La « Majorité silencieuse » : acceptabilité sociale locale pour Northvolt

Au cours des dernières semaines, les groupes environnementaux et de manifestants citoyens font entendre leurs inquiétudes concernant le début des travaux de l’usine Northvolt en l’absence d’une audience du BAPE. Ceux-ci remettent en question l’acceptabilité sociale entourant le projet. Les sympathisants au projet Northvolt lèvent leur voix.

Selon le maire de Saint-Basile-le-Grand, Yves Lessard, « une très forte majorité des gens sont contents de ce qui arrive. Je les rencontre, je parle avec eux. Dans les manifestations, [ceux qui s’opposent clairement au projet] viennent souvent de l’extérieur. » Il défend ainsi son point qu’il réitère : il y a une acceptabilité sociale locale pour le projet. 

Collaboration avec Northvolt

Le 2 février dernier, l’entreprise suédoise annonçait la mise sur pied d’un « comité de liaison » pour impliquer les citoyens et acteurs concernés dans les avancées du projet et leur permettre de s’exprimer sur différents enjeux. « C’est une entreprise qui collabore beaucoup, qui se rend disponible et qui donne de l’information », souligne le maire. 

Le Comité d’action citoyenne (CAC) revendiquant l’intervention du BAPE a été invité à postuler pour ce comité. « Il est clair que nous avons un intérêt à prendre part à la démarche. Dommage que cette main tendue arrive si tard », commente Jacinthe Villeneuve, co-porte-parole du CAC. 

Dans son communiqué, Northvolt précisait que cette initiative s’inscrit dans la lignée de ses engagements de l’automne dernier, alors que l’entreprise rencontrait les citoyens de Saint-Basile-le-Grand et de McMasterville dans le cadre de trois séances d’information. 

Acceptabilité sociale locale

Selon Benjamin Gagnon, un Grandbasilois impliqué dans sa communauté, l’arrivée de Northvolt permettra à plusieurs entreprises locales de vivre un « second souffle » après les temps difficiles de la pandémie. Pour lui, il est clair que de l’activité économique locale sera générée conséquemment à l’implantation de l’usine. « Déjà avec la taxe de bienvenue, on ressent les effets positifs de ce citoyen corporatif. Il va y avoir des sous-traitants locaux, une économie parallèle va se créer. »

M. Gagnon considère aussi que l’accès à l’information de la part de Northvolt et de la Ville n’est pas un enjeu. « L’entreprise a pris le temps de rencontrer les citoyens cet automne [et] la Ville répertorie un paquet d’informations pertinentes sur son site Web. Je pense que tout est fait en amont et dans la transparence. »

Lors de la séance du conseil municipal du 5 février dernier, les sympathisants à l’arrivée de Northvolt ont été plus nombreux à prendre la parole que ceux démontrant des inquiétudes face au projet. Pour plusieurs résidents, dont Robert Lapierre et Jean-Louis Di Scala, il devient important de se prononcer en faveur du projet pour que la « majorité » ne demeure pas silencieuse. 

Dans cette ligne d’idée, un McMastervillois préférant garder l’anonymat, a eu l’idée de créer la page Facebook « Projet Northvolt (citoyens POUR le projet) ». « Le but, c’est de donner de la visibilité aux aspects positifs de l’arrivée de Northvolt. J’ai créé la page dans la foulée de la demande d’injonction. On avait peur que ça fasse déraper le projet. » Le créateur de la page nous confirme avoir aussi reçu l’invitation de l’entreprise concernant le comité de liaison.