Saint-Bruno-de-Montarville, une ville extraordinaire

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Je suis toujours surpris de voir que certaines personnes continuent à dénigrer le travail de l’administration municipale. Dénigrer pour dénigrer semble être la seule façon de ces quelques individus d’exprimer leur frustration.

Pourtant, tout le monde sait que notre municipalité est une des villes les mieux gérées. Par exemple, notre compte de taxes n’a augmenté que de 6,4 % au cours des 5 dernières années, alors que la moyenne des augmentations des autres villes de la Rive-Sud pour le compte de taxes est de 17,9 %.

Certains opposants se plaisent à dire que mon frère Marcel Dulude, qui a bénéficié d’une grande popularité durant de nombreuses années à Saint-Bruno-de-Montarville, serait malheureux de voir le développement débridé qui se fait dans notre municipalité. Pourtant, il a orchestré plusieurs projets durant sa carrière, dont le quartier des Femmes, celui derrière le restaurant St-Hubert et même le Sommet Trinité. Le moratoire comme suggéré par l’opposition n’était surtout pas sa façon d’administrer notre ville. Il savait que le développement est une source importante d’enrichissement collectif pour tous les citoyens. D’autant plus que tout gestionnaire responsable sait qu’un moratoire comme le suggèrent certains aurait des impacts négatifs pour l’ensemble de nos citoyens sur le plan des finances et des nombreux services à rendre à la population montarvilloise.

Contrairement à ce que laissent entendre ces quelques personnes, l’administration actuelle partage la même philosophie que celle de mon frère Marcel lorsqu’il était maire, à savoir assurer un développement structuré tout en respectant la capacité de payer des citoyens afin de maintenir des services de qualité pour notre communauté.

Tous ces éléments ont fait de Saint-Bruno-de-Montarville une ville extraordinaire et appréciée des citoyens, qui sont fiers de ses traditions.

Que nos chialeurs professionnels enlèvent leurs œillères et cessent de s’entêter à vouloir ternir l’image de notre municipalité!

En terminant, je suis d’accord avec le maire au sujet de la présence de policiers aux réunions du conseil, car cette présence n’est que le résultat de paroles et de gestes irrespectueux et déplacés de plusieurs de ces opposants. Durant les 22 années des mandats de mon frère Marcel, il n’y a jamais eu de telles mascarades aux assemblées du conseil. Si cela s’était passé ainsi, Marcel Dulude n’aurait pas hésité à faire appel à la police pour assurer l’ordre aux réunions du conseil. La salle du conseil municipal est un lieu pour des débats civilisés, pas pour lancer des insultes et des injures. Saint-Bruno-de-Montarville mérite mieux que cela.

Pierre Dulude,

Saint-Bruno-de-Montarville

 

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Michel Desgagné
    17 janvier 2012 - 07:59

    Cher M. Dulude, votre ville extraordinaire, nous la devons à un grand québécois, artisan de la révolution tranquille et ancien directeur du Devoir, M. Gérald Fillion, pas à des affairistes qui ont creusé la montagne pour en faire une carrière ou bien l'ont déboisé pour en faire un centre de ski. Voyez-vous Monsieur, il y a dans cette ville des intellectuels assez lucides pour ne pas tomber dans la mystification que certains ont entretenu autour de votre frère dont l'étroitesse de vue nous vaut aujourd'hui d'être enfermé dans une structure régionale bancale qu'est l'agglomération de Longueuil.Si vous avez besoin d'explication sur ce point, faites-le moi savoir, il me fera plaisir de tenir un séminaire à la société d'histoire de notre village pour vous le faire comprendre. Cela dit, j'ai pu cependant apprécier les qualités humaines de votre frère lors de la crise du verglas. Sa présence, son empathie et sa proximité auprès de ses concitoyens lors de ces évènements malheureux en ont rassuré plus d'un. Mais cela n'a strictement rien à voir avec l'individu qui nous sert aujourd'hui de maire. Êtes-vous Monsieur à ce point aveuglé pour ne pas voir la banalisation de notre ville ? Simple banlieue comme il y en a tant sur les couronnes nord et sud de Montréal. En passant, il serait trop simple d'amalgamer le libre penseur que je suis avec le parti d'opposition. Cela est commode pour le maire et ses plumitifs mais rien n'est plus loin de la réalité. J'écris à titre personnel et cela n'engage que moi. Que cela soit clair. Monsieur, je ne vous salue pas.