Élargissement de l'autoroute 30 : pas une priorité pour le moment

Alors que la ministre responsable de la Montérégie dit qu’elle fait toujours de l’autoroute 30 une priorité, l’élargissement de cette voie semble plus être l’option visée malgré la demande des élus de la Rive-Sud.
Nathalie Roy, députée de Montarville, dit que le gouvernement recule dans le projet de l’élargissement de l’autoroute 30, la ministre responsable de la Montérégie, Lucie Charlebois, dit que c’est toujours une priorité pour elle. Au final, Sarah Bensadoun, porte-parole du ministère des Transports, Mobilité durable et Électrification des transports, semble trancher. « Le projet d’élargissement de l’autoroute 30 n’est pas en cours d’élaboration en ce moment. En 2011, il y avait un projet d’élargissement à trois voies, mais qui n’incluait pas le transport collectif. Ce projet a donc été annulé. Tout autre projet devra prendre en considération ce critère et sera directement influencé par le futur Réseau électrique métropolitain (REM) », indique-t-elle.
Pour Nathalie Roy, députée caquiste de Montarville, il n’y a pas de doute, le gouvernement fait marche arrière.
« Devant la Chambre de commerce et d’industrie de la Rive-Sud (CCIRS), la ministre Charlebois avait promis cet automne de faire de l’élargissement de la 30 sa priorité. Maintenant, son gouvernement recule. Doit-on comprendre qu’elle s’est trop avancée ou bien que son gouvernement ne veut pas entendre la voix des entrepreneurs, des citoyens et des élus de la grande région de Longueuil? » s’interroge Nathalie Roy.
En faisant cette promesse en octobre dernier, Lucie Charlebois, ministre responsable de la Montérégie, avait toutefois indiqué qu’il ne fallait pas voir dans sa promesse un engagement du gouvernement Couillard.
Mme Roy rappelle que les élus de l’agglomération de Longueuil réclamaient l’élargissement de la 30 entre Brossard et Boucherville afin de désengorger le réseau et de faciliter l’accès aux éventuelles stations du REM, ce projet de 5,5 milliards de dollars de la Caisse de dépôt et placements du Québec. « On a ici un projet visionnaire qui se heurte au manque de vision et de compassion de ce gouvernement envers les travailleurs qui, bien qu’ils acquittent leurs taxes, leurs impôts, n’ont pas l’impression qu’on se soucie de leur réalité », affirme-t-elle.

« Le projet d’élargissement de l’autoroute 30 n’est pas en cours d’élaboration en ce moment. » – Sarah Bensadoun

Pour la ministre, l’élargissement de l’autoroute 30 demeure « toujours une priorité pour moi, mais dire que d’autres actions peuvent être posées, ne veut pas dire que je recule. Pour rendre plus fluide la circulation sur la 30, il faut revoir des échangeurs, il faut considérer le transport collectif et le REM qui s’en vient. Si on n’arrive pas à trouver de solution, l’élargissement de l’autoroute 30 entrera en considération et pour moi, c’est une priorité. Aujourd’hui, on n’est pas en train de parler de la phase de construction d’un élargissement de l’autoroute 30. Il y aura sûrement une orientation ministérielle plus précise sur le sujet plus tard. En ce moment, on regarde ce qui va se passer autour du REM et du transport collectif. »
Inclure l’élargissement de l’autoroute 30 à trois voies dans les deux sens sur une distance d’environ 20 kilomètres, entre les autoroutes 20 et 10, pour faciliter l’accès aux trois stations du futur REM prévues à Brossard, entre l’autoroute 30 et le pont Champlain, impliquerait une dépense de plus de 100 millions de dollars. Une dépense qui obligerait alors le gouvernement à respecter le processus d’acception d’une telle dépense prévue dans le Plan québécois des infrastructures. Ce plan, valide pour la période de 2016 à 2026, prévoit établir un cadre systématique d’analyse des grands projets. Ce cadre repose sur un processu​s de planification rigoureux qui a pour but d’assurer un contrôle optimal des coûts et des échéanciers dans la réalisation des grands projets d’infrastructures publiques.
« Un projet d’élargissement de l’autoroute 30 serait un processus très long et complexe, car il devra respecter le Plan québécois des infrastructures. Aujourd’hui, il n’y a pas d’étude sur le sujet en route », précise Mme Bensadoun.

Échangeurs de la route 116

Le ministère des Transports indique qu’il est à l’étude en ce moment de doubler les échangeurs d’entrée et de sortie de la route 116 vers l’autoroute 30. « Il y a plusieurs évaluations qui ont été faites, mais qui ne sont pas assez avancées pour dire quand cela se fera », selon Mme Bensadoun.

Le REM

Le REM est un réseau de métro léger électrifié de 67 kilomètres qui doit relier le centre-ville de Montréal à la Rive-Sud, à la couronne nord de la banlieue, aux villes de l’ouest de l’île de Montréal et à l’aéroport international Trudeau, à Dorval. Il devrait voir le jour d’ici la fin de 2020.
Sur la Rive-Sud, la station terminale du REM et son stationnement de 3000 places seront implantés à l’intersection des autoroutes 10 et 30, où la congestion est déjà intense en périodes de pointe.