Chronique horticole

Chronique horticole

En avril dernier, nous traitions des semis directs au jardin. Comme notre climat nous empêche de cultiver à l’extérieur à longueur d’année, faire des semis à l’intérieur devient une étape importante au jardinage. Le bon moment pour faire ses semis, dans notre région, est entre le début de mars et la fin d’avril.

Pour les contenants, récupérez vos pots de yogourt, contenants de 2 litres coupés, cartons de lait, vieilles caissettes en polystyrène, etc. Ils doivent être propres, de bonne profondeur, et avoir des trous de drainage.

Les plantes aux racines fragiles comme le concombre, la courge, le melon, la citrouille, etc., ou la tomate, le tagète, devront être plantées avant de devenir trop grosses. Elles devraient être semées dans des pots individuels, d’un diamètre d’environ 10 cm, et plantées au jardin après la disparition des cotylédons et l’apparition des feuilles permanentes.

Pour réussir vos semis, vous devez faire attention à :

o L’éclairage : 12 à 14 heures de lumière par jour, sinon, il est conseillé d’ajouter des fluorescents (2 à 4 tubes fluorescents de 120 cm, de 40 watts, placés à une distance de 15 à 30 cm).

o La température : pendant la germination, la température idéale se situe entre 21 °C et 24 °C pour la plupart des légumes et entre 25 °C et 30 °C pour la famille des solanacées comme la tomate, le poivron et les aubergines. Lorsque les plants sont levés, elle devra se situer autour de 18 °C le jour et 15 °C la nuit.

o Le terreau : il doit être sain, poreux et léger. Le substrat idéal est à base de mousse de tourbe et de vermiculite. L’engrais n’est pas nécessaire à cette étape.

o Le taux d’humidité : avant de procéder au semis, bien humecter le substrat. Par la suite, on le conservera humide, mais sans le saturer.

Choisissez vos semences en fonction de vos goûts, vos habitudes alimentaires, de l’espace disponible et de vos besoins. Si vous possédez déjà des graines et que vous doutez de leur qualité, voici un petit test utile : disposez 10 graines dans un essuie-tout humide que vous roulez et déposez dans un sac de plastique dans un endroit chaud pour 1 à 2 semaines. Si elles germent, elles sont bonnes.

Les semences traditionnelles, comparativement aux biologiques, peuvent contenir des pesticides, voire des hormones de synthèse. Elles peuvent tout aussi bien provenir d’OGM. Pour trouver des semences qui vous conviennent, vous pouvez participer au réseau Semences du patrimoine, un réseau de jardiniers qui produisent et préservent des semences de variétés traditionnelles.

Vous avez les contenants, l’éclairage, le terreau et les semences? Vous êtes prêts à semer :

o Le bon moment varie pour chaque plante. Afin d’avoir une bonne idée de la date, consultez le calendrier des semis produit par «Espace pour la vie» de Montréal;

o Remplissez les contenants jusqu’à 1 cm du bord et égalisez la surface;

o Distribuez les graines de façon uniforme et sans excès;

o Tamisez un peu de mélange pour semis par-dessus les graines, si nécessaire (fiez-vous aux indications sur le sachet). Plus les semences sont fines, moins il faut les recouvrir;

o Arrosez par immersion, ou avec un vaporisateur lorsque les plantules sont fines et fragiles; trempez la base du contenant dans l’eau pendant 15 minutes et recouvrez le contenant d’un couvercle pour conserver l’humidité nécessaire à la germination;

o Lorsque les plantules apparaissent, découvrez le contenant et abaissez la température à 18 °C le jour et 15 °C la nuit;

o S’il y a des doutes, suivez les recommandations indiquées sur le sachet de semences.

Les graines ont germé, les cotylédons sont jaunis et tombés et les plantules ont au moins deux vraies feuilles? Vous êtes à l’étape du repiquage, qui consiste à transplanter les plantules dans un espace plus grand pour leur permettre de s’épanouir. Afin de favoriser le développement des racines secondaires, vous devez ajouter plus de matières nutritives dans le substrat.

o En premier, arrosez les plantules pour ameublir la terre;

o Dégagez-les délicatement;

o En la tenant par une feuille et non par la tige, séparez chaque plantule de l’ensemble;

o Repiquez dans de petits contenants en la recouvrant jusqu’aux premières feuilles;

o Arrosez;

o Après 2 semaines, ajouter un fertilisant soluble, à base d’algues et/ou de poisson, à l’eau d’arrosage.

Lorsque vos plantules deviennent des plants, il faut les acclimater graduellement avant la plantation au jardin. Pendant cette période qui dure de 7 à 10 jours, vous devez réduire la fréquence des arrosages et exposer les pots de plus en plus longtemps aux conditions extérieures. Si la température de nuit prévue est en dessous de 10 °C, rentrez-les.

À la suite de cette période d’acclimatation et lorsque tout danger de gel au sol est passé, vous êtes prêts pour la plantation au jardin. Il est important de respecter l’espacement nécessaire pour chaque plant. Idéalement, la plantation se fait par temps nuageux.