Hommage à Raymonde Mandeville

Hommage à Raymonde Mandeville

Mme Raymonde Mandeville célébrera son 85e anniversaire.

Crédit photo : Courtoisie Famille Mandeville

L’ancienne propriétaire de la Ferronnerie Mandeville aura 85 ans

L’ancienne propriétaire de la Ferronnerie Mandeville, Raymonde Mandeville, célébrera son 85e anniversaire le 21 août prochain. Ses enfants ont souhaité lui rendre hommage.

Mme Mandeville va bien. Même si elle ne travaille plus à la quincaillerie qui avait pignon sur rue à Saint-Bruno depuis deux ans, la Montarvilloise se porte bien. Elle demeure maintenant au Manoir Saint-Bruno, où elle joue au scrabble quotidiennement avec sa sœur Yolande, qui la visite, et ses amies Jacqueline et Marie. « Elles boivent du thé, mangent des biscuits et rient ensemble. Elles disent qu’elles “refont le monde”! » racontent ses enfants, que le journal Les Versants a rencontrés.

« Notre mère est une travaillante. Elle a trimé dur toute sa vie. C’est une femme généreuse, qui pense aux autres et qui ne se plaint jamais. Elle est à l’écoute et dévouée à ses enfants, comme elle l’était pour sa clientèle. » – Lucie, Manon, Benoit et Éric Mandeville

Lucie, Manon, Benoit et Éric Mandeville ont souhaité rendre hommage à leur mère en vue de ce 85 anniversaire. Un accomplissement, selon eux. « On ne la voit pas vieillir, et je pense qu’elle ne se voit pas vieillir, elle non plus », d’expliquer Éric, qui retient les valeurs que sa mère leur a transmises au cours des années. Pour lui, tous les jours passés avec elle deviennent de beaux et bons souvenirs, notamment les parties de golf.

Deux ans après la fermeture de l’institution de Saint-Bruno-de-Montarville, les enfants croient que leur mère est passée à autre chose. Bien sûr, elle s’ennuie du travail, de ses employés (comme Claire et Réal Blain, qui ont été des employés à la maison et au commerce, mais surtout des amis) et de sa clientèle, mais elle est ailleurs maintenant. « Il y a eu un deuil. Cependant, en même temps, elle est consciente que ça devait arriver un jour. Parfois, elle avance qu’elle pourrait aller travailler chez Rona, qu’on l’engagerait pour ses connaissances! »

Malgré son retrait du travail, Raymonde Mandeville est toujours reconnue et appréciée de la population, et ce, à Saint-Bruno (au Manoir, dans la rue, au restaurant…) comme à Cuba! En effet, en voyage dans le Sud avec la famille, Mme Mandeville s’est fait reconnaître par d’autres touristes!

Le goût du voyage

Grande voyageuse, Raymonde Mandeville a visité bien des endroits autour du globe. Elle a déposé ses valises en Inde, Asie, Europe, Tunisie, Floride… Même l’Afrique, en 1975-1976, dans le cadre d’un projet humanitaire avec l’organisme Minta Saint-Bruno. « C’est elle qui nous a transmis l’intérêt du voyage. Elle a toujours autant l’esprit ouvert et le goût à la découverte. Aujourd’hui, elle voyage encore avec nous, à Cuba, en République dominicaine, à Ogunquit dans le Maine », affirme Lucie Mandeville. Son plus beau souvenir avec sa mère : un voyage en Europe, en compagnie de son conjoint, son fils et sa mère. « Elle était belle à voir! »

Ses forces

« Notre mère est une travaillante. Elle a trimé dur toute sa vie. C’est une femme généreuse, qui pense aux autres et qui ne se plaint jamais. Elle est à l’écoute et dévouée à ses enfants, comme elle l’était pour sa clientèle », s’accordent à dire les enfants de Mme Mandeville. Les mots douceur, attentionnée, positive et gentillesse ont également été mentionnés par le quatuor.

Mais en un seul mot, chacun la décrit ainsi : simplicité, bonté, optimisme. « Nous avons connu un beau modèle familial, que nous essayons d’imiter avec nos enfants », de souligner Manon Mandeville, dont le meilleur souvenir avec sa maman reste le moment où elle lui a appris sa grossesse, à 43 ans. « Mon père était à l’hôpital pour une opération et j’avais constamment à l’esprit qu’une naissance accompagne toujours un décès… »

La famille rappelle que toute jeune, Mme Mandeville a perdu sa mère, et qu’à 15 ans, elle était en deuil de son père. « Elle a vécu avec ses sœurs Micheline, Marguerite, Yolande. Leur tante Caroline les aidait aussi. » Ses enfants soutiennent qu’elle a toujours su surmonter les épreuves avec brio et force, comme celles de son enfance. « Elle dit souvent : “Tout finit par s’arranger!”, que l’avenir va être bon. Maman est une optimiste. »

L’année dernière, Raymonde Mandeville a parcouru le trajet de 5 km au Marathon de Montréal. Elle veut y être de nouveau en 2017. « Elle est très fière d’y avoir participé! » indique Benoit Mandeville. Son plus beau moment « maternel » : « Quand je lui ai annoncé la naissance de mes filles. À ma mère autant qu’à mon père, en fait. »

QUESTION AUX LECTEURS :

Que souhaitez-vous à Mme Mandeville pour ce 85e anniversaire?