achat local : le Panier Bleu utile ou pas?

achat local : le Panier Bleu utile ou pas?
Le Panier bleu, une initiative qui permettrait de dynamiser le commerce local. (Photo : courtoisie)

Le 5 avril 2020, au début de la pandémie de COVID-19, le gouvernement du Québec a mis en place le Panier Bleu, un site web censé promouvoir l’achat local. Depuis, une réforme a été annoncée d’ici à l’automne prochain, changement qui pourrait donner une nouvelle utilité à la plateforme.

Un texte de Gabriel Provost

Selon Olivier Brière, copropriétaire des boucheries Auclair à Sainte-Julie et Boucherville, il est difficile de savoir si la plateforme est vraiment à la source de davantage de clientèle. Le Panier Bleu n’inclut pas de compteur qui indique combien de personnes ont consulté la page, ni quelle proportion de la clientèle a effectué des achats après être passée par le site web de l’organisme gouvernemental.

Même son de cloche du côté de la chocolaterie Heyez, à Saint-Bruno. Karolanne Pomerleau mentionne qu’elle n’a aucune idée de la quantité de personnes en magasin qui ont préalablement transité par le site du Panier Bleu ou celui de son commerce. « Ce n’est pas nécessairement plus évident de savoir pour nos plateformes à nous, par exemple si c’est sur les réseau sociaux qu’on nous a vus ou sur notre site internet. »

Pour Olivier Brière, les appels à l’achat local lancés par Québec ont davantage aidé que le Panier Bleu en tant que tel. « Depuis le début de la pandémie, ça été une bonne période pour nous en termes de ventes. Je pense que la fermeture des restaurants et le télétravail ont aidé et que les gens ont redécouvert l’art de cuisiner et la bonne nourriture. »

« Le réflexe c’est encore de passer par Google. » – Olivier Brière

Un panier sur le Panier?

Le 25 janvier dernier, une réforme a été annoncée en ce qui a trait à la façon d’acheter des produits sur le Panier Bleu. Les clients qui visitent présentement le site de l’organisme créé par le gouvernement ne peuvent pas acheter les produits de différentes compagnies québécoises sur la plateforme. Selon le rapport publié par le Panier Bleu, qui avait comme objectif d’étudier le marché en ligne québécois, le répertoire serait sûrement plus visité s’il prenait une forme semblable à ceux des géants du web comme Amazon, ou tous les produits sont disponibles à l’achat au même endroit.

Le site actuel propose plutôt d’effectuer une recherche parmi les produits et les commerçants regroupés dans le catalogue, pour ensuite être redirigé vers leur site web à travers le Panier Bleu, qui agit pour l’instant davantage comme un bottin de commerces. Plusieurs critiques, notamment Olivier Brière, ont ainsi souligné que le site était plus ou moins utile dans sa version actuelle. « L’initiative est correcte, mais ça manque de peaufinement. Si je cherche une entreprise, le réflexe c’est encore de passer par Google », dit M. Brière.

Mme Pomerleau mettra davantage l’accent sur le site internet de la chocolaterie que sur d’autres plateformes comme le Panier Bleu, même s’il y a une réforme. «On fait déjà beaucoup la promotion de notre site internet par du référencement et ça fonctionne très bien. »

De plus en plus de commerces

Au lancement l’an dernier, Sainte-Julie comptait quatre commerces sur la plateforme, Saint-Basile-le-Grand en avait tout autant et Saint-Bruno-de-Montarville en dénombrait huit. Depuis, Sainte-Julie a désormais 42 commerces inscrits, tandis que Saint-Basile est à 16 et Saint-Bruno à 36. Ces chiffres sont différents de ceux inscrits sur le site du Panier Bleu, notamment parce que plusieurs commerces y apparaissent en double.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires