Un total de 826 raccompagnements

Un total de 826 raccompagnements

Plusieurs bénévoles ont participé au succès d’Opération Nez rouge dans la vallée du Richelieu. (Photo : courtoisie)

Opération Nez rouge dans la vallée du Richelieu

Il s’est effectué 826 retours à la maison pendant la 25e campagne d’Opération Nez rouge dans la vallée du Richelieu. Soit une baisse d’une centaine de raccompagnements par rapport à 2016 (923).

Près d’une centaine de moins qu’en 2016, et aussi un peu moins que les 873 raccompagnements de 2015. Pour le coordonnateur d’Opération Nez rouge dans la vallée du Richelieu, Daniel Doucet, la 25 campagne de raccompagnement de l’Opération Nez rouge de la vallée du Richelieu s’est terminée par un bilan positif. Il évoque une campagne riche en émotions et en moments marquants. Quant à la baisse, elle s’explique de quatre façons. « De plus en plus de personnes prévoient leur retour avant même que la soirée ne débute. En deuxième temps, les jours où tombent les fêtes de Noël et du Nouvel An modifient le comportement des gens. » Cette année, le 25 décembre et le 1 janvier étaient un lundi. « Les gens sont moins enclins à sortir durant la fin de semaine. Nous l’avons constaté lors de ces deux fins de semaine avec moins de 30 % de raccompagnements par soir. »

Comme troisième raison, M. Doucet indique le nombre d’établissements licenciés qui offrent aussi un service parallèle de raccompagnement à leurs clients.

Enfin, le nombre de salles de réception et de bars à la baisse sur le territoire de la vallée du Richelieu : « Il me vient à l’idée, par exemple, L’Érablière Rossignol, qui n’a pas opéré cette année. Pour nous, cela représentait une soixantaine de raccompagnements de moins », de poursuivre Daniel Doucet.

« Ces nouveaux bénévoles, c’est la relève! » – Daniel Doucet

17 soirées sur les routes

Le coordonnateur confirme également que l’Opération Nez rouge de la région a été en fonction tous les soirs prévus de sa programmation, soit un total de 17 : « La plus achalandée fut celle du vendredi 22 décembre, avec 100 raccompagnements. »

Toujours d’après M. Doucet, la vague de froid qu’a connue la province au lendemain de Noël a « certainement eu un effet sur la mobilisation et les raccompagnements ».

Statistiques

En plus des 826 automobilistes qui ont été ramenés à bon port de façon sécuritaire, l’Opération Nez rouge dévoile d’autres statistiques, notamment l’aide de 249 bénévoles, dont 139 nouvelles personnes cette année. « Ces nouveaux bénévoles, c’est la relève! Ce qui est bon signe pour une organisation qui a 25 ans. Un signe encourageant pour notre organisation, comme d’autres OSBL. Nous devons nous assurer de renouveler les membres participants; c’est pour moi un signe que Nez rouge est là pour longtemps. » D’autres chiffres : une moyenne de 2,5 présences par bénévole, pour un total de 623 présences/soirées. Ces bénévoles auront parcouru plus de 30 000 km sur les routes de la région au cours des 17 soirées. L’âge moyen des participants a été établi à 44 ans.

Sainte-Julie en tête de liste

Notons que l’Opération Nez rouge de la vallée du Richelieu couvre le territoire de Saint-Bruno, Saint-Basile, Sainte-Julie, McMasterville, Mont-Saint-Hilaire, Otterburn Park, Beloeil, Saint-Marc-sur-Richelieu, Saint-Charles-sur-Richelieu, Saint-Jean-Baptiste, Saint-Amable et Saint-Mathieu-de-Beloeil. Questionné par le journal, M. Doucet nous apprend que les principaux appels qu’a reçus la Centrale des bénévoles, située à Mont-Saint-Hilaire, proviennent d’abord de Sainte-Julie. « Particulièrement en raison des différents établissements licenciés regroupés dans ce secteur. Pour les jours de Noël et du Nouvel An, les demandes proviennent de familles d’un peu partout. » Arrivent ensuite des demandes de Saint-Bruno, Beloeil et Mont-Saint-Hilaire. Quant à la destination, Sainte-Julie arrive encore en tête de liste pour les retours à la maison. « Ensuite, Saint-Amable, Beloeil, Mont-Saint-Hilaire, Saint-Bruno », répond le coordonnateur.

Offerte par la communauté pour la communauté, l’Opération Nez rouge est une vaste campagne bénévole de sécurité routière en matière de conduite avec les facultés affaiblies rendue possible grâce à une imposante mobilisation citoyenne. « Par leur geste, ces bénévoles ont contribué à garder les routes sécuritaires tout en donnant leur appui à des causes jeunesse, sportives, culturelles et communautaires locales », d’ajouter Daniel Doucet. En effet, chaque année, des dons sont remis par les utilisateurs du service bénévole. Ces dons sont conservés pour des organismes locaux œuvrant auprès de la jeunesse ou dans le sport amateur, dans le monde du loisir en général et/ou communautaire. Le maître d’œuvre de l’Opération Nez rouge de la vallée du Richelieu, le Club optimiste de McMasterville, en est le responsable depuis plusieurs années. La somme récoltée en 2017 s’élève à un peu plus de 16 000 $, provenant des dons et d’autres sources. Celle-ci sera redistribuée à des organismes ayant participé aux activités de cette 25 campagne et servira aussi à soutenir les activités offertes à la jeunesse par le Club optimiste de McMasterville.

La 26 campagne d’Opération Nez rouge est déjà prévue en décembre prochain. Vous pouvez joindre les responsables durant toute l’année par courriel à cette adresse : vallee-du-richelieu@operationnezrouge.com. « Si la santé me le permet, je serai certainement là à compter du vendredi 30 novembre 2018, 20 h, pour la 26 campagne de l’Opération Nez rouge de la vallée du Richelieu! » de conclure Daniel Doucet.

QUESTION AUX LECTEURS :

Vous est-il déjà arrivé de prendre le volant alors que vous étiez conscients d’avoir les facultés affaiblies?