Un Noël plus doux….

Un Noël plus doux….

Le journal Les Versants s’associe au Relais pour la vie de Saint-Bruno afin de vous présenter dans les prochaines semaines de petits articles et témoignages.

Voici les histoires de combattants ayant reçu un bien beau cadeau par la Poste.

Souvent, dans la vie, on est à la recherche de signes, de symboles, de messages provenant d’une force divine ou du fin fond du cosmos… Pourquoi? Pour y trouver un sens, des réponses ou être rassuré. Que l’on soit convaincu ou non, il y a cette part de mysticisme qui réside dans chaque être humain.

Moi, j’ai reçu l’un de ces signes que vous envoie parfois la vie.

C’était quelques jours avant Noël. Cette période de l’année où l’on se sent envahi par une joie singulière, celle de notre enfance et de sa douce magie. Et l’un de ces moments que j’aime particulièrement est lorsque j’entends le facteur passer. Je me demande toujours quelles surprises se trouvent dans ma boîte aux lettres.

Évidemment, il y a des factures et de nombreuses circulaires, mais là, une enveloppe anonyme attire mon attention. Je l’ouvre immédiatement pour y découvrir une carte avec deux belles pattes de lutins vertes et rouges. De toute évidence, c’est fait à la main avec du papier de construction. Je suis vraiment étonné, qui peut bien m’avoir envoyé cette carte? À l’intérieur, un message de vœux de Noël du comité organisateur du Relais pour la vie de Saint-Bruno et à l’arrière, c’est signé : Eva, Académie des Sacrés-Cœurs.

Je suis en larmes…

Revenons en arrière. Je m’étais inscrit pour participer au Relais pour la vie avec ma gang du marketing du siège social de BMR, mais la vie allait en décider autrement, je n’allais pas marcher pour la cause cette année… On allait marcher pour moi. Quelques semaines avant, à l’âge de 42 ans, j’ai reçu le terrifiant diagnostic de myélome multiple. Je n’ai jamais entendu ce nom avant. Pas plus que vous sans doute. Et quand ce n’est pas commun, ce n’est pas bon signe.

… Cancer du sang.
… Prend naissance dans la moelle osseuse.
… Plutôt rare chez les moins de 70 ans.
… INCURABLE (Que voulez-vous dire au juste, docteur, par incurable?).

J’ai reçu une carte de Noël de mon pensionnat! J’y ai fait mon primaire. C’EST UN SIGNE. Je dois communiquer avec l’Académie, leur faire savoir que j’ai la carte faite par Eva et que je souhaite qu’on lui transmette mes remerciements. Je me prends donc en photo avec mon précieux trésor et j’envoie un courriel expliquant la chose. Dès le lendemain, je recevais un message de Marc Michel, responsable de l’engagement communautaire, qui me confirmait avoir contacté Julie Bélanger, l’enseignante de 4e année qui a chapeauté le projet de cartes de Noël, et que l’on transmettrait mon message à Eva.

Grâce à toute cette improbabilité de la vie, j’ai été invité à rencontrer non seulement Eva, mais toute la classe de Mme Julie. Des Ariane, Henri, Eva et Louis… Ils m’attendaient avec impatience. Ils étaient curieux et m’écoutaient leur raconter mon expérience avec ce cancer. Je leur parlais comme s’ils étaient mes enfants. Je voyais leurs yeux briller, comme si j’étais un scientifique ou un explorateur relatant ses derniers exploits. Ils me posaient des questions sans détour, sans pudeur, sans aucun filtre. Ils ne me regardaient pas avec pitié ou tristesse, mais avec une tendresse propre aux enfants.

Et je leur ai demandé : « Qui connaît quelqu’un qui a le cancer? » La moitié des mains s’est levée. C’était leur grand-père, leur tante, leur cousin, leur père et même l’un d’entre eux. Je n’en reviens toujours pas. Moi, à leur âge, je me demande si on aurait eu 3 ou 4 mains de levées.

