David Deschamps en essai avec les Stampeders de Calgary

David Deschamps en essai avec les Stampeders de Calgary

Le botteur David Deschamps, à l'essai avec les Stampeders de Calgary.

Crédit photo : Courtoisie

Ligue canadienne de football

Le botteur de Sainte-Julie David Deschamps s’est vu offrir un contrat par l’organisation des Stampeders de Calgary, dans la Ligue canadienne de football (LCF).

Les Stampeders de Calgary ont fait appel à David Deschamps, il y a deux semaines, afin de remplacer Rene Paredes, le botteur régulier de l’équipe, blessé.

L’athlète était sur le terrain lors de l’entraînement du 20 septembre, principalement comme police d’assurance, au cas où Rene Paredes ne reviendrait pas en santé pour le match suivant.

Après avoir participé avec 41 autres espoirs au camp d’évaluation régional de l’est de la Ligue canadienne de football en mars dernier, David avait fait parvenir une vidéo de ses bottés aux clubs de la LCF dans l’espoir de recevoir un coup de fil. Lors de ce camp d’évaluation, il avait été appelé à passer des tests physiques et à botter le ballon ovale devant les recruteurs de toutes les formations de la LCF.

« C’est déjà plus qu’il ne l’aurait espéré cette année! » – Pierre Deschamps

Or, pendant la légère blessure de leur botteur étoile, les Stampeders de Calgary ont contacté le Julievillois le 18 septembre dernier. L’organisation albertaine demandait à l’athlète de 25 ans de sauter dans un avion dès le lendemain matin pour un essai à Calgary. « Il a sans doute bien botté, puisque les Stampeders lui ont offert un contrat! » lance Pierre Deschamps, le père du jeune homme.

Toutefois, depuis que le journal Les Versants a appris la nouvelle, la situation de David Deschamps a évolué. « Son parcours n’est peut-être plus un conte de fées, mais plus près de la réalité de la vie », de souligner M. Deschamps.

C’est que le botteur régulier des Stampeders, Rene Paredes, est revenu dans l’action, forçant les Stampeders à ne plus avoir recours aux services de Deschamps. Celui-ci a donc été libéré par l’organisation, alors qu’il était à 24 heures de disputer un premier match dans la LCF.

Depuis, le Julievillois est de retour à la maison : serein, puisque son retour n’est pas attribuable à un échec, mais bien parce que son séjour à Calgary était au cas où Paredes n’aurait pas été apte à jouer les deux derniers duels de sa formation. Son père poursuit : « Même si le séjour de David avec les Stampeders a pris fin, il a grandement apprécié son expérience et est encouragé par le vote de confiance que l’organisation lui a accordé à la suite de son essai. Les Stampeders inviteront probablement David à leur camp d’entraînement au printemps prochain, mais en attendant, inutile de dire que David garde son cellulaire tout près, juste au cas… »

Si David Deschamps n’a pas encore eu la chance de prendre part à une première rencontre, son séjour avec les Stampeders demeure une étape importante franchie. « C’est déjà plus qu’il ne l’aurait espéré cette année! » lance Pierre Deschamps.

Fin de carrière universitaire

David a conclu ses années de footballeur universitaire avec les Carabins de l’Université de Montréal il y a près d’un an par une défaite crève-cœur contre leurs éternels rivaux du Rouge et Or de l’Université Laval. Qui plus est, ce revers est survenu au dernier jeu du match de la Coupe Dunsmore.

Le Julievillois a amorcé sa carrière avec les Carabins en 2012 en tant que demi défensif. Parfois, il agissait comme botteur. Les entraîneurs des Bleus lui ont aussi demandé d’être secondeur. « Ma transition de secondeur à botteur pour le camp d’évaluation de la LCF était ma décision. J’ai subi des blessures lors de ma dernière saison universitaire, notamment des commotions cérébrales. Alors, devenir strictement botteur me permettrait de jouer tout en épargnant mon corps », avait-il confié au journal Les Versants ce printemps.

À la suite de problèmes de santé, l’athlète a raté la campagne 2014. Il a renoué avec l’action en 2015, une grande fierté pour lui. « J’aurais pu choisir la facilité et décider d’accrocher mes crampons, mais j’ai travaillé fort pour retrouver la santé et la forme, et réintégrer le club. C’était une bonne décision. » À l’université, il a fait ses études dans le domaine de la publicité.

Chez les Barons de Saint-Bruno

David a également endossé les couleurs des Barons, la formation de football de Saint-Bruno-de-Montarville, et ce, dès l’âge de sept ans.

À partir de 15 ans, il a évolué pour les Lynx du Cégep Édouard-Montpetit et c‘est ensuite qu‘il s‘est joint aux Carabins.