À vos frigos! contre le gaspillage alimentaire

Photo de Frédéric Khalkhal
Par Frédéric Khalkhal
À vos frigos! contre le gaspillage alimentaire
Camille Dussault propose des formations gratuites pour lutter contre le gaspillage alimentaire. (Photo : courtoisie - À vos frigos!)

C’est par le biais du Fonds Éco IGAque Camille Dussault, experte en gaspillage alimentaire pour À vos frigos!, propose des conférences gratuites à qui veut limiter le gaspillage alimentaire.

Qui ne s’est pas trouvé face à face avec un citron moisi au fond de son frigo, ou encore avec un demi-oignon ayant perdu sa fraîcheur à force d’attendre d’être cuisiné?

Les conférences gratuites À vos frigos! ont été mises en place grâce au Fonds Éco IGA. Elles proposent des conseils simples et pratiques aux citoyens afin de les outiller sur la manière de réduire le gaspillage alimentaire. Jusqu’au mois de juin, des conférences sont organisées en virtuel ou en présence un peu partout au Québec. Il est possible de trouver ces rendez-vous sur le site de À vos Frigo!

La problématique du gaspillage alimentaire est beaucoup plus fréquente que l’on ne pourrait penser. En fait, selon le Conseil national zéro déchet, 63 % des résidus alimentaires qui sont jetés à la poubelle ou au compostage par les ménages auraient pu être consommés.

« C’est beaucoup! Les conférences proposées apportent des solutions concrètes aux citoyens. C’est un espace de discussion qui permet d’échanger des solutions pour lutter contre le gaspillage alimentaire », d’indiquer au journal Camille Dussault, qui se définit comme une experte en lutte au gaspillage alimentaire pour À vos frigos!. « Il n’y a pas de diplôme associé à cela. Tout le monde peut le devenir à partir du moment où l’on s’y intéresse. C’est ce que je fais depuis que je suis toute petite. »

Selon un sondage CROP mené à l’été 2021 par le Fonds Éco IGA, ce sont 60 % des répondants qui considèrent qu’ils n’entendent pas assez parler de gaspillage alimentaire . D’autre part, il est possible de lire dans le sondage que les fruits et les légumes le plus souvent jetés ou compostés par les répondants sont les bananes (51 %), les verdures (44 %), les patates (41 %), les oignons (32 %), les pommes et les poires (31 %), les tomates (30 %) ainsi que les légumes racines (29 %).

« Les conférences proposées apportent des solutions concrètes aux citoyens. C’est un espace de discussion qui permet d’échanger des solutions pour lutter contre le gaspillage alimentaire. » – Camille Dussault

Des astuces pour y remédier
Pourtant, il y a des conseils simples et pratiques, dévoilés lors des conférences, qui peuvent outiller chacun sur la manière de réduire le gaspillage alimentaire. En plus de moins gaspiller, en appliquant ces principes, c’est la facture totale de l’épicerie qui est revue à la baisse.

Une des astuces partagées par Mme Dussault pour changer ses habitudes afin de moins gaspiller est assez simple.« Il suffit de consacrer un petit bac dans notre frigo et d’y mettre en évidence les choses que l’on risque de perdre. Ensuite, dès que l’on cuisine, il suffit de sortir ce bac pour utiliser les aliments qui s’y trouvent. »

Une autre astuce consiste à penser à la congélation. « Il est possible de prévoir quatre sacs de congélation; un pour les fruits, un autre pour les légumes, pour les épluchures à légumes (pour faire un bouillon) et enfin, un dernier sac pour les restants de pain. Il y a beaucoup de choses qui se congèlent, comme le fromage, les blancs d’œufs ou même le lait. »

Tout le monde est concerné par le gaspillage alimentaire : les agriculteurs, qui doivent parfois gérer une trop grosse production de fruits et de légumes, les épiceries, qui collaborent avec les organismes communautaires afin qu’ils profitent de leurs surplus alimentaires, et les consommateurs, qui peuvent mieux gérer les aliments dans leur frigo.

Plusieurs initiatives partout au Québec ont vu le jour récemment, toujours dans l’optique de limiter le gaspillage alimentaire.
C’est le cas de la plateforme numérique Sains & Saufs, qui fait partie de la Stratégie bioalimentaire Montérégie et qui a été officialisée au début du mois d’avril. Ce nouvel outil aura pour but de lutter contre l’insécurité alimentaire en donnant une autre vie aux surplus de denrées.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires