Arnaque pour plus de 100 000 $ à Saint-Bruno

Arnaque pour plus de 100 000 $ à Saint-Bruno

Aucune accusation ne sera portée contre les deux policiers qui sont intervenus lors d’un suicide le 10 février 2016 dans le stationnement des Promenades Saint-Bruno.

Crédit photo : archive

Le Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL) veut informer la population d’un type de fraude qui sévit sur son territoire.

Une Montarvilloise de 75 ans, dont l’identité n’a pas été dévoilée, a été victime d’une escroquerie sur Internet d’un montant record. Contactée par les malfrats sur Skype durant plusieurs semaines, afin de créer des liens de confiance, la dame leur a versé une somme astronomique de plus de 100 000 $ et n’a bien sûr jamais pu récupérer son argent.

Selon le SPAL, les fraudeurs communiquent d’abord avec leurs victimes par Internet. Dans leurs démarches, ils ciblent souvent des femmes qui s’affichent comme veuves dans leur profil. Par la suite, ils prétendent avoir un urgent besoin d’argent en invoquant diverses raisons. Ils demandent alors de transférer des sommes d’argent importantes par l’entremise de compagnies, telles que Western Union ou Money Gram. Ces sommes d’argent sont la plupart du temps transférées vers des pays comme la Chine, le Maroc, le Congo, etc. Les arnaqueurs vont même jusqu’à envoyer à leurs victimes des cartes de crédit d’Afrique, qui sont des cartes-cadeaux avec de petits montants d’argent. Ils leur laissent croire qu’ils sont généreux et qu’ils vont éventuellement rembourser leur dette.

Attention

Le service de police met en garde les internautes de ne jamais envoyer d’argent à des inconnus à la suite de rencontres sur Internet. Il est aussi suggéré de discuter avec les membres de sa famille ou avec des gens de confiance afin de leur demander conseil. Enfin, il est préférable de rester discret sur le profil qu’on affiche sur Internet afin de ne pas attirer les fraudeurs.

Le SPAL demande aux personnes qui pensent être victimes de cette fraude de « communiquer avec son service de police local. Celui-ci transmettra l’information au centre antifraude Canada. »