Lancement de disque pour Boudro

Lancement de disque pour Boudro

L’artiste peintre Boudro présente l’œuvre d’une nouvelle collection.

Crédit photo : Courtoisie

Festival international de jazz de Québec

L’artiste peintre Boudro dévoilait dernièrement l’œuvre de ce qui deviendra une nouvelle collection, Pop song, réalisée pour le Festival international de jazz de Québec. Le Montarvillois l’expose actuellement à la Galerie Perreault, à Québec.

Cette nouvelle production de Boudro est même devenue « l’œuvre artistique officielle » du 11e Festival international de jazz de Québec, qui se déroule du 12 au 22 octobre. On la retrouve sur le site Internet de l’organisation, sur des affiches, des macarons promotionnels, le communiqué de l’événement… L’œuvre unique sera exposée sur scène pour le spectacle de clôture du 22 octobre. « Cette demande de créer pour le Festival de jazz de Québec remonte à l’année dernière, lorsque j’étais installé chez Perreault, raconte Boudro, en entrevue avec le journal Les Versants. Mais le temps a manqué. »

« Les possibilités sont immenses. […] La musique et la peinture, ça se jumelle si bien; quel beau mixte! » – Boudro

Il y a six mois, l’artiste de style pop art, connu pour ses morceaux de casse-tête, de timbres, de mosaïques colorés et bourrés de références aux cartoons, aux superhéros Marvel et à la ville de New York (tout est peint à la main), avait découpé des formes de disque de 46 pouces de diamètre dans des panneaux de bois. Puis cette année, la demande a refait surface. « Je gardais ces cinq morceaux en forme de disque que j’avais découpés. J’avais pris le temps de mijoter l’idée dans ma tête, alors j’ai pondu ce vinyle! » lance-t-il, fièrement.

Sur les microsillons noirs du disque, Boudro a peint, ton sur ton, les silhouettes de grands musiciens de jazz. En son centre, sur l’étiquette colorée, un personnage rappelant les dessins animés. L’œuvre en question, qui reproduit l’apparence d’un vinyle, illustre d’une part le côté sérieux du jazz, avec des icônes de ce genre musical (Miles Davis, Louis Armstrong, John Coltrane, Ella Fitzgerald…), de l’autre le côté ludique qui a fait la réputation de Boudro (Bugs Bunny qui joue du saxophone).

Les portes s’ouvrent

À Québec, le boom médiatique a été si fort que tout a déboulé pour le peintre des petits taxis jaunes. Au point que le galeriste suisse François Chabanian, qui expose Boudro depuis quelques années dans les galeries Bel Air Fine Art, s’est dit très intéressé par cette nouvelle collection. « Il veut l’exclusivité. Ça relance mon travail pour l’Europe. »

Un nouveau défi

Avec cette nouvelle œuvre, le Montarvillois entrevoit maintenant un monde de possibilités : des disques vinyles de musiques pop, rock, heavy metal, classique… Il a ainsi réalisé qu’aux deux ans environ, il ressentait le besoin de se renouveler. « Il faut que j’amène mon travail ailleurs, plus loin, que je présente une nouveauté, que je change de médium. Un artiste a besoin de se renouveler, sinon il peut stagner et se répéter. Mais avec ce projet qui s’amorce, je fais peau neuve de A à Z. »

De plus, cette thématique musicale l’oblige à se replonger dans l’écoute musicale de vieux succès et de faire un peu de recherche : notamment sur l’histoire du jazz, les musiciens importants, les chansons qui pourraient être illustrées sur l’étiquette centrale du disque…

Boudro donne comme exemple un vinyle de musique rock, sur lequel se retrouverait en ton sur ton, entre autres musiciens, Mick Jagger, le chanteur des Rolling Stones. Sur l’étiquette colorée, le Diable de Tasmanie des Looney Tunes symboliserait le titre « Sympathy For The Devil ».

« Alors, les possibilités sont immenses. J’ai l’occasion d’entreprendre de belles recherches, ce qui fait en sorte que c’est plus intéressant, plus motivant aussi. La musique et la peinture, ça se jumelle si bien; quel beau mixte! » de conclure le Montarvillois.