Vers une Régie intermunicipale en sécurité incendie

MRC de La Vallée-du-Richelieu

Les Villes de Saint-Basile-le-Grand, McMasterville, Saint-Mathieu-de-Beloeil, Otterburn Park, Beloeil et Mont-Saint-Hilaire ont décidé de créer une Régie intermunicipale en sécurité incendie de La Vallée-du-Richelieu. Celle-ci devrait en principe entrer en fonction au début de l’année 2019.
Considérant les objectifs d’une augmentation du niveau de service, les conseils municipaux de Saint-Basile-le-Grand, McMasterville, Saint-Mathieu-de-Beloeil, Otterburn Park, Beloeil et Mont-Saint-Hilaire ont pris position en faveur de la création de la Régie intermunicipale en sécurité incendie de La Vallée-du-Richelieu.

« Éventuellement, l’objectif serait de garder deux casernes. » – Gilles Plante

Ce qui leur permettra de régionaliser leurs services de sécurité incendie. « Actuellement, nous respectons le schéma de couverture de risquse pour 24 % des appels. La proposition de création d’une Régie permettra de respecter ce schéma dans 100 % des situations, offrant ainsi aux citoyens un meilleur service au meilleur coût », mentionne en point de presse le porte-parole du regroupement et maire de McMasterville, Gilles Plante.
C’est d’ailleurs pour cette raison que les membres du conseil municipal de Saint-Basile-le-Grand, entre autres, s’étaient réunis le lundi 19 juin en après-midi pour une assemblée de séance extraordinaire. Ils en ont profité pour adopter cette intention ferme en vue de la transition et la création d’une telle Régie pour les municipalités concernées.
En entrevue avec le journal Les Versants, le maire de Saint-Basile-le-Grand, Bernard Gagnon, a déclaré : « C’est très positif pour nous parce que ce regroupement maximisera la qualité des services tout en assurant un temps de réponse plus court, 24 heures par jour, 7 jours par semaine, 365 jours par année. C’est la meilleure des situations. Cependant, il reste encore beaucoup de travail à faire, et ce, afin d’assurer un service complet pour le début de l’année 2019. »

Trois casernes seront conservées

Dans ce mouvement de fusion, seules trois casernes seront maintenues… à court terme : Saint-Basile-le-Grand (à cause de la voie ferrée qui divise le territoire), Beloeil (parce qu’elle a l’ampleur d’accueillir la nouvelle Régie intermunicipale) ainsi que Mont-Saint-Hilaire (toujours en construction). « Éventuellement, l’objectif serait de garder deux casernes, une sur la rive droite, l’autre sur la rive gauche », a expliqué Gilles Plante.
Les pompiers des casernes de McMasterville et Otterburn Park, eux, seront redéployés vers les autres établissements. « Nous allons attendre la venue du nouveau directeur pour la réorganisation des postes. Il y aura des attritions et des départs à la retraite, mais nous allons tout faire pour garder tout le monde. Est-ce qu’on peut garantir qu’ils seront tous de retour? Personne ne peut le garantir; il y aura des choix à faire », lance M. Plante. Le budget de la Régie a été prévu en fonction du nombre d’employés actuel.
Le maire Bernard Gagnon parle d’une opération au coût d’environ 670 000 $, soit 123 000 $ pour la Ville de Saint-Basile-le-Grand. « Il y aura une opération budgétaire à effectrer afin d’essayer d’absorber cette somme dans le budget actuel. »
Quant à la caserne de la rue Savaria, sur le territoire grandbasilois, Bernard Gagnon a admis que celle-ci était vieillissante. Un réaménagement, voire une relocalisation, serait à envisager, selon le maire.

Déménagement de la caserne de Saint-Basile

Le directeur intérimaire du Service de sécurité incendie de Saint-Basile-le-Grand, Sylvain Labrecque, voit la venue de la Régie d’un très bon œil. « On prône ce projet depuis plusieurs années déjà. On se devait de s’en aller vers ce regroupement. Le but est la mise en commun du matériel, des ressources et des besoins à long terme », souligne-t-il, révélant du même souffle qu’un déménagement de la caserne de Saint-Basile était dans les plans. « On parle peut-être sur la route 116, entre McMasterville et Saint-Basile-le-Gran,d afin d’améliorer notre temps de réponse. »
En attendant, un mandat sera à nouveau confié au comité technique, composé des directeurs généraux des six villes. Ce comité se penchera sur la préparation, dès septembre prochain, d’un projet d’entente transitoire, particulièrement pour le partage financier. De même que sur une proposition pour la constitution de la Régie (décret estimé en février 2018) ainsi que sur un échéancier de travail respectant les engagements liant toutes les opérations en sécurité incendie. Le tout pour l’entrée en fonction de la nouvelle Régie, en principe, au début de l’année 2019.
Un mandat de services professionnels avait été confié en 2016 pour une étude et une analyse de l’organisation actuelle afin de maximiser la réponse en sécurité incendie et atteindre les niveaux exigés par le Schéma régional de couverture de risques en sécurité incendie de lammunicipalité régionale de comté de La Vallée-du-Richelieu. Des propositions en découlant ont ensuite été étudiées afin de rendre plus efficaces et efficientes les interventions régionales par la mise en commun des actifs et des ressources pour assurer une meilleure protection des personnes et la sauvegarde de leurs biens.
Les démarches ont été poursuivies par le comité technique qui a validé la portion financière afin de présenter un budget détaillé de la première année d’opération d’une Régie intermunicipale.