Une année inespérée pour Étienne Hébert

Une année inespérée pour Étienne Hébert

Mario Plourde, Étienne Hébert et Alex Harvey lors de la remise des bourses Cascades 2017. (Photo : courtoisie)

À l’heure des bilans, Étienne Hébert, fondeur du club Montériski à Saint-Bruno-de-Montarville, ne s’attendait pas à une aussi bonne saison.

 

Étienne Hébert raccroche ses skis pour deux semaines. Un repos bien mérité après une saison exceptionnelle qui s’est terminée avec une médaille d’or et une médaille de bronze aux finales de la Coupe Québec à Rimouski.

Membre d’Équipe Canada Junior et Équipe Québec, nommé « athlète national de l’année » par Ski de Fond Québec, champion canadien junior en sprint, 17 place aux Championnats mondiaux juniors (meilleur résultat canadien), plusieurs podiums sur diverses courses dont deux médailles de bronze aux Championnats juniors américains ainsi que deux médailles d’or aux Championnats de l’Est-du-Canada, le palmarès 2016-2017 du skieur est plutôt flatteur. « Au début de la saison, j’avais de gros objectifs et j’ai été capable de les remplir presque tous, mais dans l’ensemble, c’est une saison au-dessus de mes attentes », explique-t-il aux Versants.

Des médailles et de l’argent

La semaine dernière, l’athlète de 19 ans recevait les honneurs de sa ville, Varennes, où le conseil municipal lui a remis une bourse de Soutien à l’excellence. Cette contribution financière a pour but de venir en aide aux organismes et aux jeunes appelés à représenter Varennes lors d’événements d’envergure, tels que des championnats sportifs ou toutes autres activités qui contribuent à leur développement.

Cerise sur le gâteau, Étienne recevait mercredi dernier une bourse Cascades, lors de la 13 édition du Programme de bourses Cascades au sein de la Fondation de l’athlète d’excellence du Québec, des mains de Mario Plourde, président et chef de la direction de Cascades, et de son idole, Alex Harvey. Le nouveau champion du monde du 50 km en ski de fond est commandité par l’entreprise depuis maintenant 12 ans. Il a rencontré les nouveaux boursiers Cascades 2017 pour leur livrer un témoignage au sujet de ses récentes performances.

« Il y a 12 ans, la bourse Cascades m’a permis d’amorcer un tournant dans ma carrière pour financer des déplacements de plus en plus nombreux. Cela me rappelle donc des souvenirs de ma dernière année junior comme Étienne », a-t-il indiqué lors de la remise des bourses.

« Au début de la saison, j’avais de gros objectifs et j’ai été capable de les remplir presque tous, mais dans l’ensemble, c’est une saison au-dessus de mes attentes. » -Étienne Hébert

Le financement d’un sport d’élite est coûteux pour un athlète qui doit voyager aux quatre coins du monde afin de réaliser toujours de meilleures performances. Malgré ces bourses, le soutien financier le plus important reste encore celui de ses parents. « C’est sûr, j’ai quelques commanditaires, mais les principaux sont mes parents. »

Son frère Antoine, membre de l’équipe du Québec en ski de fond aussi, et lui passent également par le programme de sociofinancement Makeachamp pour récolter encore là quelques sous.

De belles années à venir

L’âge où un athlète de ski de fond performe le plus est entre 28 et 30 ans. Il reste encore du temps au skieur de Montériski pour progresser et évoluer dans les traces d’Alex Harvey.

« J’ai encore une belle marge de progression. Pour la prochaine saison, je devrai d’ailleurs m’investir plus encore dans mes entraînements », prévoit déjà Étienne.

Encore très prudent, il n’ose pas encore parler de Jeux olympiques. « Vous savez, dans ce sport, il faut évoluer par étape très progressivement », conclut-il.