40 ans de course et de rencontres

Photo de Frédéric Khalkhal
Par Frédéric Khalkhal
40 ans de course et de rencontres
Robert Gemme et Louise Quesnel. (Photo : Frédéric Khalkhal)

SAINT-BRUNO. Le club des coureurs sur route du Mont-Saint-Bruno (CCRMSB) a fêté ses 40 ans cette année. Une parfaite occasion d’honorer les membres fondateurs qui ont tenu, au fil du temps, un club en santé.

Le 25 juin 1979, Robert Gemme, qui s’apprêtait à participer au premier Marathon international de Montréal le 25 août 1979, a eu l’idée de contacter son ami Serge Arseneault, un résidant de Saint-Bruno. Le même qui a fondé le Marathon international de Montréal devant se courir quelques mois après. « Je lui ai demandé de me donner la liste des inscriptions au marathon. J’ai repéré la notification J3V aux côtés de certains noms, car c’était le sigle désignant les habitants de Saint-Bruno. Ensuite, j’ai fait du porte-à-porte dans le but de leur proposer d’intégrer le club de course à Saint-Bruno pour nous entraîner au marathon. C’est comme cela que le 25 juin 1979, nous avons commencé avec 50 membres. »

L’organisateur en chef avait également mis en marche son réseau de contacts pour annoncer l’ouverture de son club de course à Saint-Bruno. « Nous avions un médecin dans le groupe qui prônait déjà à l’époque des saines habitudes de vie par le sport. Il n’a pas tardé à parler de notre club à tous ses patients. »

« Le club, il s’est fait grâce à ses 13 présidents et 87 administrateurs qui se sont succédé à travers les années. Je suis le seul dont personne n’a réussi à se débarrasser. » – Robert Gemme

Quarante ans plus tard, ils sont 200 membres au CCRMSB à vouloir courir trois à quatre fois par semaine ensemble. D’autres personnes sont inscrites sur une liste d’attente.

« Année après année, nos coureurs se sont inscrit et continuent à s’inscrire au marathon de Montréal ou une des courses dans le week end », se réjouit sa présidente Louise Quesnel. Même si le club n’est plus dédié uniquement au marathonien, il continue de préconiser la santé, la course à pied ainsi que les activités sociales en groupe dans la région de Saint-Bruno-de-Montarville, Sainte-Julie et Saint-Basile-le-Grand.

40 tours de piste

Le 24 juin 2019, 40 ans plus tard, il fallait marquer le moment. Les anciens membres, entre 1979 et 1989, habillés de leurs maillots orange de l’époque, constitueront deux équipes de huit coureurs, pour réaliser 40 tours de piste au parc Rabastalière à Saint-Bruno. En tout, ce sont sept équipes de huit coureurs qui s’affronteront dans une course à relais. « Cette activité se tient à la piste Rabastalière à Saint-Bruno, au 1353, rue Goyer (angle Clairevue). Le tout se déroule entre 9 h 30 et 11 h 30 », de préciser Mme Quesnel.

Après l’effort, le réconfort. Pour célébrer dignement ce moment rare dans un club de course de citoyens, un pique-nique géant se tiendra au parc national du Mont-Saint-Bruno. C’est à ce moment que la présidente prévoit « rendre un hommage à notre président fondateur, M. Gemme ». Ce sont 160 personnes qui sont déjà attendues.

En 40 ans

En 40 ans, 1200 coureurs sont passés par le CCRMSB. « Le club, il s’est fait grâce à ses 13 présidents et 87 administrateurs qui se sont succédé à travers les années. Je suis le seul dont personne n’a réussi à se débarrasser », ironise M. Gemme.

La plus grande fierté pour le marathonien, qui n’a raté qu’une seule édition de l’événement montréalais, est de voir le club de Saint-Bruno, celui qu’il a fondé, toujours bien vivant 40 ans après. « Des moments difficiles sur 40 ans avec le CCRMSB, il n’y en a pas. »

De grandes figures ont partagé quelques aventures de course avec M. Gemme, comme Jacqueline Gareau, qui venait s’entraîner parfois avec eux. Rappelons que Mme Gareau a gagné le marathon de Boston le 21 avril 1980, alors qu’une athlète arrivée avant elle a été disqualifiée une semaine plus tard pour avoir pris le métro pendant la course. Mme Gareau avait alors établi le record féminin de l’épreuve à l’époque avec un temps de 2 h 34 m 28 s.

Aujourd’hui, le 42,195 km pour M. Gemme, c’est fini. De ses 25 marathons, il garde désormais des souvenirs accrochés au mur, comme celui qu’il a réalisé le 31 octobre 2010 à Athènes afin de revenir aux origines de la course. Les marathons, c’est fini, mais pas la course, qu’il continue trois fois par semaine. Quant à la traditionnelle bière, après l’effort entre amis, elle est devenue en quelque sorte le secret de la longévité du club.

CCRMSB : http://www.ccrmsb.org

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des