Stéphane Landgeau et VéroniKaH

Stéphane Landgeau et VéroniKaH

MOSAIQUE, c’est l’œuvre d’une artiste montarvilloise, qui fait parler beaucoup d’elle d’abord par son talent, mais aussi pour son énergie alors qu’elle souffre d’anorexie, une maladie qu’elle a dévoilée dans un ouvrage intitulé Ce qui ne tue pas rend plus fort, publié en 2014.

La peinture a été portée en veston par Stéphane Langdeau, de l’émission L’antichambre. « C’est un veston qu’il a porté et une réplique aux mesures de l’acheteur a été vendu à l’encan pour la Fondation Jean-Lapointe lors de son 35e anniversaire. Il a été vendu pour 3000 $ », explique avec beaucoup de fierté VéroniKaH.

L’animateur, interrogé sur le tapis rouge, a pris la peine de présenter sa veste et de dire que l’un des tableaux de VéroniKaH, « une artiste de Saint-Bruno », était imprimé à l’intérieur de son veston.

« Depuis 27 ans que je vis ici, je n’avais jamais exposé dans ma ville, alors que c’était chose faite à Boucherville, Saint-Lambert, New York… » VéroniKaH

La veste a été conçue par le designer Nathon Kong, un designer montréalais fondateur de l’entreprise Tailor2Go. Il a mis en place une boutique mobile de prêt-à-porter pour créer sur mesure des complets et des chemises pour hommes, dans son véhicule, peu importe l’endroit où il se trouve.

« Lors du gala, j’ai rencontré Nathon Kong, et nous devons nous revoir bientôt pour savoir s’il souhaite d’autres de mes toiles sur ses vêtements. Il veut que ses vestons soient uniques, j’ai les mêmes ambitions pour mes tableaux. Cela fait longtemps que j’ai ça en tête et voici l’occasion qui se présente à moi. »

Une première à Saint-Bruno

Sa dernière œuvre lui a ouvert non seulement les portes du tapis rouge du 32e Gala Artis, mais aussi celle du Vieux Presbytère à Saint-Bruno-de-Montarville, sa ville, là où elle n’avait jamais été invitée.

« Depuis 27 ans que je vis ici, je n’avais jamais exposé dans ma ville, alors que c’était chose faite à Boucherville, Saint-Lambert, New York… Je portais ma candidature pour exposer au Vieux Presbytère, mais toujours sans succès », explique-t-elle.

C’est lors d’un don d’un de ses tableaux à la fondation de l’école secondaire de Mont-Bruno, qui a été mise en vente et achetée par Michel Picard, député fédéral de Montarville, que la situation a débloqué.

« Je ne sais pas pourquoi nous sommes venus à discuter avec un élu de la municipalité du fait que mes toiles n’aient jamais été exposées dans ma ville et il s’en est étonné. Peu de temps après, je recevais une invitation pour exposer en 2018. Saint-Bruno a l’image d’une ville aisée, figée dans le temps, mais ce n’est pas vrai. Il est possible de donner une autre image de notre ville que nous aimons tous et les jeunes doivent le savoir. »

MOSAIQUE, c’est aussi la peinture, parmi les 3200 toiles de l’artiste, qui sera présentée lors du vernissage de l’exposition des artistes locaux, à Saint-Bruno-de-Montarville, qui aura lieu au Centre d’exposition du Vieux Presbytère le dimanche 28 mai à 14 h.

MOSAIQUE

L’inspiration de ce tableau, représentant plusieurs autres petits tableaux avec beaucoup de détails, vient d’une photo prise sur les bords de la Seine à Paris, avec de nombreuses toiles accrochées au mur. « La photo a été trouvée sur un site et elle m’a interpellée. Sur les 3200 toiles que j’ai réalisées, c’est celle qui m’a pris le plus de temps. Les gens me connaissent avec mon art abstrait, ici c’est mon côté perfectionniste qui s’est exprimé. Je me suis attachée au moindre détail. »

Au guidon de sa bicyclette dans les rues de Saint-Bruno, avec ses tatouages partout sur le corps et sa nouvelle chevelure bleue, VéroniKaH n’est pas près de ne plus faire parler d’elle et de son art.