La Rive-Sud rapporte la médaille d’argent

La Rive-Sud rapporte la médaille d’argent

L’équipe de Québec2 Rive-Sud a remporté la médaille d’argent lors du Championnat canadien de ringuette. (Photo : courtoisie Ringuette Canada)

Championnat canadien de ringuette

Les filles de la formation cadette Québec2 Rive-Sud U19 reviennent du Championnat canadien de ringuette avec une médaille d’argent au cou. L’événement national avait lieu à Leduc, en Alberta, du 27 mars au 1er avril.

La Montarvilloise Chloé Archambault, les Grandbasiloises Audréanne Lavoie, Charlotte Picard et Sarah-Kim Boutin, ainsi que les Julievilloises Mélina Frenette, Stéphanie Jetté, Jolianne Lacroix, Emmanuelle Gouin et la gardienne recrue Océane Dupuis font partie de ce groupe de filles de la Rive-Sud qui rapporte une médaille d’argent du Championnat canadien de ringuette, à la suite d’une participation en finale face au Manitoba (BVRA Angels). Un match qui s’est terminé 4 à 0 en faveur des Manitobaines. « Après plusieurs années d’investissement, c’est une grande réalisation! Plusieurs joueuses de cette équipe étaient dans le groupe Élite depuis trois, quatre et même cinq années. Jamais elles ne s’étaient rendues si loin dans le parcours des championnats canadiens », mentionne au journal le gérant, André Coutu, dont l’objectif, pour la troupe, était de faire partie du carré d’as, soit les 4 meilleures formations des 16 équipes présentes. Mission accomplie.

Mais la compétition s’est mal amorcée pour Québec2 Rive-Sud, avec deux défaites crève-cœur dès le départ de la ronde préliminaire, le 27 mars. En effet, nos représentantes ont plié l’échine 8 à 7 en lever de rideau contre le Magic du Manitoba2, et ensuite 6 à 5 face au Sting de l’Alberta3.

Rebondir au bon moment

En retard 0-2 dans le tournoi, Québec2 Rive-Sud est revenue de l’arrière dès le 28 mars, alignant les victoires en ronde préliminaire. André Coutu poursuit : « Les capitaines se sont levées dans la chambre et ont déclaré que plusieurs fois par le passé, nous avions tiré de l’arrière dans des tournois ou championnats provinciaux et que nous avions terminé sur une note positive. Il fallait seulement jouer notre ‘’game’’ et se concentrer sur ce qu’on fait de mieux. » Les Rivesudoises ont écrasé la formation de l’Île-du-Prince-Édouard 8 à 1 et plus tard, la journée même, la Saskatchewan1 grâce à un score de 7 à 3. Le lendemain, la troupe des Québécoises a eu le meilleur 5 à 1 sur Ontario1. La ronde préliminaire s’est conclue le 30 mars, la Rive-Sud triomphant cette fois de St Albert Mission, une formation albertaine, au compte de 3 à 2, et de la Nouvelle-Écosse1, par la marque de 6 à 3.

« Nous avons gagné la médaille d’argent beaucoup plus que d’avoir perdu l’or. » -André Coutu

La route se poursuit

À la suite d’une fiche de cinq gains, un revers et une défaite en prolongation en sept rencontres, Québec2 Rive-Sud a terminé la ronde préliminaire au sommet du classement de son groupe avec une récolte de 10 points, à égalité avec St Albert Mission. Les porte-couleurs du bleu et blanc ont poursuivi leur parcours vers la rencontre ultime, d’abord avec un affrontement en quart de finale face à Richmond Hill, de Ontario2. Ces dernières ont perdu 6 à 5. En demi-finale, la Rive-Sud en est venue aux prises avec le club représentant Alberta1, contre lequel elle a triomphé 3 à 2.

En finale de la catégorie U19 contre Manitoba1, Québec2 Rive-Sud n’a pas fait le poids, s’inclinant 4 à 0. Les filles des Prairies n’ont laissé aucune chance à nos protégées, leur concédant uniquement 10 tirs contre 39. « Nous avons gagné la médaille d’argent beaucoup plus que d’avoir perdu l’or. L’équipe que nous avons battue en demi-finale (Alberta1) était très forte et talentueuse. Nous sommes revenues de l’arrière 0-2 pour l’emporter 3-2 en période de prolongation. Et nous devons avouer que Manitoba1, que nous avons affrontée en finale, était toute une machine de ringuette! » de raconter André Coutu.

Pour le gérant, toutes les filles de sa formation ont été bonnes, mais plus précisément, il avait un mot pour celles représentant la région : « Les défenseures Archambault, Picard, Boutin, Lacroix et Gouin ont fait des performances hors de l’ordinaire! En infériorité numérique, elles ont décroché la meilleure moyenne du tournoi avec un seul but contre elles. C’est vraiment tout un exploit! Les attaquantes Frenette, Lavoie et Jetté ont imposé une pression constante sur nos adversaires, permettant ainsi de marquer le filet gagnant lors de la demi-finale (prolongation). Et que dire de Océane Dupuis, la gardienne recrue du groupe, qui a su défier des clubs très rapides et talentueux! Elle a démontré un calme et une assurance devant la compétition. »

Composer un tel groupe de filles se planifie plusieurs mois d’avance. Chaque année, au mois d’août, un camp de sélection se tient parmi toutes les joueuses désireuses d’évoluer dans l’équipe Élite (AA). Après six à huit séances d’évaluation, les athlètes sont choisies. Généralement, il y a entre 30 et 35 filles au camp, mais seulement 17 sont retenues.