Comparer les coûts entre l’agglo et les MRC

Comparer les coûts entre l’agglo et les MRC

L’agglomération de Longueuil, gérée par la ville de Longueuil, compte cinq municipalités liées.

Crédit photo : Archives

Agglomération de Longueuil

Pour ce dossier sur l’agglomération de Longueuil, le journal s’est aussi penché sur le coût des quotes-parts que les municipalités doivent verser.

Combien il en coûte à Saint-Bruno-de-Montarville, Saint-Basile-le-Grand et Saint-Julie lorsqu’elles doivent verser des quotes-parts à l’agglomération de Longueuil, à la municipalité régionale de comté (MRC) de la Vallée-du-Richelieu et à la MRC Marguerite-D’Youville, ou encore à des régies intermunicipales?

Nous nous sommes concentrés sur la sécurité incendie, le service de police et le transport collectif.

Sainte-Julie
Le budget 2017 de la Ville de Sainte-Julie en matière de sécurité incendie s’élève à 1 499 726 $, une somme qui comprend notamment les dépenses de fonctionnement ainsi que l’entretien des bâtiments et des véhicules. Celui pour le Service de police est de 4 808 567 $, une quote-part versée à la Régie intermunicipale de police Richelieu – Saint-Laurent (RIPRSL). Quant au transport collectif, le coût net représente 2 269 587 $. Il est intéressant de mentionner que pour la police (ainsi que les matières résiduelles et l’alimentation en eau), Sainte-Julie débourse une quote-part à la MRC Marguerite-D’Youville ou à des régies intermunicipales. Par contre, pour les incendies et le transport collectif, il s’agit de services qui relèvent directement de la Ville. Sainte-Julie compte un peu plus de 30 000 résidants.

« Je suis contre! Parce que nous payons beaucoup trop, encore une fois. Nous payons beaucoup, beaucoup, beaucoup trop cher! » -Jeanne D’Arc Ste-Marie

Saint-Basile-le-Grand
Les frais de fonctionnement du Service de sécurité incendie de Saint-Basile-le-Grand, une ville de 16 944 habitants, pour l’année 2017 sont de 1 760 165 $. La quote-part versée à la RIPRSL pour le Service de police s’élève à 2 623 624 $. Enfin, un montant de 1 761 994 $ est consacré au transport collectif, dont une quote-part de 1 714 257 $ versée au Conseil intermunicipal de transport de la Vallée du Richelieu. À l’instar de la municipalité de Sainte-Julie, l’administration grandbasiloise gère les frais de fonctionnement de son Service de sécurité incendie. Notons aussi que pour l’assainissement des eaux usées, une quote-part est remise à la Régie intermunicipale d’assainissement des eaux usées de Saint-Basile/Saint-Bruno (RIAEU).

Saint-Bruno-de-Montarville
En 2017, le budget pour le Service de police de la Ville de Saint-Bruno est de 8 878 200 $. Celui réservé au Service de sécurité incendie est de 3 461 600 $. Pour le transport collectif, il en coûte 6 691 900 $ à la municipalité, qui dénombre une population de 27 000 personnes. Ces trois sommes sont versées comme quote-part à l’agglomération de Longueuil. Comme Saint-Basile-le-Grand, l’administration montarvilloise remet une quote-part à la RIAEU pour l’assainissement de ses eaux usées.

En calculant les sommes octroyées aux services de police, des pompiers et du transport collectif des trois municipalités, nous obtenons 8 577 880 $ pour Sainte-Julie, 6 145 783 $ pour Saint-Basile-le-Grand, et 19 031 700 $ pour Saint-Bruno-de-Montarville.

Selon les maires de Saint-Bruno, Saint-Lambert et Brossard, « la structure de l’agglomération de Longueuil est défaillante et doit être modifiée, et sa gouvernance est problématique ». Ils affirment que sans une réforme de l’agglomération, cette dernière demeurera inéquitable et une autre structure devra être proposée; ils suggèrent une MRC.

Vox pop : l’opinion des citoyens
Êtes-vous pour ou contre l’agglomération de Longueuil, et pourquoi? Le journal est allé dans la rue et dans les commerces de Saint-Bruno-de-Montarville afin de tâter le pouls des citoyens concernant l’agglomération de Longueuil. Alors, pour ou contre l’agglo?

A priori, plusieurs d’entre eux n’osent pas aborder le sujet parce qu’ils ne le connaissent pas suffisamment. « C’est un sujet complexe sur lequel je préfère ne pas me prononcer » ou encore « Je ne comprends rien dans cette politique! »

D’autres pensent que le dossier est clos depuis l’époque des défusions, en 2004. Alors que l’agglomération de Longueuil, de laquelle la municipalité de Saint-Bruno-de-Montarville fait partie, a été formée en 2006.

Mais sinon, les gens rencontrés et qui ont répondu à la question du journal ne sont pas d’accord avec l’agglomération de Longueuil. « Je suis contre! Parce que je suis tanné de payer pour rien! Je ne vois pas pourquoi les citoyens d’une ville dont la majorité vote pour ne pas faire partie de cette agglomération sont forcés par le gouvernement du Québec d’y rester. C’est un non-sens! Je compare la chose à un mariage forcé! Ça fait combien d’années déjà que les Montarvillois se battent contre ça? » demande M. Faucher.

France Lefebvre se dit contre l’agglomération de Longueuil également. « Je viens de Hull et aujourd’hui, à cause de ces fusions, tout est Gatineau! Alors, je suis contre l’agglo, principalement en raison de l’impact sur nos taxes. Je souhaite que ma ville redevienne Saint-Bruno-de-Montarville à part entière. »

« Je suis contre! Parce que nous payons beaucoup trop, encore une fois. Nous payons beaucoup, beaucoup, beaucoup trop cher! D’ailleurs, je me joins à l’équipe du maire actuel, et à celles des maires de Brossard et Saint-Lambert, qui sont en campagne contre l’agglomération de Longueuil », de mentionner Jeanne-D’Arc Ste-Marie.

Elle était accompagnée de son amie Pauline Carrier, qui s’est contentée de dire : « Idem! »