Andréanne Quintal en mode création

Photo de Frank Rodi
Par Frank Rodi
Andréanne Quintal en mode création
Andréanne Quintal sur le trampo-mur de Spicy Circus. (Photo : courtoisie)

Spicy Circus

Après des allées et venues entre le Québec et divers pays de la planète, la Grandbasiloise Andréanne Quintal est aujourd’hui de retour chez elle. Le temps de monter un premier spectacle de cirque signé Spicy Circus.

« Ça fait du bien d’être de retour à la maison! », exprime Andréanne Quintal, en entrevue avec Les Versants.

« C’est très excitant! Parce que depuis la conception de mon plan d’affaires, il y a huit ans, j’ai accompli tous les objectifs que je m’étais fixés. Sauf celui de monter mon propre show. Je suis rendue là. » – Andréanne Quintal

Tout de même, bien que la jeune femme parcoure le monde avec son entreprise Spicy Circus depuis 2013, elle ne demeure jamais bien loin de ses proches. « J’ai tout mon monde avec moi : ma famille, mes artistes, mon directeur artistique… Mon mari, Jörg Sandmeier, est directeur musical; on se suit, peu importe où dans le monde. Mon père est directeur technique, ma mère est à l’administration. Même quand je suis loin, c’est important pour moi d’être proche de ma famille », avance Andréanne Quintal.

Sa sœur, Maude Quintal, est gymnaste, mais ne fait pas partie de l’aventure de sa sœur. « Par contre, elle est ma fan numéro 1! », d’assurer Andréanne.

En mode création

Maintenant qu’elle est de retour dans son patelin, Andréanne Quintal en profite pour plancher sur un nouveau spectacle, qui aurait pour titre Minuit le soir. « C’est très excitant, clame- t-elle. Parce que depuis la conception de mon plan d’affaires, il y a huit ans, j’ai accompli tous les objectifs que je m’étais fixés. Sauf celui de monter mon propre show. Je suis rendue là! »

Une première, donc. En effet, jamais auparavant Spicy Circus n’ a présenté de spectacle. Andréanne Quintal précise : « Il n’y a jamais eu de spectacle créé par Spicy Circus. Dans le passé, nous avons pris part à d’autres événements, ou encore présenté des numéros. »

Par exemple, la troupe a proposé un numéro trampo-mur au sein d’une tournée avec le Big Apple Circus de même qu’en compagnie du Cirque national suisse Knie. « Nous avons eu de superbes tournées au cours des deux dernières années! C’est ce qui m’a donné le goût et la confiance pour créer notre spectacle », poursuit l’entrepreneure.

Une création, qui demeure encore embryonnaire, mais dans laquelle la Grandbasiloise souhaite faire découvrir au public l’univers des big bands, du cirque et des musiciens des années 40 et 50. Elle vise un retour sur scène – ou dans les airs – pour juin dans des événements en Suisse, en France et, pourquoi pas, un début au Québec? « C’est à voir. Ça dépend seulement où le concept se fera acheter. C’est à moi de bien vendre le spectacle. »

Dans ce Minuit le soir, l’artiste de cirque travaille depuis des mois à inclure un quick-change à la Arturo Brachetti; un numéro qui se distingue par sa rareté. Accompagnée d’un costumier, Andréanne Quintal effectue neuf changements de costumes en cinq minutes, prenant les traits de la mangeuse de popcorn, la magicienne, la femme forte, la lanceuse de couteaux, la lionne… « Ça fait environ cinq mois que je suis dans ça. Nous sommes beaucoup dans la recherche et le développement. C’est un univers différent, très secret, mais amusant dans lequel s’investir. Ça fait des semaines que je suis dans mes robes; lorsque j’ai réussi à changer en deux secondes, je courais de joie! », raconte- t-elle.

Conférence

La présidente de Spicy Circus ne compte pas s’arrêter uniquement à la création de son spectacle. Parmi ses autres projets, elle souhaite promener une conférence, Avoir su, destinée aux artistes de cirque afin de « passer la “puck” aux plus jeunes ». Elle évoque son idée, qu’elle développerait avec le collègue David Girard, de Mont-Saint-Hilaire, et qui serait proposée dans les écoles de cirque, entre autres : « Une conférence pour passer le flambeau, mais aussi pour mieux outiller les artistes qui commencent, afin, par exemple, qu’ils négocient mieux leurs contrats. Je crois que ça pourrait être enrichissant même pour moi! »

Depuis 2013, Spicy Circus a déposé son matériel dans une dizaine de pays et près de 150 villes du monde pour proposer ses acrobaties.

Fierté

Après toutes ces années à s’envoyer dans les airs sur des trampolines à travers le monde, à gérer une petite entreprise qui exploite le talent québécois, Andréanne Quintal se dit fière de là où elle est rendue aujourd’hui. « Même si ce n’est pas facile d’être une femme à la tête d’une entreprise à l’international, je suis fière de ma compagnie québécoise qui travaille à cette échelle. »

QUESTION AUX LECTEURS :

Fréquentez-vous les spectacles de cirque?

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des