Que l’on ne vive que quelques secondes ou plus de cent ans, nous laissons tous une marque dans la mémoire des autres. Nous influençons par notre simple présence. Alors, imaginez l’impact de nos paroles et de nos gestes!

Et c’est ce que j’ai abordé avec eux. Vous voyez comment cette simple carte m’a apporté une joie immense, comment elle m’a ému, m’a réconforté et donné espoir. Eh bien, chaque petit geste compte et laisse sa marque dans une vie! Prenez conscience qu’avec tout ce que vous dites ou faites aux dizaines de personnes que vous côtoyez ou croisez dans une journée, vous laissez votre marque et eux laissent la leur en vous. Et ce, autant bonne que mauvaise. Parfois, ça reste quelques minutes, parfois, c’est pour la vie. Soyez conscients de ce pouvoir et faites de votre mieux chaque jour!

Je vois cette carte un peu comme une bouteille jetée à la mer. Ces enfants avaient une idée du pourquoi ils fabriquaient des cartes de Noël, mais n’avaient aucune idée si elles allaient se rendre véritablement, et surtout pas à qui. Encore moins s’ils allaient en avoir des nouvelles. Il n’y a pas de hasard. J’avais besoin d’eux et eux de moi. Pourquoi? Pour confirmer sans doute que l’on est tous reliés. J’avais besoin de me savoir encore vivant et utile, et eux, de savoir que leur geste n’était pas un coup d’épée dans l’eau, qu’ils avaient atteint leur but : faire du bien à quelqu’un.

Je n’arrive toujours pas à trouver le mot juste pour expliquer ce que j’ai vécu auprès d’eux, mais j’ai reçu énormément. Lors de cette rencontre, j’y ai vu 28 petites étoiles gravitant autour d’un des plus brillants soleils qui soient.

Vous avez toute ma gratitude, Académie des Sacrés-Cœurs. Merci à toute l’équipe!

-Danny Wade

 

 

Merci la vie!

Quel bonheur j’ai ressenti cette journée-là d’ouvrir ma boîte aux lettres et d’y découvrir une carte de Noël fabriquée par un enfant!

Cet envoi postal m’a sincèrement touchée. Il m’a fait revivre des souvenirs si précieux pour une maman, temps où ma fille bricolait de magnifiques surprises d’enfant.

Par la suite, j’ai eu la chance de vivre une matinée pleine d’énergie positive et remplie d’amour de voir tous ces sourires. Le 22 décembre dernier, une rencontre s’est déroulée à l’Académie des Sacrés-Cœurs en compagnie de la magnifique Mila (auteure de la carte), de sa classe de 4e année, de son enseignante Mme Julie, de Marlène (comité organisateur du Relais), de Dany (invité spécial), et de mon complice : l’ambassadeur jeunesse du Relais pour la vie de Saint-Bruno, Louis Herbaux.

J’ai eu la chance de vivre des moments enrichissants, spontanés, des moments de partage d’une belle simplicité, en compagnie de tous ces enfants. J’ai écouté avec eux le témoignage de Dany, un homme courageux qui lutte actuellement contre un cancer.

Ces enfants m’ont encore une fois démontré qu’ils sont la relève de demain, qu’ils veulent s’impliquer, qu’ils sont passionnés, que c’est important d’y croire et d’espérer que OUI, on peut guérir, et que le cancer n’est pas une punition; c’est une maladie, et tous ensemble, on peut faire la différence, peu importe notre degré d’implication.

Mme Julie, merci! Grâce à vous, vos élèves sont porteurs d’espoir, de bonheur. Ils sont de petites étoiles qui font tant de bien.

À toi, belle Mila, le plus gros MERCI! Je n’oublierai jamais ton geste rempli de bonheur et d’émotion, d’une grande pureté, qui m’a profondément touchée.

P.-S. – Mila, j’ai l’ourson avec moi et tout comme toi, je ne vais jamais m’en séparer.

-Frédérique Allard