Un dernier tour de piste

Un dernier tour de piste

Le patineur de vitesse sur courte piste, le Julievillois Charles Hamelin.

Crédit photo : Archives

Charles Hamelin aux Jeux olympiques de PyeongChang

Avec sa participation aux Jeux olympiques de PyeongChang, en Corée du Sud, le patineur de vitesse sur courte piste Charles Hamelin effectue son « dernier tour ».

Charles Hamelin a déjà annoncé que les Jeux olympiques de PyeongChang seraient ses derniers. L’athlète souhaite se consacrer à d’autres projets, notamment la famille et son entreprise d’accessoires de patins qu’il a fondée avec des partenaires. « C’est la fin pour moi, mentionne au journal Les Versants Charles Hamelin. Je ne vais pas me relancer pour quatre ans. J’ai d’autres ambitions. Je vais aussi laisser la place aux jeunes du circuit canadien qui poussent. »

Par contre, il n’écarte pas l’idée de continuer à suivre son sport à sa retraite, dans les estrades ou à la télévision : « C’est un sport qui vient encore me chercher et que j’ai toujours à cœur. »

« Je veux quitter la tête haute et avec un sentiment de fierté. » -Charles Hamelin

La relève

Parmi ces patineurs de la relève, Hamelin évoque Charle Cournoyer, « qui continue à se développer comme un leader », Samuel Girard et Pascal Dion, « qui ont évolué ». Il pense aussi à Cédrik Blais et Maxime Laoun, deux athlètes actuellement dans l’équipe de développement, avec entre autres le Montarvillois Samuel Bélanger-Marceau. « Ils sont très forts, mais manquent de confiance », note Hamelin.

Le 24 janvier dernier, Patinage de vitesse Canada dévoilait son alignement final en vue des Jeux olympiques d’hiver. Charles Hamelin sera de toutes les épreuves de patinage de vitesse sur courte piste. En effet, le Julievillois sera en action dans les trois parcours individuels, soit aux 500 m, 1 000 m et 1 500 m. Seule la médaille olympique du 1 000 m manque au palmarès du Québécois. « En termes de résultats, mon objectif est de compléter ma collection avec une médaille à l’épreuve du 1 000 m », explique-t-il au bout du fil. À PyeongChang, les épreuves en courte piste se dérouleront au Palais des glaces de Gangneung les 10, 13, 17, 20 et 22 février, soit les jours 1, 4, 8, 11 et 13 des Jeux.

Avec ses quatre médailles, dont trois distinctions dorées, Charles Hamelin est l’un des Canadiens les plus décorés aux Jeux d’hiver aux côtés des Marc Gagnon, Clara Hughes et François-Louis Tremblay. Rappelons qu’il a grimpé sur la plus haute marche du podium à la suite du 1 500 m à Sotchi (2014) et du 500 m à Vancouver (2010). Au relais 5 000 m, il a obtenu l’argent à Turin (2006) et l’or à Vancouver.

En compagnie de Charle Cournoyer, Pascal Dion, Samuel Girard et de son frère François Hamelin, il est parmi les patineurs qui composent l’équipe du relais masculin à PyeongChang. Rappelons qu’il y a quatre ans à Sotchi, l’équipe canadienne ne s’était pas classée pour la finale. À la suite de la chute de François Hamelin en demi-finale, le groupe n’avait pu défendre sa médaille d’or remportée à Vancouver. « Nous voulons revenir sur le podium », lance le principal intéressé.

Plus personnellement, la « locomotive de Sainte-Julie » envisage ses derniers Jeux avec fébrilité. Il souhaite vivre l’aventure en famille. « Je veux avoir le sentiment d’arriver sur la glace, de donner le meilleur de moi-même et de tout laisser. Je désire courser comme Charles Hamelin peut le faire. Peu importe la 4 position, la médaille, la victoire ou la chute, je veux tout laisser sur la glace. Je veux quitter la tête haute et avec un sentiment de fierté; je veux être fier de mes derniers Jeux », de poursuivre celui qui a été porte-parole du Sommet international du jeu de Montréal en décembre dernier.

Adepte de jeux vidéo, Charles Hamelin s’y adonne depuis son plus jeune âge. Dernièrement, il passe ses temps libres dans les tableaux de Super Mario Odyssey et Legend Of Zelda : Breath Of The Wild, sur la console Nintendo Switch. Un passe-temps qui lui permet d’oublier le patin et d’évacuer le stress.

Charles Hamelin quittera la scène en même temps que son frère François, qui souhaite « finir la tête haute », et son amoureuse, la patineuse Marianne St-Gelais. « C’est très amical avec Frank [François]. Nous sommes très proches. L’entraînement s’est toujours fait ensemble. Je crois que c’est logique de prendre notre retraite ensemble. Avec Marianne aussi, c’est la fin attendue, l’histoire logique, qui se tient. Une dernière présence aux Olympiques pour tous les trois : vivre ce conte de fées avec mon frère et ma blonde, je n’aurais pas pu espérer mieux. »

QUESTION AUX LECTEURS :

Selon vous, dans quelle épreuve Charles Hamelin se démarquera-t-il à PyeongChang?