2Frères, le phénomène, s’amène à Saint-Bruno

2Frères, le phénomène, s’amène à Saint-Bruno

2Frères bientôt à Saint-Bruno.

Crédit photo : Kim Gaudreault

Centre Marcel-Dulude

Pour un rare vendredi, le Centre Marcel-Dulude ouvre ses portes à un artiste. Le phénomène 2Frères débarque à Saint-Bruno-de-Montarville ce 17 février avec sa tournée Nous autres.

Nous autres, c’est également le nom de l’album de ce duo de frères qui connaît un succès-surprise actuellement. Le groupe est d’ailleurs en tournée partout en province. « Tout ce qui nous arrive, c’est bien au-delà de nos attentes! Mais nous le prenons, parce que c’est le plus beau métier du monde », raconte Érik Caouette, joint par le journal alors que 2Frères jouait la veille à Maniwaki. Il forme le duo avec son frère Sonny.

Le disque a été certifié platine, avec 100 000 exemplaires vendus. L’automne dernier, le Félix de l’Album de l’année – Pop leur a été décerné lors du Gala de l‘ADISQ. « C’est une belle surprise à laquelle personne ne s’attendait. Notre succès, nous le devons à notre public », admet-il. Ils ont aussi obtenu le Félix du Groupe de l’année, une distinction remise conjointement par l’industrie et le public. « C’est comme si nos pairs, nos collègues, nous souhaitaient la bienvenue dans cette grande famille artistique québécoise. »

Un succès inattendu

Ce succès inattendu, les deux musiciens ne se l’expliquent pas. « C’est la question qui tue. C’est dur à expliquer, surtout qu’on parle d’une industrie qui n’est pas facile, d’une industrie qui n’est pas au mieux, mais dans laquelle nous avons su tirer notre épingle du jeu », explique Érik Caouette. Selon lui, l’aspect « chansonniers dans les bars de région » et la proximité avec ces gens y sont pour quelque chose, tout comme cette musique rassembleuse où le public se reconnaît. « Tout ça et le fait que nous sommes entourés d‘une bonne équipe jouent dans l‘équation de notre succès. »

« Tout ce qui nous arrive, c’est bien au-delà de nos attentes! » – Érik Caouette

Folk-rock québécois

Les gars de 2Frères proposent du folk-rock québécois. Natifs de Chapais, un petit village nordique situé à une quarantaine de kilomètres de Chibougamau dans la Baie-James, ils sont maintenant installés en Estrie. Ils représentent les jeunes musiciens appelés à assurer la relève sur la scène musicale québécoise pour les prochaines années. « Nous n’avons pas choisi de faire du folk-rock; le folk-rock s’est imposé de lui-même. Ça fait des années que mon frère et moi jouons ensemble, d’abord dans le sous-sol de nos parents, ensuite dans les bars. Les musiciens québécois ont toujours été à l’honneur », poursuit-il, citant en exemple Beau Dommage et La Chicane. « Nous n’avons jamais choisi un style de musique, c’est le style qui nous a choisis, et ce, dès le début. Depuis, c’est ancré en nous. »

Un spectacle pour taper des mains

Les spectateurs qui seront dans la salle du Centre Marcel-Dulude, vendredi, reconnaîtront les airs des succès radio « Le démon du midi », « Maudite promesse », « Nous autres », « M’aimerais-tu pareil? » et « 33 tours », des titres qui les feront frapper des mains. « C’est un spectacle à notre image : humoristique, chaleureux, familial, ponctué de gags. Nous sommes deux frères sur une même scène; nous en profitons pour nous taquiner! »

Deux frères

Érik, 28 ans, s’est démarqué très jeune en musique, notamment à Phénomia9 à VRAK-TV, où il fut l’un des finalistes. Il a chanté aux côtés de Marie-Chantal Toupin, dans le cadre du Festival du Doré Baie-James, en plus de participer à trois reprises au Festival de la chanson de Saint-Ambroise. À 26 ans, Sonny est un musicien doté d’une technique qui lui permet d’exécuter ses pièces musicales favorites avec virtuosité. Dès l’âge de 11 ans, il s’est découvert un talent et une passion pour la guitare. Guy, son père, guitariste amateur, lui enseigne certains accords et après quelques mois seulement, l’élève déclasse le maître, laisse libre cours à son talent et suit rapidement les traces de son grand frère. Il passe l’essentiel de ses temps libres à perfectionner son art. « Tout en étant différents, nous sommes très complémentaires. Nous avons chacun nos forces et nos faiblesses, mais tous les deux ensemble, sur la scène, c’est là que nous sommes les plus forts. La scène est notre atout. »

Des billets, au coût de 36 $, sont encore disponibles.