années

Pour l’information de tous ;
Vous pouvez consulter les vols des gros porteurs sur le site internet flightaware.com. Vous pouvez y voir, en temps réel, les avions au-dessus de Saint-Bruno-de-Montarville, leur immatriculation, leur provenance, leur destination, etc.
La compagnie Chrono Aviation décolle de l’aéroport de Saint-Hubert tous les jours, vers 14h-15h. Le bruit de ce type d’avion au décollage (Boeing 737-200) est nettement supérieur à tous les autres qu’on peut entendre depuis Saint-Bruno/Saint-Hubert et les alentours. Il est donc facile à distinguer.
Les Boeing 737-200 sont des avions désuets qui sont interdits dans plusieurs pays dans le monde, dû à leur vétusté, notamment en ce qui a trait au bruit généré.
Outre le Québec, les seuls endroits dans le monde où ces avions volent sont : Mexique, Inde, Chine et Moyen-Orient… Ça en dit long…
Il faut interdire les 737-200 au Canada et interdire les vols de nuit à l’aéroport de Saint-Hubert. Agissons maintenant avant qu’il soit trop tard ; le gestionnaire de l’aéroport de Saint-Hubert, DASH-L, travaille sur la construction d’une aérogare qui pourra accueillir un grand nombre de passagers chaque jour, pour de multiples décollages d’avions gros porteurs. Il faut agir maintenant avant que d’autres compagnies concluent des ententes pour des vols de nuit ou pour utiliser des Boeing 737-200.
À mon avis, il faut surtout mettre de la pression sur le Gouvernement fédéral (via Transport Canada et notre député fédéral) et sur la Santé Publique.

François
François
2 années
Répondre à  Anonyme

très instructif.

Vous avez raison!

Minimalement il faut un couvre feu pour les gros porteur. Le Boeing 737-200 out… Même s’il interdise ces Boeing la nuit, ils vont quand même trouvé le moyen de nous empoisonner l’existence lors de l’entretien de ces appareils.

dash-qui
dash-qui
2 années
Répondre à  Anonyme

La majorité des avions d’écoles de pilotage n’apparaissent pas sur  »flightaware ». Faitez en l’essai lorsque vous en verrez un. Ils ont effectués des vols le 3 Nov 2019 au matin, et aucun signalement. https://fr.flightaware.com/live/airport/CYHU ….Et les 737de Chrono s’envolent aussi de nuit. Un beau gros réveil-matin à 3hre00.

Olivier
Olivier
2 années

Madame Simard a tout à fait raison. Les vols incessants des écoles de pilotage sont vraiment une plaie pour les citoyens. Il y en a trop! Avant les années 2008-2009, les citoyens acceptaient pourtant le fait d’être survolé par ces petits avions. Qu’est-ce qui fait qu’un jour on ne peut plus les tolérer? C’est lorsque l’équilibre se rompt. Or, cet équilibre est bel et bien rompu depuis les années 2008-2009 où les écoles de pilotage ont totalement abusé de leurs droits en survolant nos quartiers résidentiels à outrance du matin jusqu’à très tard le soir, aux 30 secondes. Imaginez seulement un instant être survolé par plus de 1 000 avions par jour. C’est à rendre fou la plus saine des personnes. Les citoyens ont dû se tourner vers les tribunaux pour se faire respecter un tant soit peu. Bien que certains gains aient été obtenus, comme un couvre-feu à 23h, tout n’est pas réglé puisque le jugement ne concerne que la piste 24G et les écoles poursuivies. Les écoles non poursuivies n’ont pas l’obligation de mettre un silencieux, alors le jour lorsque nous sommes survolés, ça reste très bruyant. Il semble y avoir un partage sur les pistes aujourd’hui. Mais lorsque les gros porteurs arriveront plus nombreux, les petits avions ne pourront sans doute plus voler à partir de la piste 24D pour faire leurs posés-décollés. Alors, nous craignons qu’ils ne retournent tous sur la piste 24G ou sur la piste 06D (en partance vers St-Bruno), selon ce que les vents leur permettront. Et les gros porteurs maintenant, les Boeing 737-200 tellement bruyants et polluants qui ont fait leur apparition en avril 2019. La Ville de Longueuil et ses promesses de développement durable. Ah! Ah! Ah! À la première occasion de faire venir des gros porteurs à Saint-Hubert, on accepte les pires Boeing de la planète. Madame Simard a raison de dire qu’ils ont été chassés de l’Ontario à la suite des plaintes répétées des citoyens. Croyez-vous que ce soit vraiment un développement durable, un développement concerté et responsable? Est-ce qu’on tient compte de l’intérêt des citoyens dans tout ça? Aucunement! Et le scénario se répète. Dans son empressement de développer à tout prix cet aéroport, la Ville de Longueuil et DASH-L se foutent des doléances des citoyens et se retrouvent à nouveau devant une procédure judiciaire. Et le plus odieux dans toute cette histoire, c’est le mépris de la Mairesse de Longueuil qui ignore totalement ses citoyens et celui tout autant de DASH-L qui ont déjà annoncé publiquement qu’ils contesteraient la requête d’injonction pour interdire les vols de nuit.

