Simon Clairoux au bureau de la députée

Simon Clairoux au bureau de la députée

L’artiste peintre Simon Clairoux et deux de ses toiles en compagnie de la députée Nathalie Roy. (Photo : courtoisie)

Cet hiver, les toiles colorées du jeune artiste peintre bouchervillois Simon Clairoux ornent les murs du bureau de la députée provinciale de Montarville Nathalie Roy.

Âgé de 24 ans, Simon Clairoux a découvert sa passion pour la peinture il y a environ 10 ans, d’abord comme passe-temps, puis comme vocation. Jeune homme ayant quelques difficultés de langage, la peinture est pour lui un mode d’expression précieux qui lui permet de les surmonter.

Ses œuvres sont un mélange d’huile, d’acrylique et de collage. L’artiste peintre manie les jeux d’ombre et de lumières et mélange les couleurs pour créer diverses scènes urbaines, des paysages enneigés, des natures mortes et des tableaux naïfs.

Pour la députée, Simon Clairoux a été une découverte lorsqu’elle l’a rencontré dans un événement de Vocation en art. « Ce qui m’a touchée, c’est que ce jeune homme, même avec quelques limitations, s’est découvert un moyen d’expression magnifique et extraordinaire, raconte Nathalie Roy. Je trouve que ce qu’il fait est très beau et très touchant, donc je voulais lui donner l’opportunité d’exposer, comme on fait pour n’importe quel autre artiste. »

« Ce qui m’a touchée, c’est que ce jeune homme, même avec quelques limitations, s’est découvert un moyen d’expression magnifique et extraordinaire. » – Nathalie Roy

Encourager les artistes locaux

Simon Clairoux n’est pas le premier artiste à exposer quelques-unes de ses œuvres dans le bureau de circonscription de la députée. Depuis son élection en 2012, Nathalie Roy choisit un artiste de Saint-Bruno-de-Montarville ou de Boucherville qui exposera sur ses murs chaque saison, donc pour une période d’environ trois mois. « Comme je ne peux pas acheter moi-même les œuvres, parce qu’on a un budget de décoration limité, je me suis dit que de cette façon, on pourrait aider et encourager plus d’artistes locaux, explique-t-elle. Et c’est agréable de voir que de plus en plus de collègues font la même chose. »

Selon Nathalie Roy, cette manière de faire permet aux artistes d’obtenir de la visibilité et de donner plus de valeur à leurs œuvres : « Parce qu’un bureau de député c’est considéré comme un édifice gouvernemental, quand un artiste expose ses œuvres, ça augmente la valeur de son portfolio, donc pour ceux qui vivent de leur art, c’est bénéfique. »

Les artistes peuvent aussi avoir la chance de vendre leurs œuvres, ce qui est déjà arrivé à quelques reprises, selon la députée. Avec le va-et-vient des citoyens, des députés et des attachés de presse, beaucoup de gens croisent les tableaux ou les photographies qui sont exposés, ce qui en fait une bonne vitrine de diffusion. « Comme je dis toujours, les bureaux de députés, ce sont aussi les bureaux des citoyens, donc on les invite à venir voir les artistes qu’on présente. »

À son bureau de circonscription, tous les artistes, peu importe leur calibre, leur style ou leur niveau, sont les bienvenus. « Je fais ça pour leur donner une opportunité de plus, parce que Dieu sait qu’ils ont besoin de visibilité, fait-elle remarquer. Les artistes et l’art, c’est très important, c’est un baume pour l’âme et on en a beaucoup besoin. »

Les artistes qui désirent proposer leurs toiles ou leurs photographies n’ont qu’à contacter Jean-Bernard Émond au bureau de circonscription afin de se trouver sur la liste des futurs exposants.