Danielle Caron
Danielle Caron
2 années

Il n’y a aucun développement concerté de cet aéroport. Les citoyens ne sont jamais consultés. Nos élus ne semblent même pas se préoccuper des conséquences directes que leurs mauvaises décisions auront sur notre qualité de vie, il n’y a même pas eu d’études d’impact sur notre santé et notre environnement. Les citoyens demandent au moins un couvre-feu pour protéger leurs nuits de sommeil, et encore là, les élus font la sourde oreille, car leur grande préoccupation est de développer l’aéroport à tout prix, à n’importe quel prix. Et ces mêmes élus vous parleront ensuite de l’urgence d’agir pour lutter contre les changements climatiques, de réduction de gaz à effet de serre et auront sans doute pris part, pour plusieurs sans doute, à la grande marche mondiale sur le climat qui s’est tenue hier à Montréal.

Bouchard, Anne Marie
Bouchard, Anne Marie
2 années

Résidente de Boucherville depuis 25 ans, le passage des avions-écoles, souvent aux 2-3 minutes, nous empoisonnent la vie depuis plus de 15 ans. C’est rendu qu’on souhaite du mauvais temps pour avoir une paix sonore dans le quartier Est. Même avec les portes et les fenêtres fermées, on les entend. Ce bruit de tondeuse volante est de plus en plus agressant. Impossible de parler dehors lorsqu’un de ces avions survole notre maison, Et que dire de certains qui volent à très basse altitude. Je compatis avec les résidents de Saint-Hubert, mais toutes les villes de l’Agglomération de Longueuil sont concernées. Aucune consultation publique n’a été faite pour le développement de cet aéroport, au détriment de la population. Les problèmes de santé occasionnés par le bruit et la pollution de l’environnement sont pourtant bien connus et bien recensés.

G. Blanchette
G. Blanchette
2 années

On a sacrifié le bien-être d’une grande partie de la population de Longueuil aux profits de compagnies qui se font expulser de d’autres aéroports à cause de leur nuisance. Lors des conseils municipaux, il est aberrant de voir le laxisme et le non-intérêt de l’administration en égard des doléances des citoyens concernant l’aéroport. De plus, ils ont un « pitbull » parmi le conseil prêt à bondir et mordre à la moindre critique (même de façon très courtoise) concernant leur administration et surtout en ce qui concerne l’aéroport. Ça commence à ressembler à une petite dictature municipale soumise aux dictats de ces compagnies aériennes et de Dash-l.

François
François
2 années

Les citoyens ont le droit de dormir la nuit. Le minimum serait d’imposer un couvre feu au décollage des gros porteurs.

Il faut une paix sociale entre les résidents et l’aéroport. L’aéroport est en constante mutation mais le citoyens lui ne peut remanier sa maison au gré des décisions politiques et des orientations. Si l’objectif unique est le développement infini de l’aéroport, il faudrait prévoir dans le plan de développement le rachat des projets résidentiels autour qui ont été autorisé par la ville. Bien entendu le plan ne va jamais prévoir un rachat des résidents alors il est impératif d’atteindre une paix sociale. Actuellement c’est une guéguerre entre les extrêmes, les seuls gagnants sont les avocats.

OP
OP
2 années

La gestion de l’aéroport de Saint-Hubert est faite de façon complètement irresponsable. Transport Canada et notre député fédéral se ferment les yeux sur les problématiques.
Certains citoyens ont compris qu’il y a des problèmes et souhaitent une réglementation.
Car derrière chaque règlement, il y a eu un abus. Chrono aviation et certains petits avions ont abusé. Selon moi, un jour ou l’autre, ce sont tous les utilisateurs de l’aéroport de Saint-Hubert qui vont payer pour leurs abus.

Celyn Mac Donald
Celyn Mac Donald
2 années

Je suis dans le corridor aérien. Depuis un certain temps, il y a une avion noire qui passe certains jours de la semaine dans la nuit le et très bruyant et désagréable car les chambres sont au 2ieme étage. Je pourrais même voir le no de l’avion. Faire déranger quand tu dors vraiement ….. manque de respect. Comment la mairesse aimerait se faire déranger dans le milieu de la nuit . Presque a la même heure soit le mercredi vers 2;38 de la nuit.

trackback

[…] Nuisances sonores : après les avions-écoles, les Boeing de l’aéroport de Saint-Hubert […]